Fibroscopie, endoscopie: comment ça se passe ?

Nasale, bronchique, vessie, estomac … Réalisée pour détecter des anomalies dans un organe ou une cavité du corps humain, une fibroscopie ou une « endoscopie » est un examen médical effectué sous anesthésie générale. Comment préparer? Que se passe-t-il pendant? Quelles conséquences après?

Une fibroscopie, également appelée endoscopie, est une visualiser l’intérieur du corps pour mieux traiter les blessures internes. Lorsque nous parlons de fibroscopie gastro-intestinale supérieure, nous parlons généralement d’une gastroscopie, l’exploration de l’intérieur du système digestif (l’œsophage, l’estomac, le duodénum, ​​etc.) via le passage d’un appareil approprié à travers le patient. s bouche.

Mais la fibroscopie peut aussi regrouper d’autres examens, comme la coloscopie, qui vise à examiner le gros intestin (côlon) et qui consiste à introduire l’appareil par l’anus; bronchoscopie pour étudier les bronches et qui passe par les narines; cystoscopie pour vérifier la vessie et passer à travers l’urètre; laryngoscopie rhinofibroscopie et sinuscopie pour la sphère ORL.

Cet examen médical peut être prescrit pour établir un diagnostic, mais également pour traiter une maladie ou un traumatisme, car il permet de prélever un échantillon de tissu ou de liquide à analyser (on parle alors de biopsie), d’enlever une petite tumeur, pour arrêter une hémorragie, etc. Selon l’organe à étudier, telle ou telle fibroscopie sera privilégiée.

Lors de la réalisation d’un examen à fibres optiques à haute digestion, « vous devez jeûner (sans boire, ni manger ni fumer) pendant les six heures précédant l’examen », indique la Société française d’endoscopie digestive (SFED). « C’est pour l’anesthésie et pour que l’estomac soit vide si nous voulons l’examiner » déclare le Dr Frédéric Cordet, hépatogastroentérologue à Bordeaux et secrétaire général de l’Union nationale des médecins du système digestif (Synmad).

La cigarette augmente la sécrétion gastrique, ce qui peut compliquer l’anesthésie.

Cet examen, qui ne fait pas mal puisque réalisée sous anesthésiepeut être stressant. Il est donc très important d’en parler en amont avec votre médecin qui pourra répondre à toutes vos appréhensions. « Pour certains patients très anxieux, une prémédication avec des tranquillisants peut être prescrite par l’anesthésiste lors de la consultation de pré-anesthésie »poursuit le Dr Cordet.

« Ceci est un test qui est pratiqué ambulatoire, le plus souvent sous une courte anesthésie générale. «  La fibroscopie est réalisée à l’aide d’un dispositif médical souple appelé endoscope constitué d’une gaine imperméable dont les dimensions sont adaptées à l’organe à examiner (la longueur varie de 40 à 150 cm et le diamètre de 6 à 8 mm). Il consiste en un système optique (une caméra) et une lampe. Ainsi, lors d’une fibroscopie, le praticien peut observer directement ce qui se passe dans le corps pour détecter diverses pathologies. Si nécessaire, il peut également prélever des échantillons et effectuer de petits gestes thérapeutiques.

Ce dispositif est introduit par les voies naturelles, en l’occurrence la bouche lors d’une fibroscopie digestive élevée. L’air soufflé permet la progression de l’appareil en dépliant les parois des conduits traversés. Le dL’urée d’examen varie selon l’organe étudié. En règle générale, la fibroscopie est réalisée sous anesthésie locale de courte durée, mais il peut arriver qu’elle soit réalisée sous anesthésie générale.

Après une fibroscopie digestive élevée, le patient ne devrait ressentir aucune gêne « le diamètre de l’appareil est de 6 à 8 mm, ce qui est bien moins qu’une bouchée » explique le Dr Cordet. En général, ne buvez pas et ne mangez pas dans les 2 heures qui suivent l’examen. En effet, après l’anesthésie, des aliments pourraient passer dans la trachée au lieu de l’œsophage.

Les complications consécutives à cet examen sont rares, mais elles existent. Ils peuvent prendre la forme de troubles ou d’infections cardio-vasculaires et respiratoires. « Ils apparaissent le plus souvent lors de l’endoscopie, mais peuvent également être révélés quelques jours après l’examen (douleurs abdominales et thoraciques, vomissements de sang rouge ou noir, selles noires, toux, fièvre, frissons …) », avertit la SFED, qui recommande « contacter immédiatement le médecin et / ou l’anesthésiste qui s’est occupé de vous ».

Merci au Dr Frédéric Cordet, hépatogastroentérologue.