La France et l'Allemagne de l'Ouest s'engagent à unir leurs forces pour lutter contre le terrorisme

La France et l'Allemagne de l'Ouest s'engagent à unir leurs forces pour lutter contre le terrorisme
4.4 (87.27%) 22 votes


BONN, Allemagne de l'Ouest (AP) _ L'Allemagne de l'Ouest et la France ont annoncé la création d'un groupe de travail conjoint contre le terrorisme. Le ministre de l'Intérieur de l'Allemagne de l'Ouest a déclaré aujourd'hui que l'Italie souhaitait également discuter des moyens de lutter contre la résurgence du terrorisme de gauche en Europe occidentale.

Ces dernières semaines, des assassinats, des attentats à la bombe et des incendies criminels ont eu lieu en France, en Allemagne de l'Ouest, en Grèce, en Belgique et au Portugal. Des groupes terroristes anarchistes ou de gauche ont revendiqué la responsabilité de la plupart des attaques. À Bruxelles, en Belgique, les 16 pays de l'OTAN ont déclaré aujourd'hui, après une réunion hebdomadaire régulière des ambassadeurs, qu'ils étaient déterminés à lutter contre la résurgence du terrorisme, qui est en partie dirigée contre l'alliance et les objectifs liés à l'OTAN.

L'Organisation du Traité de l'Atlantique Nord a déclaré dans une déclaration: "Nous prenons très au sérieux notre responsabilité vis-à-vis de notre personnel et des institutions de l'OTAN (…). Nous sommes déterminés à prévenir et à réprimer le terrorisme qui cherche à compromettre la stabilité et à détruire les institutions démocratiques."

Mardi, le Premier ministre français Laurent Fabius et le chancelier ouest-allemand Helmut Kohl se sont rencontrés à Bonn et ont formé un groupe de sécurité conjoint pour lutter contre la violence politique.

Le porte-parole du ministère des Affaires étrangères de l'Allemagne de l'Ouest, Hans-Guenter Kowalski, a déclaré aujourd'hui que Bonn et Paris mettraient également en place une ligne télex directe entre les responsables de la sécurité des deux pays afin de coordonner les mesures antiterroristes.

Kowalski a déclaré que le ministre italien de l'Intérieur, Luigi Scalfaro, se réunirait à Bonn pendant deux jours la semaine prochaine pour discuter des moyens de lutter contre le terrorisme avec le ministre de l'Intérieur de l'Allemagne de l'Ouest, Friedrich Zimmermann, et d'autres responsables.

Les guérilleros urbains coordonneraient leurs attaques contre des cibles militaires et industrielles autour du continent.

La faction de l’Armée rouge, une faction de la guérilla urbaine en Allemagne de l’Ouest, et un groupe terroriste français, Direct Action, ont annoncé le mois dernier qu’ils se joindraient à eux pour se battre "contre l’OTAN et d’autres organisations impérialistes".

Les autorités ouest-allemandes se sont demandé si les Italiens seraient ajoutés au groupe de travail anti-terroriste Bonn-Paris ou seraient inclus dans une autre forme de coopération entre Bonn et Rome.

Kowalski a indiqué que le groupe de travail sera initialement composé d'experts en sécurité de la France et de l'Allemagne de l'Ouest "qui doivent coordonner leurs enquêtes sur des cas concrets de terrorisme menés par Direct Action et la Faction de l'Armée rouge".

"Mais nous recherchons également une coopération avec d'autres pays européens", a-t-il déclaré.

L’Italie est maintenant à la tête du Marché commun européen regroupant dix pays et Scalfaro s’est récemment rendu en France, en Belgique, aux Pays-Bas et au Luxembourg pour discuter d’un programme antiterroriste coordonné. Il n'a pas caché sa conviction que le bloc soviétique pourrait être impliqué dans les récentes attaques terroristes.

Les autorités ouest-allemandes ont mis en évidence des preuves de plus en plus évidentes que la faction de l’Armée rouge renforçait sa coopération avec les Brigades rouges d’Italie et les Cellules communistes combattantes de Belgique, ainsi que l’Action directe de la France.

"Nous ferons tout ce qui est humainement possible pour lutter contre cette menace pour la civilisation", a déclaré Kohl aux journalistes lors d'une conférence de presse commune à Bonn avec le Français Fabius.

Le 25 janvier, René Audran, responsable de l’armement au ministère de la Défense, a été tué dans une embuscade devant son domicile. Action directe revendiquée.

Le 1er février, Ernst Zimmermann, président d'un géant des moteurs d'avion ouest-allemand, a été abattu par balle à son domicile près de Munich. La faction de l'Armée rouge a revendiqué la responsabilité.

Vendredi dernier, des terroristes portugais ont fait exploser 18 voitures appartenant à des soldats ouest-allemands stationnés dans une base aérienne à Beja.

Le lendemain, 80 personnes, dont 69 membres de l'armée américaine et des personnes à leur charge, ont été blessées par l'explosion d'une bombe dans un bar près d'Athènes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *