Le nouveau Xperia Pro-I de Sony, un smartphone de luxe à 1800€ (Avis)

Publié le 27 octobre 2021, 09:38

Au début de l’année 2021, Sony a présenté le Xperia Pro à 2 500 $. Il s’agissait d’un téléphone que la société avait conçu pour les professionnels de la vidéo. Aujourd’hui, Sony est de retour avec un deuxième smartphone de qualité professionnelle conçu pour séduire les amateurs de photographie. La caractéristique principale du Xperia Pro-I est un capteur de 1 pouce emprunté à l’appareil photo numérique RX100 VII de la société. Il s’agit d’un capteur beaucoup plus grand que celui que l’on trouve sur la plupart des téléphones.

Pour mettre les choses en perspective, le capteur principal du Pixel 6 Pro présente un pas de pixel de 1,2 µm. En revanche, le capteur principal du Pro-I a des pixels de 2,4µm, ce qui le rend bien meilleur en basse lumière. Il peut également filmer des fichiers RAW 12 bits et des vidéos 4K natives à 120 images par seconde avec un autofocus à détection oculaire. En parlant d’autofocus, il est doté de 315 points qui couvrent 90 % du cadre.

Le Pro-I intègre également l’un des processeurs d’imagerie BIONZ X de Sony, ce qui lui permet de filmer jusqu’à 20 images par seconde avec l’autofocus et l’exposition automatique activés. La vitesse de lecture rapide du capteur lui permet d’éviter l’effet de rolling shutter, une caractéristique qui, selon Sony, permet au Pro-I de se démarquer des autres téléphones dotés d’un capteur d’un pouce, comme le Mi 11 Ultra. Ces téléphones ne disposent pas non plus d’un autofocus à détection de phase comme le Pro-I.

Le capteur de 1 pouce est complété par un objectif de 24 mm en verre qui peut passer d’une ouverture de f/2,0 à f/4,0. Sony a opté pour une conception asphérique afin de rendre l’optique aussi petite que possible. L’appareil photo principal est flanqué d’une caméra ultra-large de 16 mm et d’un téléobjectif de 50 mm. Sony affirme avoir choisi cette disposition des objectifs après avoir consulté des photographes qui lui ont fait part de leur souhait de disposer d’une configuration correspondant à leur collection d’objectifs primaires.

En lien avec cet article :  Fonctionnalités Android: de nouvelles mises à jour prévues par Google pour la fin d'année

Au-delà de l’appareil photo, le Xperia Pro-I est essentiellement un Xperia 1 III amélioré. En interne, le téléphone est équipé d’un Snapdragon 888 soutenu par 12 Go de RAM et 512 Go de stockage interne. Vous pouvez ajouter jusqu’à 1 To de stockage supplémentaire à l’aide d’une carte microSD. Le tout est alimenté par une batterie de 4 500 mAh qui, selon Sony, vous permettra d’utiliser le Pro-I pendant une journée entière avec une seule charge. La boîte contient un adaptateur secteur de 30 W qui permet de charger le téléphone à 50 % en 30 minutes.

Le Pro-I est également équipé du même écran OLED de 6,5 pouces que le Xperia 1 III. Il s’agit d’un écran 4K avec un taux de rafraîchissement de 120 Hz et un rapport d’aspect de 21:9. Sur le plan audio, le Pro-I est non seulement doté d’une prise casque de 3,5 mm, mais il intègre également les technologies LDAC et DSEE de Sony.

Toutes ces capacités sont assorties d’un prix élevé. Aux États-Unis, Sony prévoit de vendre le Xperia Pro-I au prix exorbitant de 1 800 dollars. Selon la société, vous obtenez effectivement un téléphone phare et le RX100 VII pour moins que le prix d’achat de ces appareils séparément. Toutefois, le Xperia Pro-I ne remplace pas le RX100 VII à l’identique. L’appareil photo numérique de Sony produit des images de 20,1 mégapixels, en utilisant la totalité de la lecture de son capteur. Le Pro-I utilise un recadrage car l’exploitation de l’intégralité du capteur nécessiterait un objectif beaucoup plus grand que celui qu’il serait possible d’intégrer à un smartphone.

En lien avec cet article :  Google Cloud : les dernières fonctionnalités améliorent les opérations et réduisent les coûts

Les précommandes pour le Xperia Pro-I débuteront le 28 octobre, et la disponibilité générale suivra en décembre.

Tous les produits recommandés par Engadget sont sélectionnés par notre équipe éditoriale, indépendamment de notre société mère. Certains de nos articles comportent des liens affiliés. Si vous achetez un produit par le biais de l’un de ces liens, nous pouvons recevoir une commission d’affiliation.

Dominique Monjeau