Selon Jean-Michel Aulas, le modèle traditionnel des droits télévisuels « n’a plus de sens ».

Mediapro lutte pour atteindre la cible de 3,5 millions de sous-marins avec seulement 600 000 inscrits. Selon M. Aulas, le prix de 25,90 euros par mois est trop élevé et constitue une cause de piratage

Jean-Michel Aulas, président de l’Olympique Lyonnais, a appelé à une modernisation de la stratégie de la Ligue 1 en matière de droits médiatiques, dans le cadre du conflit juridique qui oppose la Ligue de football professionnel (LFP) à son partenaire de diffusion Mediapro.

L’agence de presse espagnole n’a pas versé la deuxième tranche de 172 millions d’euros de son contrat de droits de 814 millions d’euros par saison pour les droits de la Ligue 1 et de la Ligue 2 de deuxième division. Ce premier paiement était dû au début du mois d’octobre et le prochain est prévu pour le 5 décembre.

La LFP a dû contracter un prêt bancaire pour couvrir les paiements à ses clubs et a saisi le tribunal de commerce de Paris. Mediapro, pour sa part, a réitéré son engagement dans le contrat de quatre ans, en disant qu’elle veut renégocier les termes pour cette saison en raison de l’impact de la pandémie de Covid-19.

Aulas pense que les problèmes de Mediapro sont plus importants et qu’ils sont liés à un modèle dépassé de distribution des droits de diffusion.

S’adressant au magazine financier français Challenge, Aulas a déclaré « Vendre des droits exclusifs de manière traditionnelle n’a plus de sens face à la possibilité d’avoir du contenu à la demande pour tout le monde.

« Si d’une part Mediapro n’a pas autant d’abonnés qu’elle le souhaitait, c’est parce que l’offre cumulative de droits de télévision, plutôt que sélective, n’est plus attractive. Nous atteignons un prix total disproportionné, alors que nous pouvons facilement adapter l’offre aux besoins de l’utilisateur. Cela augmenterait le nombre d’utilisateurs potentiels ».

Téléfoot, la nouvelle offre de télévision payante de Mediapro à 25,90 €par mois, qui diffuse la plupart des matchs de Ligue 1 et de Ligue 2 en direct, ainsi que les matchs de la Ligue des champions de l’Uefa, a été lancée en août dernier. L’agence vise 3,5 millions d’abonnés à Teléfoot, mais a jusqu’à présent obtenu un nombre insuffisant de 600 000 clients payants.

Aulas estime que le prix mensuel demandé est prohibitif et constitue la première cause de piratage en France.

Il a ajouté : « Le piratage n’aura plus lieu d’être si la réponse que nous apportons est un changement de l’offre et une baisse du prix. Une personne qui veut pirater est celle qui considère que le prix est excessif. Si la proposition est appropriée, au bon prix, il n’y aura pas de problème ».

Alors que Téléfoot a conclu des accords de distribution avec les sociétés de télécommunications françaises Orange, Free, Bouygues Telecom et Altice avant la saison 2020/21, Mediapro n’a pas réussi à trouver un accord avec Canal+. Le diffuseur détenu par Vivendi domine le marché de la télévision payante en France et a déposé une plainte légale concernant les conditions demandées par l’agence basée à Barcelone pour diffuser Téléfoot.

Citant ces problèmes de distribution, Aulas estime que la LFP devrait collaborer avec les sociétés de médias pour créer un service de diffusion directe au consommateur (DTC) à faible coût afin d’accroître la portée de la Ligue 1.

Il a ajouté : « L’élargissement de notre base d’abonnés avec une offre plus intéressante nous permettrait de proposer aux consommateurs un prix beaucoup plus bas tout en personnalisant la demande ».

Votre avis nous intéresse !

Excité
0
Heureux
1
In Love
0
Troublé
0
Lol
0

You may also like

Comments are closed.