Les États-Unis et l'Iran se moquent des informations faisant état d'une cyberattaque américaine contre l'Iran

Les États-Unis et l'Iran se moquent des informations faisant état d'une cyberattaque américaine contre l'Iran
4.2 (83.57%) 28 votes


Les dirigeants iraniens ont mis dimanche en garde les Etats-Unis contre les "comportements répréhensibles", sans toutefois mentionner que les ordinateurs de l'armée iranienne seraient la cible d'une cyberattaque américaine après qu'un drone de surveillance ait été abattu par l'armée iranienne.

"Nous ne cherchons pas la guerre, mais nous défendrons avec puissance les intérêts de la nation honorable d'Iran contre toute forme de menace et d'agression", a déclaré le général major Gholam Ali Rashid dans un discours adressé aux commandants des gardes de la révolution islamique. "En cas de conflit dans la région, sa portée et son calendrier ne pourraient être gérés par aucun pays."

L'Iran dit qu'il a abattu le drone sur ses côtes. Le Pentagone, cependant, a déclaré que l'incident avait eu lieu jeudi dans les eaux internationales au dessus du détroit d'Ormuz. Trump a annoncé qu'il avait annulé une grève de représailles quelques minutes avant sa tenue, après que les dirigeants militaires lui eurent annoncé le risque de 150 morts iraniens.

Cependant, Trump a secrètement autorisé le Cyber ​​Command américain à mener une cyber-attaque de représailles mettant en échec les systèmes du Garde révolutionnaire contrôlant le lancement de roquettes et de missiles, ont déclaré plusieurs responsables à l'agence Associated Press. Tous ont parlé sous condition d'anonymat parce qu'ils n'étaient pas autorisés à parler publiquement de l'opération.

La cyberattaque était en représailles du drone et des récentes attaques de pétroliers dans la région, selon des informations rapportées.

L'Iran a nié toute implication dans les attaques de pétroliers.

Le Pentagone a refusé de confirmer les informations sur les cyberattaques: "Par principe et pour des raisons de sécurité opérationnelle, nous ne discutons pas des opérations, du renseignement ou de la planification dans le cyberespace", a déclaré la porte-parole Heather Babb dans un communiqué.

Trump a annoncé qu'il annoncerait de nouvelles sanctions économiques contre la république islamique. Le président iranien a déclaré que l'économie iranienne était déjà dans une impasse à cause des sanctions déjà en place.

Mais il a également déclaré qu'il était prêt à négocier avec l'Iran sans conditions.

"Nous allons imposer d'importantes sanctions supplémentaires à l'Iran lundi", a déclaré Trump sur Twitter. "J'attends avec impatience le jour où les sanctions seront levées par l'Iran et elles redeviendront un pays productif et prospère. Le plus tôt sera le mieux!"

Trump a déclaré qu'il n'excluait pas de représailles militaires à l'avenir. Le conseiller à la sécurité nationale, John Bolton, a insisté sur ce point lors de sa visite avec le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu à Jérusalem.

"Ni l'Iran ni un autre acteur hostile ne devraient confondre la prudence et la discrétion américaines avec la faiblesse", a déclaré Bolton. "Personne ne leur a accordé un permis de chasse au Moyen-Orient."

Les tensions entre les nations augmentent depuis que Trump a annoncé l'année dernière que les États-Unis se retiraient d'un accord entre l'Iran et plusieurs puissances mondiales qui limitait l'accumulation nucléaire de la nation du golfe Persique en contrepartie de l'atténuation de certaines sanctions.

D'autres pays ont cherché à maintenir l'accord nucléaire en place et l'Iran a tardé à se retirer officiellement. Cependant, la semaine dernière, l'agence nucléaire iranienne a averti que son pays dépasserait bientôt la limite de stockage d'uranium fixée par l'accord.

Le président iranien Hassan Rouhani a accusé dimanche les Etats-Unis d’avoir "fait de l'intimidation" pour des tensions au Moyen-Orient.

"La plupart des problèmes régionaux et internationaux ont été causés par la dictature et le harcèlement de certains pays, en particulier les Etats-Unis, qui sont enracinés dans la violation du droit international et dans la voie de l'unilatéralisme", a déclaré Rouhani.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *