Assurance-vie et SCPI : Est-ce vraiment (si) rentable ? Voici ce que vous devez savoir !

Au contraire d’une assurance-vie monosupport ; moins risquée et donc moins rentable ; un épargnant peut faire le choix d’un contrat multi-support, avec un investissement possible dans des Sociétés Civiles en Placement Immobilier (SCPI). Est-ce une bonne idée ?

Un risque de plus en plus maitrisé :

  • Au contraire d’un investissement en bourse qui, à ce titre, suppose d’investir dans des instruments à très forte volatilité comme les actions, une SCPI propose d’acheter des parts d’actifs immobiliers. Le domaine de l’immobilier, de tous temps est considéré comme relativement sûr, même s’il faut toujours garder en tête que chaque investissement financier peut représenter un risque potentiel, si ce n’est de perte, en tout cas, d’absence de gain.
  • Acheter des parts de plusieurs immeubles et surtout dans différentes régions de France, voire des pays européens (en fonction de ce que proposent les SCPI du contrat d’assurance-vie) est un autre moyen de mutualiser les risques.

Cumuler les atouts de l’assurance-vie et de la SCPI en un seul et même contrat :

  • La fiscalité, entre autres, est intéressante dans un contrat d’assurance-vie, ce qui explique son succès auprès des épargnants.
  • Choisir un contrat multi-supports avec un investissement en SCPI permet d’espérer un taux de rendement intéressant, tout en bénéficiant de l’achat de parts à prix décoté.
  • Selon les SCPI, le taux de rendement annuel peut osciller entre 3 à 6%.

Les points faibles de l’investissement en SCPI via un contrat d’assurance-vie :

Pourtant, il faut noter que ce produit n’a pas que des avantages.

  • L’épargnant, en passant par ce biais, ne peut pas profiter des revenus générés par la SCPI (tous les trimestres généralement) car l’argent est bloqué sur le contrat d’assurance-vie pendant quelques années.
  • Il faut donc bien envisager ce contrat comme une assurance-vie classique, c’est-à-dire sur le moyen ou long terme.
  • L’investisseur en outre ne peut pas acheter ses parts en direct et donc choisir la SCPI qui lui semble la plus intéressante, mais prendre celles du contrat de l’assureur.
En lien avec cet article :  SCPI ou pierre-papier : comment éviter les arnaques ?
Caroline Tellier
Contact

Written by Caroline Tellier

L’écriture est une seconde nature pour Caroline : contes pour enfants, recueil de nouvelles, elle écrit aussi bien pour le plaisir que dans sa vie professionnelle. "Aider les internautes à trouver des réponses, par le biais de mes écrits est une formidable récompense."