La Britannique Laura Plummer "toujours passionnée" par l'Egyptienne dont les pilules l'ont emprisonnée et "lui passe des heures au téléphone" – The Sun


Laura Plummer est toujours amoureuse de l’amour égyptien dont les pilules antidouleur l’ont condamnée à la prison.

Laura, 35 ans, de Hull, a été libérée il y a cinq mois de sa cellule dans une prison égyptienne après 15 mois de calvaire.

6

Laura Plummer a été libérée il y a cinq moisCrédit: Peter Jordan – The Sun

6

Sa famille dit qu'elle reste toujours amoureuse de l'ancien amant Omar CabooCrédit: Enterprise News and Pictures

Elle a été arrêtée à l'aéroport d'Hurghada en 2017 après avoir été retrouvée dans son bagage avec des analgésiques Tramadol qu'elle avait livrés à son petit ami Omar Caboo.

Son père, Neville Plummer, 71 ans, a déclaré que Laura retrouvait sa vie après avoir trouvé un emploi dans sa ville natale, mais restait toujours amoureuse d'Omar.

Il: "(Elle est toujours) très amoureuse.

"Elle ne montera plus jamais dans un avion, et il ne peut pas se permettre de venir ici. Je pense qu'avec le temps, ça va tout gâcher.

"Elle aura ses premières vacances depuis sa libération dans quelques semaines, mais elle ne fait que quelques kilomètres en direction de Scarborough avec sa soeur Rachel.

"La phobie de cet aéroport va durer toute sa vie, alors je ne la verrai jamais trop loin."

La vendeuse Laura, de Hull, a été libérée le week-end après avoir bénéficié d'une grâce présidentielle à la suite d'une campagne menée par The Sun.

La femme de 34 ans avait prévu de les donner à son mari égyptien, Omar, pour son mal de dos chronique.

Après que sa libération et son expulsion aient été approuvées, elle a déclaré: «Le soleil m'a sauvé la vie.

Son cauchemar

9 octobre 2017: Laura prend l'avion pendant deux semaines pour voir son mari égyptien, Omar. Elle est arrêtée par les douanes.

Ils trouvent 290 analgésiques tramadol dans ses bagages.

NOV 1: Elle dit aux procureurs que les pilules étaient pour le mal de dos d’Omar.

10 NOV: Le Soleil fournit un dossier de preuves à l'appui de son récit.

JOUR DE Noël: Laura comparaît devant le tribunal et plaide coupable par erreur après une erreur de traduction.

LE LENDEMAIN DE NOËL: Elle est condamnée à trois ans de prison.

15 JAN 2018: Laura reçoit la visite de sa famille et leur dit: «Je veux mourir.» Foreign Office suscite des craintes quant à son état mental.

22 SEPT: Laura perd son appel contre la condamnation pour drogue.

27 JAN 2019: Laura est libérée par grâce présidentielle

"Je ne sais pas ce que j'aurais fait sans votre aide. Je crains de penser à ce qui se serait passé.

«Je suis tellement heureux de rentrer chez moi. Je veux dire, qui part en vacances pendant deux semaines puis reste 14 mois?

«Je souhaite juste que je n’ai pas été déporté. Mais je vous promets que je ne remettrai plus jamais les pieds dans un aéroport. "

La famille Plummer était inflexible. Laura ne savait pas que ce qu'elle faisait était illégal et juste "idiot".

Ils ont dit qu'elle n'avait pas essayé de cacher les médicaments qu'un ami lui avait donnés, et elle pensait que c'était une blague quand elle a été interceptée par des fonctionnaires après être arrivée en vacances avec son partenaire.

GRAN RAPED

Monster, 23 ans, viole Gran, 59 ans, dans le parc, puis la félicite pour son "bon travail"

COMBAT POUR LA VIE

Bébé né après une mère très enceinte poignardée à mort «peu probable de survivre»

COKE BRETAGNE

Des vies ruinées, des enfants accrochés et des emplois perdus – sept jours de chaos de la cocaïne

FLASHTONBURY!

Les fêtards de Glastonbury se déshabillent alors que le festival se prépare sous la canicule de 30C

6

Laura a célébré sa libération avec une frite plus tôt cette annéeCrédit: Peter Jordan – The Sun

6

Elle est rentrée chez elle après avoir bénéficié d'une grâce présidentielleCrédit: Peter Jordan

6

Laura a été prise avec des analgésiques dans ses bagagesCrédit: Enterprise News and Pictures

6

Sœur Rachael Plummer, maman Roberta Sinclair et son frère James Plummer célèbrent sa libération après une campagne de SunCrédit: Doug Seeburg – The Sun