Les ambassadeurs et les influenceurs ne sont pas dans la même ligue – FHH Journal


Bien que les ambassadeurs de la marque, les sportifs en particulier, fassent appel à notre athlète intérieur, que dire des influenceurs, champions de rien du tout? Un cas ici aujourd'hui, parti demain?

Il fut un temps où les conversations concernaient les ambassadeurs. Maintenant, tout ce que nous entendons, ce sont des influenceurs. Heureusement, on peut encore faire la distinction entre les deux. Le premier est un professionnel (de classe mondiale) dans son domaine, que ce soit le sport, le divertissement ou même la science. Ce dernier est, le plus souvent, une jeune femme séduisante ou, à défaut, un homme peu sophistiqué avec des pectoraux et des tatouages ​​gonflés. Il y a aussi la variété «faire rire». Les ambassadeurs ont des noms comme George Clooney. Les influenceurs s'appellent Chiara Ferragni ou, pire encore, Fedez.

Ce qu’elles «produisent» en termes de communication est mesurée par Media Impact Value ™ (MIV®), un algorithme propriétaire développé par Launchmetrics, une plate-forme de marketing et une solution analytique, qui mesure l’impact des placements d’influenceurs et d’ambassadeurs et mentionne les différentes voix dans les industries de la mode, du luxe et des cosmétiques.

Dans le segment des montres de luxe, Launchmetrics nous dit qu'en mai de cette année, l'ambassadrice la plus évoquée était Claudia Schiffer de Chanel (205,3 K € en MEV), suivie de Liu Wen également pour Chanel (143,2 K €). La troisième place revient à Mohammed Al Turki qui a généré 112,8 K € pour Piaget.

En mai encore, les marques horlogères ayant la voix la plus forte parmi les médias en ligne, sociaux et imprimés étaient (dans l'ordre), Rolex, Chanel, TAG Heuer, Omega, Longines, Patek Philippe, Hublot, Piaget, Breitling et IWC (source:).

Les classements varient d’un mois à l’autre, en fonction de l’actualité mondiale, qu’il s’agisse d’un festival de cinéma, d’une biennale de l’art, d’un Grand Prix automobile, ou d’un tournoi de tennis du Grand Chelem.

Roger Federer à Rolland Garros en 2019

En fait, les courts de tennis sont les endroits où nous sommes le plus susceptibles de voir des champions porter des montres créées spécialement pour eux. Richard Mille est réputé pour la fabrication de montres ultra-légères et ultra-résistantes pour le joueur de Majorque Rafael Nadal. Le tourbillon RM-27 03 (personnalisé aux couleurs rouge et jaune du drapeau espagnol) est vendu entre 700 000 et 800 000 €.

Raphael Nadal

Après avoir visité les tribunaux de l’Open de France à Paris, on peut s’attendre à voir cette pièce d’ingénierie horlogère au cours des deux semaines à Wimbledon, «mettre au défi» les autres marques présentes telles que Rolex, partenaire de Roger Federer, ou Seiko, choix de Novak Djokovic. Ou Capri Watch, la marque officielle de la Fédération italienne de tennis et sponsor du joueur croate Marin Čiliċ et de l'italien Fabio Fognini. Qu'est-ce que MIV aura à dire?

Statistiques et algorithmes mis à part, il y a une morale à cette histoire. Des ambassadeurs tels que Nadal et Federer, le champion de la Formule 1 Lewis Hamilton pour IWC ou le plongeur libre Guillaume Néry (qui a plongé 139 mètres sous une montre Officine Panerai) nous laisseront toujours croire que, en portant ce tourbillon ou ce chronographe, nous aussi, nous aussi, brièvement, peuvent être des héros comme eux. Mais quel mécanisme, fonctionnant sur un écran de smartphone, peut nous donner envie de s'identifier à la vie et au travail d'un influenceur dont le seul exploit est d'avoir convaincu des agences complices de leur envoyer gratuitement les «objets désirables» du consumérisme à la consommation: chaussures, chemises et tout ce que la mode nous impose.

Guillaume Nery

Mais si c'était le but? Devenir un influenceur ne requiert aucune qualité particulière (en particulier aucune habileté sportive). Par conséquent, je peux aussi espérer recevoir gratuitement une paire de chaussures à talons de 12 cm ou une douzaine de t-shirts personnalisés. Vous avez mon adresse.