Accord nucléaire iranien: les violations de l'enrichissement d'uranium sont une extorsion, déclarent les Etats-Unis

Accord nucléaire iranien: les violations de l'enrichissement d'uranium sont une extorsion, déclarent les Etats-Unis
4.9 (97.33%) 30 votes


La lecture multimédia n'est pas prise en charge sur votre appareil

Légende du médiaLe représentant de l'Iran à l'ONU: les Européens "n'honorent pas leurs engagements" sur l'accord nucléaire

Les États-Unis ont accusé l'Iran d'une "tentative grossière et transparente d'extorquer des paiements à la communauté internationale" en violant l'accord sur le nucléaire de 2015.

L'ambassadeur américain à l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) a déclaré que l'Iran n'avait aucune raison crédible de ne pas respecter deux engagements clés en matière d'enrichissement d'uranium.

L’Iran a déclaré que ces mesures constituaient une réponse aux sanctions que les États-Unis ont rétablies lorsqu’ils ont abandonné l’accord de l’année dernière.

Il s'est engagé à les inverser s'il est indemnisé pour les pertes économiques.

Les puissances européennes toujours parties à l’accord ont mis en place un mécanisme destiné à faciliter les échanges commerciaux légitimes sans transactions financières directes qui, espèrent-elles, contourneraient les sanctions imposées par les États-Unis. Cependant, l'Iran a déclaré qu'il ne répondait pas à ses besoins.

Le représentant de l'Iran aux Nations Unies à New York a déclaré à la BBC que les Européens pourraient faire plus et que, s'ils ne le faisaient pas, l'Iran prendrait des mesures supplémentaires.

"Si rien ne se passe dans les 60 prochains jours, nous devrons passer à la troisième phase. Les éléments de la troisième phase ne sont pas encore connus, mais nous annoncerons ce que nous allons faire", a déclaré Majid Takht- Ravanchi a prévenu.

Copyright de l'image
EPA

Légende

Le président iranien a déclaré à un envoyé français que "la voie de la diplomatie et des pourparlers" était "complètement ouverte"

Lors de la réunion extraordinaire du conseil des gouverneurs de l'AIEA à Vienne mercredi, des diplomates auraient été informés que les inspecteurs de la surveillance mondiale avaient vérifié que l'Iran enrichissait l'uranium à une concentration de 4,5% – au-dessus de la limite de 3,67% fixée par l'accord nucléaire.

Le pays a annoncé cette démarche il y a trois jours, déclarant vouloir être en mesure de produire du combustible pour la centrale nucléaire de Bushehr.

L'AIEA aurait également vérifié que les stocks iraniens d'uranium faiblement enrichi avaient augmenté depuis que la limite de 300 kg (660 lb) avait été dépassée le 1er juillet.

L'uranium faiblement enrichi, qui présente généralement une concentration de 3 à 5%, peut être utilisé pour produire du combustible pour les centrales nucléaires commerciales. L'uranium de qualité militaire est enrichi à 90% ou plus.

Les experts ont déclaré que le dépassement de la limite de stocks ne constituait pas un risque de prolifération à court terme, mais que l'enrichissement d'uranium à une concentration plus élevée commencerait à raccourcir le prétendu "temps de rupture" de l'Iran – le temps nécessaire à une production suffisante matière fissile pour une bombe.

L'Iran insiste sur le fait qu'il n'a jamais cherché à développer une arme nucléaire. Mais la communauté internationale ne croit pas l’Iran et a négocié un accord nucléaire pour l’empêcher de le faire.

Le président des États-Unis, Donald Trump, a déclaré que l'accord n'allait pas assez loin pour restreindre le programme nucléaire iranien et s'est retiré unilatéralement de l'accord en mai 2018.

Il souhaite le remplacer par un autre qui limiterait également le programme de missiles balistiques de l'Iran et son implication dans les conflits régionaux. Mais l'Iran a jusqu'ici refusé.

Copyright de l'image
Reuters

Légende

L'ambassadeur américain, Jackie Wolcott, a déclaré qu'il était impératif que la "mauvaise conduite" de l'Iran ne soit pas récompensée

Lors de la réunion de l’AIEA, la sécurité et la stabilité ont été affectées.

"La position nucléaire actuelle de l'Iran vise clairement à faire monter les tensions plutôt qu'à les désamorcer, et souligne les graves problèmes que l'Iran continue de poser à la paix et à la sécurité internationales", a-t-elle déclaré.

"De telles tactiques d’extorsion et d’extorsion ne résoudront ni l’impasse actuelle ni les sanctions imposées à l’Iran. Le chemin emprunté par le régime ne fera qu’approfondir son isolement international et accroître les dangers auxquels il est confronté."

Mme Wolcott a déclaré qu'il était impératif que la "mauvaise conduite" de l'Iran ne soit pas récompensée.

"Si tel est le cas, les demandes et les provocations de l'Iran ne feront que s'intensifier – comme cela s'est produit trop souvent dans le passé", a-t-elle averti.

L'ambassadeur a appelé l'Iran à revenir sur ses avancées nucléaires et à mettre un terme à tout projet d'avancée future.

"Les Etats-Unis ont clairement indiqué que nous sommes ouverts à la négociation sans conditions préalables et que nous offrons à l'Iran la possibilité d'une normalisation complète des relations", a-t-elle ajouté.

Le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a déclaré ce qui permet à une partie de "cesser de respecter ses engagements… en tout ou en partie" en cas de "non-exécution significative" par les autres parties.

Le président Trump a plus tard affirmé dans un tweet que l'Iran avait "secrètement" enrichi "de l'uranium en totale violation" de l'accord conclu par son prédécesseur, Barack Obama, et avait promis que les sanctions "seraient bientôt renforcées de manière substantielle".

M. Trump n'a pas donné plus de détails. Mais l'AIEA avait vérifié à plusieurs reprises que l'Iran respectait l'accord jusqu'à ce mois-ci et l'ambassadeur iranien à l'agence, Kazim Gharib Abadi, a déclaré qu'il n'avait "rien à cacher."

Pendant ce temps, le principal conseiller diplomatique du président français Emmanuel Macron a eu des entretiens à Téhéran avec des responsables iraniens pour tenter d'éviter une nouvelle escalade.

Le président iranien Hassan Rouhani a déclaré à Emmanuel Bonne que l'Iran "avait gardé la voie de la diplomatie et des pourparlers complètement ouverts" et qu'il espérait que les autres parties à l'accord sur le nucléaire pourraient "utiliser correctement cette opportunité".

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *