Les cryptomonnaies, on en pense quoi ?

Les cryptomonnaies, on en pense quoi ?
4.6 (91.43%) 28 votes

Voilà maintenant quelques années que les cryptomonnaies font parler d’elles. Si elles apparaissent comme une révolution technologique sans précédent pour certains, elles sont pointées par d’autres comme l’arnaque du siècle… Entre une technologie aux explications assez complexes et des informations aux sources parfois douteuses sur le web, pas toujours évident de démêler le vrai du faux. Miroir Mag vous éclaire sur le sujet.

Une définition des cryptomonnaies compréhensible, c’est possible ?

Oui ! Les cryptomonnaies ne sont ni plus ni moins que des devises numériques. Et il y en a plus de 1 500 recensées à ce jour dans le monde. Qu’elles s’appellent Bitcoin (BTC), Litecoin (LTC) ou Ethereum (ETH), ces devises digitales sont créées et stockées sur la blockchain, un nouveau système informatique décentralisé. Elles sont donc totalement en marge des institutions bancaires traditionnelles puisqu’elles ne transitent pas par elles. Néanmoins, pour pouvoir exister, elles sont toutes répertoriées sur la base de données blockchain, qui fait office de livre de comptes. Sur ce livre de comptes informatique, toutes les transactions réalisées avec des cryptomonnaies sont répertoriées et ne peuvent plus être modifiées par la suite. L’objectif est d’offrir à ses utilisateurs un système financier enfin plus transparent, mieux sécurisé et accessible à tous.  Rappelons-le, la première cryptomonnaie n’est autre que le Bitcoin qui a vu le jour en 2009 suite au fiasco financier de 2008.

Les freins à une adoption en masse

Les cryptomonnaies ont donc été créées à l’origine pour offrir un système financier alternatif. Idée qui ne devrait pas déplaire au plus grand nombre… Mais alors qu’est-ce qui bloque une plus grande adoption ?

Une étude de l’institut de sondage ODOXA est parue à ce sujet en 2018. Bonne nouvelle ! Un tiers des Français connaissent une cryptomonnaie ou en ont déjà entendu parler. Sans grande surprise, comme nous l’annoncions plus haut, ce même tiers déclare à 77% ne pas comprendre leur fonctionnement. Et c’est bien là que le bas blesse. Parce qu’après tout, n’est-ce pas une caractéristique propre à l’humain que de craindre ce que l’on méconnaît ? Mais ce n’est pas tout, à 84% le panel a déclaré de manière donc unanime qu’elles étaient trop volatiles. Et peut-on leur reprocher ? Les cryptomonnaies ont fait les montagnes russes en 2017 atteignant des sommets incroyables avec notamment un Bitcoin qui s’est envolé jusqu’à 20 000$ en décembre 2017. Et ce, avant de suivre une courbe baissière sur toute l’année 2018, le Bitcoin ayant clôturé l’année 2018 à 3 690$.

La solution n’est peut-être pas loin…

Un des gros points noirs des cryptomonnaies se trouve donc dans leur volatilité. Ainsi, pour pouvoir susciter un intérêt plus grand et surtout plus fort du grand public, il va s’agir de le rassurer avec une solution stable et sécurisée.

Et bien entendu, certains se sont aventurés sur le sujet. La plateforme Ink Protocol a été créée pour faciliter les paiements peer-to-peer, c’est-à-dire les paiements de l’acheteur directement au vendeur. Pour ce faire, la plateforme utilise un stablecoin appelé MarkerDAO (DAI). Un stablecoin est une cryptomonnaie qui comme son nom l’indique, a pour objectif de rester stable en terme de valeur sur le marché. Pour cela, il est indexé à une monnaie fiduciaire, en l’occurrence ici le dollar, afin de réduire sa volatilité.

Les utilisateurs de la plateforme peuvent donc échanger leurs dollars en crypto DAI en toute sérénité, sans risquer de voir leur mise de départ fluctuer en fonction des cours cryptomonétaires. Ils bénéficient ainsi d’un nouveau système de paiement basé sur l’échange de jetons numériques, sans avoir à passer par leur banque et donc en s’évitant les frais de celle-ci, tout en profitant de la sécurité qu’offre la blockchain.

Ainsi, il semblerait que les cryptomonnaies n’aient donc pas dit leur dernier mot et se réservent encore de belles évolutions financières, technologiques et sociétales. Et si vous n’êtes toujours pas convaincu pour l’avenir de vos deniers, vous pouvez toujours rester dans le classique et acheter de l’or

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *