Elections européennes 2019: tour d'horizon pays par pays

Elections européennes 2019: tour d'horizon pays par pays
4.8 (95.56%) 36 votes


Copyright de l'image
AFP

Légende

Les Verts allemands (photo) ont fait beaucoup mieux que le nationaliste AfD

Le paysage politique de l'UE a été bouleversé lors de cette élection, les blocs traditionnels de centre gauche et de centre droit perdant leur majorité générale.

, mais a été pire que prévu ailleurs, notamment au Danemark et en Allemagne.

Le Parlement européen sera probablement un endroit plus instable. Les verts et les libéraux ont globalement bien performé et pourraient donc avoir un impact plus important. Les résultats ici ne sont pas définitifs, mais la plupart des votes ont été comptés.

Autriche (18 places)

Le parti populaire conservateur au pouvoir (ÖVP) a remporté la victoire avec un record de 34,9%, malgré un scandale qui a conduit à la chute de son gouvernement de coalition avec l'extrême droite. Le dirigeant de l'ÖVP, Sebastian Kurz, est confronté à un vote de censure imminent qui pourrait le mettre à l'écart du travail.

Le parti d'extrême droite Freedom Party (FPÖ) – qui a quitté le gouvernement après que son chef, Heinz-Christian Strache, a été exposé dans une vidéo "du piège à miel" – n'a pas été écrasé par le scandale. Les résultats provisoires montrent qu'il est arrivé en troisième position avec 17,2%, en légère baisse par rapport à 2014.

Belgique (21)

Lors de la grande nuit des élections européennes, fédérales et régionales en Belgique, le parti d'extrême droite flamand Vlaams Belang (Intérêt flamand) a fait la une des journaux.

Il a remporté trois sièges au scrutin du Parlement européen, mais s'est hissé à la deuxième place du vote national du parlement fédéral. Vlaams Belang souhaite que la région du nord de la Flandre se sépare du reste de la Belgique.

Bulgarie (17)

Le parti au pouvoir, le parti au pouvoir, le Premier ministre Boyko Borisov, a remporté 30,6% des suffrages, contre 26% pour son ennemi juré, le socialiste BSP.

On pense que la campagne très active de M. Borisov au cours de la semaine passée a permis à Gerb de devancer le BSP.

Croatie (11)

Le HDZ, le nationaliste au pouvoir, a remporté quatre sièges, soit deux de moins que prévu, à égalité avec le SDP, parti de l'opposition, qui a également remporté quatre sièges.

Chypre (6)

Sur le plan politique, peu de changements se sont produits: les conservateurs ont remporté la victoire de peu, le DISY au pouvoir occupant deux sièges avec 29%, suivi du socialiste AKEL (27,5% – deux sièges).

République tchèque (21)

Le Premier ministre Andrej Babis a remporté une victoire convaincante pour son parti libéral, l'ANO, ce qui signifie que l'ANO enverra six députés à Bruxelles.

Les démocrates civiques conservateurs (du bloc des conservateurs et des réformistes européens) se sont classés en deuxième position, remportant quatre sièges.

Danemark (13)

Ce fut une nuit décevante pour le parti d'extrême droite du Parti du peuple danois (DF), qui a perdu environ les deux tiers de ses voix, se classant quatrième.

Le parti libéral Venstre du Premier ministre Lars Lokke Rasmussen a dépassé DF pour devenir le plus grand parti danois en Europe, avec une part de 23,5%.

Finlande (13)

Le parti vert finlandais (VIHR) a remporté le record de 16%, se classant deuxième derrière le parti de coalition national de centre-droit.

Les Finlandais d'extrême droite ont augmenté leur part de vote et ont conservé leurs deux sièges.

France (74)

Le rallye national d'extrême droite dirigé par Marine Le Pen est arrivé en tête avec 23,3%, devançant de peu l'alliance libérale du président Emmanuel Macron dirigée par LREM (22,4%)

Ce fut un coup symbolique pour M. Macron, qui a subi les pressions des manifestations "Gilets Jaunes" (gilet jaune). Il est l’une des plus fortes voix pro-européennes du bloc, appelant à des réformes majeures et mettant en cause l’établissement centriste du parlement.

Allemagne (96)

Les grands gagnants ont été les Verts – ils ont presque doublé leurs sièges, arrivant en deuxième position avec 20,5%, et les grands perdants étant les sociaux-démocrates (SPD), tombant à 15,8%.

En 2014, le SPD avait atteint 27,3%.

La Démocrate chrétienne (CDU) de la chancelière Angela Merkel a toujours gagné, mais un soutien hémorragique.

L'AfD d'extrême droite a fait mieux que prévu, gagnant 11%.

Grèce (21)

Le parti de gauche Syriza, membre du Premier ministre Alexis Tsipras, a connu une mauvaise nuit. Il a été battu par le parti néo-démocrate conservateur de l'opposition (ND). ND a obtenu 33,3%, contre 24% de Syriza.

M. Tsipras a annoncé qu'il organiserait des élections anticipées, qui pourraient avoir lieu à la fin du mois de juin.

Hongrie (21)

Le Premier ministre Viktor Orban, dont le parti nationaliste Fidesz est actuellement suspendu du groupe PPE de centre-droit en Europe, a connu une nouvelle nuit de succès électoral. Gagnant 52% des voix, il a déclaré que sa plateforme anti-immigration était un succès.

"Les Hongrois nous ont confié trois tâches. Avant tout, mettre un terme à l'immigration dans toute l'Europe. Ils nous ont confié la tâche de défendre l'Europe des nations et de protéger la culture chrétienne en Europe", a-t-il déclaré à ses partisans.

Il pourrait se retirer du PPE et embrasser l'alliance embryonnaire nationaliste, modifiant ainsi l'arithmétique parlementaire.

Irlande (11)

Le parti de centre-droit Fine Gael du Premier ministre Leo Varadkar a remporté une grande victoire, suggèrent les sondages à la sortie des urnes. Mais le système électoral irlandais signifie que les résultats prendront un certain temps.

Italie (73)

C'était une victoire historique pour la Ligue anti-immigration du Vice-Premier Ministre Matteo Salvini. Son parti a obtenu 34,3%, ce qui l’a confirmé comme l’un des plus puissants leaders anti-établissement de l’UE.

Mais le Parti démocratique (PD) de centre gauche a surpris beaucoup de monde en se classant deuxième avec 23%.

La nuit a été décevante pour les partenaires de la coalition populiste de la Ligue, Five Star, qui ont chuté à 17%.

Pays-Bas (26)

Le parti travailliste néerlandais (PvdA) a obtenu 19% des voix, un retour spectaculaire et inattendu pour le centre-gauche.

Le VVD libéral du Premier ministre Mark Rutte a obtenu 14,6%.

Le parti nationaliste nouvellement arrivé de Thierry Baudet, le FvD, a obtenu 10,9%, laissant le Parti de la liberté de Geert Wilders loin derrière et sans aucun siège.

Pologne (51)

Le parti conservateur au pouvoir, le parti Droit et justice (PiS), anti-immigration, a obtenu la première place avec 45,6%, loin devant la Coalition européenne pro-UE (38%).

Le taux de participation a atteint le niveau record de 43% – le plus élevé depuis l'adhésion de la Pologne à l'Union européenne en 2004. Et ce fut un test décisif pour les élections nationales qui se dérouleront plus tard cette année.

Portugal (21)

Le Parti socialiste de centre gauche (PS) a gagné avec 33,4%.

Le PSD de centre-droit est arrivé en deuxième position avec 22% et remarquablement, le nouveau parti écologiste PAN a remporté un siège pour la première fois.

Roumanie (32)

Le parti social-démocrate au pouvoir (PSD), accusé par la Commission européenne d'être responsable de la lenteur des progrès accomplis dans la lutte contre la corruption, est tombé à la deuxième place, avec 23,4%. Le PNL centre-droit est arrivé en tête avec 26,8%.

Le vote s'est accompagné d'un référendum sur les réformes judiciaires du gouvernement – une initiative du président qui a irrité le gouvernement.

Slovaquie (13)

Une nouvelle coalition de partis pro-européens ayant obtenu 20% des suffrages, elle enverra donc quatre députés européens à Bruxelles: deux libéraux et deux députés de centre-droit.

Trois sièges sont attribués au parti Smer, parti de gauche au pouvoir, qui a obtenu 15,7%.

Espagne (54)

C'était une victoire convaincante pour les socialistes au pouvoir du Premier ministre Pedro Sánchez, qui ont remporté 32,8% des suffrages, soit 20 sièges.

Il renforce son pouvoir après son triomphe aux élections nationales d’avril, bien qu’il n’ait pas obtenu la majorité.

Le Parti populaire conservateur (PP) – également pro-UE – était deuxième avec 20% (12 sièges). Pour la première fois, un parti d'extrême droite espagnol, Vox, a été élu à Bruxelles avec trois sièges.

Suède (20)

Les sociaux-démocrates au centre-gauche au pouvoir ont remporté la victoire avec 23,6%.

Les modérés libéraux-conservateurs venaient en deuxième position avec 16,8%.

Les démocrates suédois d'extrême droite et anti-immigrés ont attiré beaucoup d'attention: ils se sont classés en troisième position, remportant deux sièges.

Royaume Uni (73)

Ce fut une élection extraordinaire pour le Royaume-Uni, dont les négociations en vue de la sortie de l'UE sont dans l'impasse. Les élections ont été organisées tardivement, après que le Royaume-Uni eut dépassé la date limite du Brexit du 29 mars.

Les électeurs ont puni les conservateurs au pouvoir et le parti travailliste de l'opposition, nombre d'entre eux soutenant le nouveau parti anti-UE du Brexit de Nigel Farage.

Le parti Brexit a gagné avec 31,7% et les libéraux démocrates ont pris la deuxième place avec 18,5%.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *