Difficile à vendre: une histoire de l'animal familier

Difficile à vendre: une histoire de l'animal familier
4.8 (96.55%) 29 votes


Un jour de l'été 1960, Robert Carrier se rendit chez lui à Lakewood, en Californie, et vit son fils Mike, âgé de 10 ans, allongé devant le garage. Lorsqu'il s'est approché, il a remarqué que son fils riait. La propriété avait une allée en béton peint, et quand il est devenu humide, sa surface est devenue lisse. Mike et ses amis avaient passé l'après-midi à brancher le tuyau d'arrosage, à faire démarrer le garage – qui était recouvert de moquette – puis à se renverser ventre contre le béton pour ensuite glisser jusqu'au bord du trottoir.

"Vous allez vous tuer vous-même," Carrier. Pourtant, il ne leur a pas dit de s’arrêter.

Lorsque les Carriers ont déménagé dans une nouvelle maison (dont la terrasse arrière était recouverte du même revêtement lisse), Mike et ses amis ont emporté leurs singeries avec un tuyau d'arrosage. Le plaisir et les jeux ont continué jusqu'à ce que Mike finisse par franchir une porte et la casser.

C'est à ce moment-là que Robert Carrier a décidé que si son fils insistait pour qu'il glisse, il pouvait tout aussi bien essayer de le rendre le plus sûr possible.

Carrier était un tapissier qui travaillait pour une entreprise qui fabriquait des sièges de bateau et avait accès à une variété de matériaux. Il a donc ramené chez lui un rouleau de 50 pieds de Naugahyde, un tissu enduit de vinyle, qu'il a nettoyé sur sa propriété. Le transporteur a courbé le tissu d'un côté et l'a cousu à intervalles. Lorsque le tuyau passait dans la boucle, de l'eau s'infiltrait dans les trous et maintenait la surface humide.

Le résultat fut une allée de jardin dédiée aux glissades et glissades. Lorsque Carrier a vu les enfants du quartier se précipiter et que la circulation dans sa rue était bloquée, il a décidé de breveter son invention. Il a parlé de «dispositif de jeu aquatique portatif pour la préparation du corps». Il l’a baptisée «Slip‘ N Slide », bien qu’il aurait probablement dû l’appeler Slip‘ N Sue.

Carrier et son associé, Richard Eriser, son idée à la société Wham-O, une marque à célébrer les jouets décalés comme le Hula Hoop et le Frisbee. Wham-O était également favorable aux inventeurs et ouvert aux soumissions extérieures. Ils ont convenu de fabriquer et de commercialiser le Slip ‘N Slide avec un seul ajustement: le matériau coûteux de Naugahyde devrait être remplacé par du plastique.

Le Slip 'N Slide de 30 pieds de long et 40 pouces de large a été mis en vente en 1961 et a été un succès immédiat, vendant 300 000 unités au prix de 9,95 $ en quelques mois. Les enfants ont été invités à dérouler le matériau sur une zone libre de roches ou de débris, puis à le fixer au sol. Un lubrifiant moulé directement dans le plastique de la surface agissait comme un agent propulseur, de sorte que les enfants qui couraient vers le haut de la glissière décollaient comme des projectiles humains. Certains enfants ont même du savon à l'eau fournie par leur tuyau d'arrosage pour une propulsion supplémentaire.

La même année, le Slip ‘N Slide a été introduit, les responsables de Wham-O ont observé un phénomène intéressant: plus les enfants s'amusaient, plus les adultes étaient contraints de l'essayer. Au début, cela n’était pas perçu comme une grosse affaire; beaucoup de parents jouent avec les jouets de leurs enfants. Mais le Slip ‘N Slide avait été conçu pour les enfants de taille et de poids limités, généralement inférieurs à 125 livres. Lorsque les adultes sautent à la surface, ils ne sont pas toujours largués. Parfois, leur poids signifiait qu'ils s'arrêtaient brusquement, le poids de leur corps se posant directement sur leur cou. Cela pourrait être dévastateur pour la moelle épinière et il serait possible de souffrir de tétraplégie, de paraplégie ou même de mort à la suite de l'impact.

Entre 1973 et 1991, on estime qu’un total de sept adultes et un enfant de 13 ans ont subi une blessure au cou ou une paralysie résultant directement de l’utilisation du Slip ‘N Slide. Bien que ces cas soient rares, Wham-O était apparemment préoccupé au point d’avoir décidé de le retirer du marché à la fin des années 1970. Il n’a pas été ramené dans les magasins jusqu’à ce que Wham-O soit vendu par la société Kransco en 1982.

La fiche ‘N Slide’ avait toujours porté des avertissements qu’elle était destinée aux enfants de 10 à 11 ans et moins. Mais ce n’était pas un jouet superficiellement dangereux, et les adultes n’avaient ni pris l’avertissement au sérieux, ni simplement jeté la boîte et les instructions sans y prêter attention. En conséquence, Kransco a été victime de deux actions en justice majeures qui feraient passer le glissement ‘N Slide’ au rang de nuisance publique.

En 1987, Michael Hubert du Wisconsin a utilisé le Slip ‘N Slide de son voisin et a eu le cou cassé. Âgé de 34 ans, il était un paraplégique incomplet, ce qui signifie qu'il avait une capacité limitée de marcher et d'utiliser ses mains. Il Kransco sur la blessure. La compagnie d’assurance American Empire Surplus Lines, qui assurait Kransco, a offert à Hubert un règlement de 250 000 $, qu’il a rejeté. L’affaire a fait l’objet d’un procès devant jury en 1991 et 1233 millions de dollars ont été alloués à Hubert. Le jury a déclaré la Slip ‘N Slide défectueuse et déraisonnablement dangereuse.

Kransco en fin de compte avec Hubert pour 7,5 millions de dollars. Par la suite, ils ont poursuivi American Empire, affirmant que la compagnie d’assurance aurait pu régler 750 000 dollars mais qu’elle avait choisi de ne pas le faire, laissant Kransco pour le règlement supérieur au million de dollars couvert. Kransco a gagné cette affaire et a reçu 17 millions de dollars.

En 1988, Robert Goldstein, étudiant à l’Université de la Floride centrale, s’est cassé le cou sur la diapositive. Il a également reçu 1,6 million de dollars en 1995. John C. Mitchell II, l'avocat qui représentait Goldstein, a déclaré par la suite qu'il pensait que les poursuites avaient incité Kransco à retirer le Slip 'N Slide du marché en 1991. Mais c'était loin d'être la fin. de la controverse.

En 1993, la Commission américaine de sécurité des produits de consommation (CPSC) a publié un avis de rappel conjointement avec Kransco pour alerter les consommateurs sur les dangers de la glissière. Bien qu'il ait été abandonné, 9 millions ont été vendus entre 1961 et 1992 et un nombre inconnu est encore disponible dans les magasins. (Au total, 30 millions de diapositives étaient jusqu'en 2011.) Le CCSP a averti que la diapositive était destinée aux enfants et que les adultes et les adolescents pourraient souffrir d'une lésion permanente de la colonne vertébrale. Contrairement à certains rappels de produits, cependant, la CPSC n'a pas pris de mesures pour le retirer complètement du marché. Selon un porte-parole, la raison en était que c'était un produit pour enfants et que les enfants ne se blessaient pas – seuls les adultes le faisaient.

En 1994, l'avocat Matthew Rinaldi Le Seattle Times que le nombre exact de blessures était difficile à obtenir parce que les règlements antérieurs pouvaient avoir inclus des accords pour ne pas discuter du cas. Rinaldi représentait un homme de Californie devenu quadriplégique à la suite de la glissade. En prévision de cette affaire, il a trouvé deux personnes qui se sont cassé la tête dans les années 1970, dont une était décédée. Il a également trouvé six adultes souffrant de fractures au cou dans les années 1980 et 1990, ainsi qu'une fille de 8 ans souffrant de lésions cérébrales. En 1989, un groupe de défense des droits des consommateurs, connu sous le nom de Comité de la consommation des Américains pour une action démocratique, avait rassemblé 5 000 personnes à l’hôpital pour des blessures liées à des glissades en 1988 seulement.

En 1994, alors que le Slip 'N Slide était encore en sommeil, Kransco vendit Wham-O à Mattel. La société a de nouveau été vendue en 1997, cette fois à un groupe d’investissement dirigé par Charterhouse Group. En 2001, Wham-O a sorti une version remaniée du Slip ‘N Slide avec un chemin plus long, des tunnels en eau et des arcades. L'entreprise était «parfaitement sûre» pour toute personne de moins de 11 ans.

Depuis ce temps, Wham-O a été deux fois plus important – d'abord à Cornerstone Overseas Investments en 2005, puis à InterSport et à Stallion Sport en 2015. Le Slip 'N Slide reste en vente avec les avertissements standard qu'il ne devrait être utilisé que par des enfants, bien que cela n'ait pas empêché les adultes de l'essayer. Cette fois-ci, ils ont tendance à publier les résultats sur YouTube.

"Officiellement, la boîte indique moins de 12 ans", a déclaré le président de Wham-O, Todd Richards, au Los Angeles Times en 2017. "Tout le monde ne respecte pas cela."

Bien que l'histoire du Slip 'N Slide semble sensationnelle, elle n'est pas unique dans le domaine des jouets pouvant provoquer des blessures. Entre 2002 et 2011, environ un million de personnes – dont la plupart étaient des enfants de moins de 16 ans – se sont retrouvées dans la salle des urgences sous la menace de sauter sur un trampoline. Un tiers d'entre eux ont subi des fractures aux os longs.

Lorsqu'elles sont utilisées conformément aux instructions, les glissades Slip 'N peuvent constituer une diversion amusante et sûre, bien que cela n’empêche pas le produit d’être stigmatisé. À la fin de 2018, World Against Toys Causing Harm, un autre groupe de surveillance des consommateurs, dressait la liste des jouets les plus dangereux sur le marché. Parmi eux: des lance-ballons, des piscines d’arrière-cour et le Slip ’N Slide.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *