Action Total Avis : Est-il recommandé d’acheter des actions TotalEnergies cette semaine?

Publié le 6 septembre 2021, 16:35

TotalEnergies SE, dont le siège est en France, est une société pétrolière et gazière. L’exploration et la production, le gaz, les énergies renouvelables et l’électricité, le raffinage et la chimie, ainsi que le marketing et les services sont les quatre secteurs d’activité de la société. L’exploration et la production comprennent toutes les activités liées à l’exploration et à la production.

Le gaz naturel, le gaz naturel liquéfié (GNL) et le gaz de pétrole liquéfié (GPL) sont des exemples d’activités gazières en aval, tout comme la production d’électricité, le commerce du gaz et de l’électricité et la commercialisation. Elle est également engagée dans le développement des énergies renouvelables (à l’exclusion des biotechnologies) et du stockage de l’énergie.

Une section dédiée nommée Innovation & Efficacité énergétique coordonne les initiatives en matière d’efficacité énergétique. Raffinage & Chimie regroupe les activités de raffinage et de pétrochimie de l’entreprise, ainsi que celles d’Hutchinson.

Elle comprend également les activités de négoce et de transport du pétrole. Marketing & Services est en charge de l’approvisionnement et du marketing des produits et services pétroliers au niveau mondial.

 

 


Choisir le meilleur broker pour acheter ou vendre des actions TotalEnergies

  1. eToro : Meilleur choix si vous ne voulez pas payer de commissions
  2. AvadTradeAvaTrade : Meilleur choix pour disposer d’une plateforme de trading performante
  3. Admiral Markets : Meilleur choix pour utiliser l’effet de levier avec les CFD

 

Actu du 06/09/2021

Deux nouveaux contrats entrainent à la hausse l’action de TotalEnergies

TotalEnergies, compagnie énergétique française, a célébré lundi 6 septembre son retour en Irak avec un investissement estimé à une dizaine de milliards de dollars. Cette annonce intervient au lendemain de la signature d’un contrat avec le gouvernement irakien, évalué à 27 milliards de dollars.

Le président-directeur général Patrick Pouyanné était à Bagdad dimanche pour signer le contrat avec le gouvernement irakien, qui se poursuivra pendant 25 ans, selon la compagnie.

C’est alors que le ministre irakien du pétrole a indiqué une valeur totale de 27 milliards de dollars, ajoutant qu’il s’agissait d’un investissement de 10 milliards de dollars dans les infrastructures suivi d’une seconde volée de 17 milliards de dollars à terme, pour une valeur totale de 27 milliards de dollars.

 

Actu du 30/08/2021

Depuis le début de l’année, l’action du géant de l’énergie a gagné à peine 5%. Sur un an, elle a progressé de 14%. Aux mêmes périodes, le cours du Brent s’est envolé de 30% et 52% respectivement. À plus court terme, la récente baisse du prix de l’or noir (-15% en trois semaines) a peu pénalisé le titre TotalEnergies (-1%).

Ce que vous devez savoir avant de décider d’investir dans TotalEnergies, selon notre avis

Actions en circulation 2.6B
Propriété institutionnelle –%
Capacité boursière 118.9B
Dernier fractionnement d’actions None

INFORMATIONS IMPORTANTES

  • 37.83 Clôture précédente Clôture précédente
  • Plus haut du jour : 37,87
  • Plus bas du jour : 37,87 37,53 38,22
  • Plus haut des 52 semaines 42,19
  • Plus haut des 52 semaines date 03/12/21 (minimum des 52 semaines) 24,51 (minimum des 52 semaines) 29/10/20
  • Capitalisation du marché Les actions en circulation sont 118 858,49 millions. 2 640,25 Millions sur une base de 10 jours 4,43 Millions en volume
  • Rendement du dividende : 2,64 Rendement du dividende de 6,98 pour cent Bêta depuis le début de l’année 1,17 Variation en pourcentage de 6,98

RATIOS DE RENTABILITÉ

  • EPS (TTM)2,02
  • P/E (TTM)18,76

L’avis de la rédaction sur l’action TotalEnergies en Août 2021

Le Conseil d’administration de TotalEnergies SE (Paris:TTE) (LSE:TTE) (NYSE:TTE), réuni le 28 juillet 2021, sous la présidence du Président-directeur général Patrick Pouyanné, a arrêté les comptes du deuxième trimestre 2021 de la Société. A cette occasion, Patrick Pouyanné a déclaré :

« Au deuxième trimestre, grâce à la reprise progressive de la demande mondiale et à la discipline OPEP+, TotalEnergies a bénéficié de marchés pétroliers et gaziers respectivement en hausse de 13% et 28% d’un trimestre à l’autre. Dans ce contexte, TotalEnergies a réalisé un résultat net ajusté de 3,5 milliards de dollars. , en hausse de 15 % par rapport au premier trimestre 2021 et au-dessus du niveau du deuxième trimestre 2019 d’avant-crise qui avait un environnement de prix du pétrole comparable, notamment grâce aux plans d’action mis en place pendant la crise.

TotalEnergies a généré un cash-flow (DACF) de 6,8 milliards de dollars, soit une augmentation de plus de 1 milliard de dollars par rapport au trimestre précédent, et, en maintenant la discipline d’investissement, a généré un cash-flow net de 3,2 milliards de dollars ce trimestre, qui couvre l’acompte sur dividende de 2,1 milliards de dollars et permis la poursuite du désendettement, avec un gearing passant à 18,5 %, en deçà de l’objectif annoncé de 20 %. Le point mort organique de la trésorerie est inférieur à 25 $/b pour le trimestre.

Compte tenu des bons résultats du deuxième trimestre, le Conseil d’administration a décidé de distribuer un deuxième acompte sur dividende pour 2021, stable à 0,66 €/action.

Par ailleurs, compte tenu des prix élevés des hydrocarbures et d’un gearing inférieur à 20%, dans le respect de la stratégie de TotalEnergies et en cohérence avec le schéma d’allocation des flux de trésorerie présenté en février 2021, le Conseil d’Administration a décidé d’allouer jusqu’à 40% de la trésorerie supplémentaire flux généré supérieur à 60 $/b pour les rachats d’actions.

Le segment iGRP a confirmé sa performance du premier trimestre avec un résultat net ajusté et des flux de trésorerie d’environ 900 millions de dollars. La croissance des énergies renouvelables et de l’électricité s’est poursuivie avec plus de 500 MW de capacité brute de production d’électricité renouvelable mise en service au cours du trimestre et l’acquisition d’une participation dans un projet éolien offshore de 640 MW en construction à Taïwan.

L’Exploration-Production a pleinement tiré parti de la hausse du prix du Brent et, malgré une production plus faible au deuxième trimestre, principalement en raison de la maintenance planifiée, a enregistré des augmentations d’environ 10 % par rapport au trimestre précédent du résultat opérationnel net ajusté et des flux de trésorerie à 2,2 milliards de dollars et 4,3 milliards de dollars, respectivement.

L’Aval a réalisé de très bonnes performances, grâce à la force de son modèle intégré, qui lui a permis de bénéficier de marges très élevées dans la pétrochimie et du rebond des résultats Marketing & Services aux résultats d’avant-crise, malgré des marges de raffinage européennes déprimées. Le résultat opérationnel net ajusté et les flux de trésorerie en aval ont augmenté d’environ 70 % pour atteindre 900 millions de dollars et 1,5 milliard de dollars, respectivement. »

Chiffres clés

Durabilité

  • Total se transforme et devient TotalEnergies, avec une nouvelle identité visuelle
  • ème place mondiale et 1 ère place pour le secteur Pétrole et Gaz dans le classement BloombergNEF sur l’alignement des stratégies d’entreprise avec les Objectifs de Développement Durable des Nations Unies
  • TotalEnergies et Chevron décident de suspendre la distribution des dividendes de la société de transport de gaz au Myanmar
  • Partenariat avec Novatek pour réduire les émissions de la production de GNL, développer le captage et le stockage du carbone à grande échelle et étudier des projets d’hydrogène et d’ammoniac sans carbone
  • Partenariat avec GHGSat pour la surveillance par satellite des émissions de méthane en mer
En lien avec cet article :  Prédiction de prix Solana: SOL doit récupérer au-dessus de la barrière cruciale pour retester 200 $

Énergies renouvelables et électricité

  • Acquisition de 23 % du capital d’un projet éolien offshore de 640 MW en construction à Taïwan
  • Acquisition par Adani Green Energy Ltd., dont TotalEnergies détient 20 %, d’un portefeuille de 5 GW de capacités de production d’électricité renouvelable en exploitation et en construction en Inde qui apporteront 1 GW à l’objectif de 35 GW de TotalEnergies en 2025
  • Signature d’un contrat avec Merck & Co. pour la vente de 90 GWh/an d’électricité renouvelable en Espagne pendant 10 ans
  • Partenariat avec Amazon pour fournir (474 ​​MW) d’électricité renouvelable à ses centres de données en Europe et aux États-Unis, et accélérer la transformation numérique de TotalEnergies
  • Contrat de vente de 50 GWh/an sur 15 ans avec Air Liquide en Belgique

GNL

  • Remobilisation du projet Papua LNG en vue d’une décision définitive d’investissement en 2023
  • Accord avec Novatek pour l’acquisition de 10 % d’Arctic Transshipment LLC, qui exploitera deux terminaux de transbordement de GNL en construction en Russie
  • Accord de péage avec GIP, pour plus de 750 millions de dollars, pour l’infrastructure GNL de Gladstone en Australie
  • Retrait du projet Driftwood LNG et cession de la participation de TotalEnergies dans Tellurian Inc.
  • Signature d’un contrat avec ArcelorMittal Nippon Steel pour un approvisionnement sur 5 ans jusqu’à 0,5 Mt/an de GNL en Inde
  • Accords de collaboration technique avec Siemens Energy et Technip Energies pour développer des technologies de GNL bas carbone

En amont

  • Démarrage de la production de Zinia Phase 2, projet de développement à cycle court sur le bloc 17 en Angola
  • Nouvelle découverte significative sur le puits Sapakara South au Suriname
  • Obtention de deux nouveaux permis d’exploration offshore conventionnelle au Suriname avec son partenaire Qatar Petroleum
  • Entrée sur le permis d’exploration du bloc 29 en Angola en tant qu’opérateur
  • Accord de cession de la participation de 18% de TotalEnergies dans le bloc de Sarsang, au Kurdistan irakien
  • Cession de la participation de TotalEnergies dans Petrocedeño à PDVSA au Venezuela, ce qui a conduit à la constatation d’une moins-value exceptionnelle de 1,38 milliard de dollars au cours du trimestre

En aval

  • Démarrage de la production de biocarburants aéronautiques durables en France et réalisation, en partenariat avec Air France-KLM, Groupe ADP et Airbus, du premier vol long-courrier avec du carburant aérien durable (SAF) en France
  • Obtention de la concession pour l’extension du réseau de recharge public pour véhicules électriques de la Ville d’Amsterdam, avec 2 200 nouvelles bornes de recharge
  • Partenariat mondial dans le domaine des lubrifiants et de la mobilité électrique avec Peugeot, Citroën, DS Automobiles, Opel et Vauxhall
  • Accord de partenariat avec Uber pour accélérer la transition des chauffeurs VTC vers la mobilité électrique en France
  • Prise de participation de 20 % dans Hysetco, société française propriétaire de la première flotte de taxis à hydrogène au monde, exploitée sous la marque Hype, ainsi que de stations de recharge d’hydrogène

TotalEnergies augmente ses rachats d’actions après une hausse substantielle de ses bénéfices au premier trimestre.

Suite à la hausse des prix du pétrole au deuxième trimestre, le producteur d’énergie TotalEnergies a déclaré jeudi qu’il allait consacrer un pourcentage plus important de ses excédents de revenus aux rachats d’actions.

Compte tenu du prix élevé des hydrocarbures et du taux d’endettement de l’entreprise, inférieur à 20 %, le conseil d’administration de TotalEnergies a décidé de consacrer jusqu’à 40 % des excédents de trésorerie générés au-delà de 60 dollars le baril à des rachats d’actions. En outre, l’entreprise a déclaré un acompte sur dividende conséquent de 0,66 euros par action. TotalEnergies a enregistré un bénéfice net, part du groupe, de 2,21 milliards de dollars au deuxième trimestre, contre une perte de 8,37 milliards de dollars l’année précédente

. Le bénéfice net ajusté, qui exclut des éléments tels que les stocks de pétrole et les actifs financiers, a atteint 3,46 milliards de dollars au deuxième trimestre, contre 126 millions de dollars l’année précédente, selon un indicateur très suivi par les acteurs du marché. Factset a interrogé les analystes, qui prévoyaient un bénéfice net ajusté de 3,36 milliards de dollars.

Après un deuxième trimestre réussi, TotalEnergies annonce des rachats d’actions.

TotalEnergies a annoncé jeudi une hausse substantielle de ses bénéfices au deuxième trimestre 2021 en raison d’un rebond des prix des hydrocarbures, ainsi que le lancement d’un programme de rachat d’actions grâce à ses liquidités excédentaires.

La firme pétrolière, qui se développe activement dans les énergies renouvelables, a enregistré un bénéfice net ajusté de 3,5 milliards de dollars au deuxième trimestre (contre 126 millions de dollars au deuxième trimestre 2020) pour une production de 2,747 millions de barils équivalent pétrole par jour (-3% ). Total a indiqué dans un communiqué que dans l’hypothèse où les prix des hydrocarbures resteraient constants au second semestre – 65 dollars pour le baril de Brent notamment – et d’une marge de raffinage européenne de 10 à 15 dollars par tonne – il s’attendait à générer plus de 25 milliards de dollars de cash-flow en 2021.

Par ailleurs, la société a annoncé sa décision de quitter Petrocedeo, une société vénézuélienne qui produit, transporte et casse doucement le pétrole extra-lourd, afin de concentrer les futures dépenses pétrolières sur des projets à faible émission de carbone. Cette décision a entraîné une perte de cession ponctuelle de 1,38 milliard de dollars. (Benjamin Mallet a assuré le reportage, et Jean-Michel Bélot a édité cet article)

TotalEnergies et Shell ont renoué avec la rentabilité. Le cours de l’action TotalEnergies en hausse.

Les prix du pétrole ont augmenté de 87,5 % en un an, en raison de la reprise économique en Chine, aux États-Unis et en Europe, ainsi que de l’offre limitée. En conséquence, Shell et TotalEnergies ont toutes deux enregistré des bénéfices record de 4,8 milliards d’euros et 2,2 milliards d’euros, respectivement. Les actionnaires profiteront de cette performance.

En lien avec cet article :  Avis Action Lucid Motors (LCID): L'action progresse de plus de 4% grâce aux mesures de relance américaines ?

Les compagnies pétrolières se portent bien une fois de plus. Les résultats du premier trimestre des grandes compagnies pétrolières pour le deuxième trimestre 2021, publiés jeudi, font état de bénéfices importants. Au deuxième trimestre 2021, Royal Dutch Shell, une coentreprise entre le Royaume-Uni et les Pays-Bas, a enregistré un bénéfice net de 4,8 milliards d’euros, contre une perte pharaonique de plus de 15,1 milliards d’euros à la même époque en 2020.

TotalEnergies, entreprise française, a dégagé un bénéfice net de 2,2 milliards d’euros au deuxième trimestre, contre un déficit de plus de 8 milliards d’euros l’année précédente. « TotalEnergies a bénéficié d’une croissance d’un trimestre sur l’autre des marchés du pétrole et du gaz de 13% et 28%, respectivement », a déclaré le PDG Patrick Pouyanné dans un communiqué.

La demande mondiale a augmenté.

La récente hausse des prix du pétrole a profité au secteur. Le pétrole Brent est passé de 40 à 74 dollars en un an, soit une augmentation de 87,5 %, même s’il reste proche de son niveau d’avant la crise. La réouverture de l’économie mondiale fin 2020 et début 2021, aidée par la reprise chinoise et américaine, puis européenne, a relancé la consommation d’énergie et fait monter les prix. Un autre facteur a eu un impact sur la hausse des prix.

Alors que l’activité économique a progressé, la quantité de l’offre mondiale de pétrole est restée incertaine pendant de nombreuses semaines, dans l’attente de l’issue de longues discussions entre les membres de l’Opep+. Après des mois de querelles sur les niveaux de production, les grands producteurs ont décidé début juillet d’ouvrir progressivement les vannes en augmentant l’offre de 400 000 barils par jour à partir du mois d’août. Les chefs des grandes banques, en revanche, se montrent prudents pour les prochains mois, car les prix du pétrole devraient se stabiliser. Shell pourrait être contrainte de réduire sa production au troisième trimestre en raison des sanctions de l’Opep et des contraintes liées aux infrastructures.

En effet, même si les prévisions de croissance des institutions mondiales restent optimistes, la réintroduction du Covid-19, notamment la forme Delta, menace de bloquer l’économie – et donc l’offre. Malgré une légère hausse jeudi, le prix du pétrole stagne depuis plusieurs jours en raison de l’aveu par les États-Unis qu’ils disposent de moins de réserves de brut que prévu. La saison estivale de conduite ajoute également à la demande. Grâce à ces réalisations remarquables, Shell et TotalEnergies vont récompenser leurs actionnaires. La compagnie pétrolière française prévoit de « partager les revenus excédentaires avec les actionnaires via des rachats d’actions en cas de prix élevés », selon le site web de la société.

La société anglo-néerlandaise, quant à elle, a été contrainte de réduire son versement pour la première fois depuis les années 1940, au plus fort de la crise sanitaire. Cette année, le dividende sera augmenté de 38% à 0,24 cents par action (contre 0,24 cents l’an dernier) et un programme de rachat d’actions de 2 milliards de dollars sera lancé jusqu’à la fin de l’année. « Nous augmentons les dividendes des actionnaires (…) tout en continuant à investir dans l’avenir de l’énergie », a déclaré le PDG Ben van Beurden.

L’élan environnemental

La transition vers des sources d’énergie plus vertes devient de plus en plus importante pour les compagnies pétrolières, notamment en raison de la pression croissante des petits actionnaires et des organisations non gouvernementales (ONG) désireuses de poursuivre les entreprises en justice. La question du climat a dominé la saison des assemblées générales annuelles de Chevron, ExxonMobil, Shell et Total. Shell s’est vu ordonner par un tribunal de La Haye de réduire considérablement ses émissions de CO2.

Toutefois, le plébiscite remporté par TotalEnergies, qui a soumis pour la première fois une résolution consultative sur le climat à ses actionnaires, a contrecarré cette victoire des défenseurs des combustibles fossiles. Patrick Pouyanné, PDG de TotalEnergies, le nouveau nom de la major française pour représenter sa transformation industrielle, a confortablement remporté ce « Say on Climate » La peine de Reclaim Finance et de Greenpeace, qui avaient organisé leurs réseaux pour inciter les grands investisseurs à voter non, a été proportionnelle à leurs espoirs déçus.

Malgré cela, l’entreprise française veut être un « leader mondial de l’énergie verte ».

Elle investira massivement dans les énergies renouvelables, les technologies de captage et de stockage du CO2, et l’hydrogène… TotalEnergies s’est également engagé à garantir que les émissions mondiales « scope 3 » liées à l’utilisation de ses produits par les consommateurs (comme l’essence utilisée dans les voitures ou les avions) soient inférieures en 2030 à ce qu’elles étaient en 2015, mais sans donner d’objectif mesurable.

En conséquence, TotalEnergies a annoncé jeudi la vente de sa participation dans Petrocedeo, une société qui produit, transporte et transforme en brut léger le pétrole brut extra-lourd de la ceinture de l’Orénoque au Venezuela. PDVSA, l’entreprise publique, contrôlera 30,32 % de la société.

Sylvie Faure

Après une expérience au sein d’un grand organisme de Presse, Sylvie à souhaitée retrouver une équipe à taille « plus humaine ». Elle oriente son travail sur les conseils et les actualités « Consommation – Vie Pratique », sa rubrique de cœur, pour Miroir Mag.

×
Sylvie Faure

Après une expérience au sein d’un grand organisme de Presse, Sylvie à souhaitée retrouver une équipe à taille « plus humaine ». Elle oriente son travail sur les conseils et les actualités « Consommation – Vie Pratique », sa rubrique de cœur, pour Miroir Mag.

Latest Posts