Les députés finissent tôt dans l'impasse sur le Brexit


Copyright de l'image
Chambre des communes

Légende

La Chambre des Communes s'est levée juste avant 15 heures le jeudi 2 mai

La Chambre des Communes s’est levée régulièrement de bonne heure tôt au cours des dernières semaines, en raison de l’impasse dans laquelle se trouve le Brexit et de l’absence de travaux parlementaires.

Les premières arrivées ont lieu malgré un appel de l'UE en avril selon lequel le Royaume-Uni ne devrait pas "gaspiller" l'extension du Brexit, qui dure jusqu'à la fin du mois d'octobre.

Selon les recherches de la Press Association, plus de 23 heures de séance n’ont pas été utilisées.

Les Communes se sont levées tôt 14 fois au cours des 18 jours de séance précédant les vacances.

À une occasion, la Chambre des communes n’a siégé que trois heures et demie, se levant quatre heures et 26 minutes plus tôt que prévu.

Après que l'UE eut décidé que le Royaume-Uni pourrait rester dans l'UE jusqu'au 31 octobre pour trouver une "solution", le président du Conseil de l'UE, Donald Tusk, avait adressé un message à "nos amis britanniques".

"S'il vous plaît, ne perdez pas ce temps," dit-il.

L'absence récente d'affaires parlementaires contraste avec une série de débats et de votes depuis que Mme May a conclu un accord avec l'UE en novembre dernier.

Elle a fréquemment fait des déclarations sur le Brexit aux Communes, répondant aux questions des députés pendant plusieurs heures.

Au premier trimestre de cette année, trois votes dramatiques ont rejeté son accord de retrait.

Par la suite, le gouvernement a suspendu ses efforts pour faire accepter l’accord sur le Brexit à la Chambre des communes, tandis que Mme May et le chef du parti travailliste Jeremy Corbyn ont mené des négociations en vue de trouver un terrain d’entente.

Mais avec le départ du premier ministre le mois prochain et la course au leadership des conservateurs, l'accord de retrait ne devrait pas faire son apparition à la Chambre des communes.

Et avec le Brexit hors du programme législatif, les ministres sont à court de projets de loi.

Copyright de l'image
Reuters

Légende

Le président du Conseil de l'UE, Donald Tusk, a exhorté le Royaume-Uni à ne pas "perdre de temps"

Dans des circonstances normales, cette session du Parlement s'achèverait, ouvrant la voie au gouvernement pour préparer une liste de nouveaux projets de loi à dévoiler dans le discours de la Reine.

Cette session parlementaire, qui a débuté en juin 2017, est la plus longue depuis la guerre civile anglaise au 17ème siècle.

Le chef du SNP aux Communes, Pete Wishart, a déclaré: "L'UE nous a dit de ne pas perdre le temps imparti pour trouver une solution au Brexit, mais la Chambre fait tout son possible pour y parvenir.

"Aujourd'hui, la Chambre se lève tôt régulièrement à cause d'un manque de travail. Considérer ce Parlement comme un zombie reviendrait à manquer de respect envers les morts-vivants dévoreurs de cerveaux.

"Nous sommes maintenant dans le purgatoire des affaires et cela ne peut pas continuer. Nous devons nous mettre au travail."

Le président du Parti travailliste, Ian Lavery, a déclaré: "Alors que le gouvernement se déchire, notre pays est en crise.

"Le gouvernement a bâclé les négociations sur le Brexit, notre industrie sidérurgique est menacée et Universal Credit pousse les gens dans la pauvreté."

Copyright de l'image
Chambre des communes

Légende

La masse est retirée des Communes, marquant la fin des travaux de la journée.

L'adoption d'une loi, cependant, n'est qu'un volet des travaux parlementaires.

Le Brexit est un rendez-vous régulier aux heures des questions des départements, tandis que le comité du Brexit mène trois enquêtes distinctes sur la question.

Et tout ne concerne pas le Brexit. Les ministres ont fait des déclarations sur une série d'autres sujets, allant de la restauration du gouvernement décentralisé d'Irlande du Nord à la réglementation des entreprises de médias sociaux.

Entre-temps, des comités de la Chambre des communes ont tenu des audiences sur d'autres questions clés telles que les crimes violents, les besoins éducatifs spéciaux et le traitement des anciens combattants.

Les Communes ont maintenant une suspension de 11 jours et seront de retour le 4 juin.