Les manifestants rejettent les excuses du dirigeant de Hong Kong pour son projet de loi sur l'extradition Nouvelles du monde



Les manifestants à Hong Kong ont rejeté les excuses du chef de la ville pour son traitement d'un projet de loi controversé sur l'extradition.

Des dizaines de milliers de personnes ont manifesté contre le projet de loi, qui, selon eux, permettrait à la Chine d'extrader des habitants de Hong Kong vers le continent à des fins de procès politiques.

Lundi, la police a commencé à nettoyer les rues après des manifestations massives la nuit précédente.

Image:
Des manifestants manifestant contre le projet de loi sur l'extradition se sont fait dire qu'il serait mis au rebut

Carrie Lam, la directrice générale, a admis "que les carences dans les travaux du gouvernement avaient provoqué de nombreuses controverses et controverses dans la société, provoquant déception et chagrin parmi la population".

"La directrice générale a présenté ses excuses à la population de Hong Kong et s'est engagée à adopter une attitude des plus sincères et des plus humbles pour accepter les critiques et améliorer le service rendu au public", a ajouté sa déclaration.

L'un des groupes de protestation, le Civil Human Rights Front, a déclaré dans un communiqué: "Il s'agit d'une insulte totale envers les personnes qui sont descendues dans la rue".

Mme Lam avait affirmé que la loi empêcherait les criminels d'utiliser Hong Kong comme un refuge, mais beaucoup pensaient qu'elle annulerait les protections juridiques et les libertés promises par le gouvernement chinois lors de la prise de contrôle du territoire en 1997.

Image:
Des milliers de personnes sont descendues dans les rues de Hong Kong

Selon la loi, Pékin devrait se conformer à la règle "un pays à deux systèmes", qui promet de respecter l'autonomie juridique de Hong Kong pendant 50 ans.

Le demi-tour était considéré comme l'un des plus importants mouvements politiques de l'histoire du territoire et a conduit beaucoup à s'interroger sur la capacité de Mme Lam à diriger Hong Kong.

Au cours de la semaine écoulée, des centaines de milliers de personnes ont défilé à Hong Kong à propos du projet de loi, et beaucoup ont été heurtées par une force potentiellement meurtrière lors d'affrontements policiers.

Claudia Mo, politicienne, a déclaré: "Les démocrates de Hong Kong ne peuvent tout simplement pas accepter cette décision de suspension. Parce que la suspension est temporaire. La douleur est toujours là."

Bonny Leung, dirigeante du Front des droits de l'homme et du civil, l'un des groupes qui ont participé à l'organisation des manifestations, a déclaré: "On a menti à Hong Kong tant de fois".

Image:
Mme Lam a annoncé la décision de suspendre le projet de loi samedi

De l'autre côté de la frontière chinoise, le gouvernement dirigé par le communiste a publié des déclarations qui appuyaient la décision de Mme Lam de suspendre le projet de loi.

Pendant ce temps, des personnes en deuil déposent des fleurs sur le trottoir près du lieu où un homme a perdu la vie, après avoir apparemment été tué par un échafaudage dans un centre commercial alors qu'il portait une banderole de protestation.

Image:
Le mémorial de l'homme décédé lors d'une manifestation

Les secouristes auraient tenté d'amortir la chute de cet homme, sans toutefois l'attraper.

Également lundi, Joshua Wong, une figure emblématique des manifestations du Mouvement des parapluies de 2014 à Hong Kong, a été libéré de prison.

Le jeune homme âgé de 22 ans a purgé une peine de deux mois d'emprisonnement pour outrage au tribunal à la suite de ces manifestations et a déclaré lundi qu'il "rejoindra bientôt la manifestation (actuelle)".

Samedi, le ministre des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, a tweeté son soutien à la décision de Mme Lam en déclarant: "Bravo le gouvernement de Hong Kong pour avoir tenu compte des préoccupations des courageux citoyens qui ont défendu leurs droits fondamentaux.

"La sauvegarde des droits et des libertés énoncés dans la déclaration commune sino-britannique est le meilleur avenir pour HK et la Grande-Bretagne adhère à cet accord juridiquement contraignant."