L'État paie 100 millions de dollars en arriéré de crédits de film

L'État paie 100 millions de dollars en arriéré de crédits de film
4.4 (88.39%) 31 votes


SANTA FE À la fin de la semaine dernière, le Département des impôts et des recettes du Nouveau-Mexique avait versé près de 100 millions de dollars de crédits de film en retard pour environ 100 émissions de cinéma et de télévision produites dans l'État au cours des dernières années, lesquelles avaient été autorisées par le précédent. administration.

Un montant supplémentaire de 95 millions de dollars sera disponible au cours du prochain exercice pour les productions qui ont terminé le tournage dans le cadre des efforts de la nouvelle administration pour éliminer l’arriéré et assurer une base solide à l’industrie du cinéma et de la télévision de l’État.

La gouverneure Michelle Lujan Grisham a fait du respect des engagements de l’État en matière de remboursement du film une priorité pour la législature de 2019. Grâce à un projet de loi parrainé par la sénatrice Nancy Rodriguez, les législateurs ont convenu de débloquer 225 millions de dollars.

"Au Nouveau-Mexique, nous payons nos dettes, aussi simple que cela", a déclaré le gouverneur Lujan Grisham. «Ces producteurs de films et de télévision se sont engagés envers notre État en employant des Néo-Mexicains et en stimulant l’économie de toutes sortes d’entreprises locales, tant en milieu rural qu’urbain. Cette administration continuera à résoudre les problèmes dont nous avons hérité de manière proactive et agressive, tout en s'appuyant sur les priorités communes qui maintiennent l'emploi des néo-mexicains. Je remercie l'Assemblée législative de son engagement envers cet objectif. "

Les sociétés cinématographiques ont droit à un crédit d’impôt sur les salaires versés aux résidents du Nouveau-Mexique et sur les biens et services qu’elles achètent dans l’État.

En vertu de la loi précédente, les versements étaient plafonnés à 50 millions de dollars par an, mais les productions supérieures à ce plafond étaient toujours approuvées pour les crédits futurs, ce qui entraînait un retard de traitement. Le projet de loi 2 du Sénat a porté le versement annuel à 110 millions de dollars et créé un plafond de 100 millions de dollars sur le montant du passif non payé que l’État peut accumuler au-delà du versement en espèces annuel.

Des sociétés comme Netflix et NBCUniversal qui s'engagent à rester dans l'État dans le cadre d'un nouveau programme de partenariat d'une durée de 10 ans sont désormais exemptées du plafond annuel. Cette exemption pour les partenaires cinématographiques à long terme encourage l'utilisation du crédit pour les entreprises qui créent des emplois stables et à long terme et ont un impact économique au Nouveau-Mexique.

Quatre-vingt-dix-huit émissions ont soumis des déclarations d'impôts réclamant les crédits de 98,5 millions de dollars émis cette semaine, avec des versements allant de 1 300 à 15 millions de dollars.

Huit projets supplémentaires réclamant des crédits totalisant 19 millions de dollars seront versés en septembre. Des crédits supplémentaires de 55 millions de dollars ont été identifiés et devraient être versés au cours du prochain exercice financier ou des deux prochains exercices.

«Le paiement de cette semaine consiste à honorer l’engagement du Nouveau-Mexique envers l’industrie cinématographique», a déclaré la secrétaire à la fiscalité et aux revenus, Stephanie Schardin Clarke. "Le monde a besoin de savoir que le Nouveau-Mexique est ouvert aux affaires et que nos équipes locales et nos formidables équipes de soutien sont prêts, comme jamais auparavant, à répondre aux besoins de l'industrie du film."

«Nous tenons nos promesses», a déclaré la secrétaire du Cabinet, Alicia J. Keyes, du Département du développement économique. «Le fait que le Nouveau-Mexique paye ses dettes est l'une des raisons pour lesquelles nous assistons à une hausse des nouvelles affaires. C’est une bonne nouvelle pour l’avenir: cela signifie plus de travail pour nos acteurs et nos équipes locales et plus d’investissements dans l’État ».

Le directeur de l’Office des films du Nouveau-Mexique, Todd Christensen, a déclaré que l’arriéré de paiements affectait la planification de l’industrie.

«Les productions peuvent désormais planifier et budgétiser avec plus de certitude, ce qui signifie que l'État est un lieu de travail bien meilleur qu'il ne l'était il y a un an», a déclaré Christensen. "L'industrie a remarqué que le Nouveau-Mexique voulait être un partenaire sérieux."

Les rabais ne représentent qu'une fraction de ce que l'industrie a dépensé au Nouveau-Mexique. Depuis que le Nouveau-Mexique a adopté sa loi d'incitation au cinéma en 2003, l'industrie du cinéma et de la télévision a dépensé 3,5 milliards de dollars dans cet État.

Jusqu'à présent, au cours de l'exercice 2019, les dépenses de l'industrie ont atteint 332 millions de dollars.

Avec l’achat des studios Albuquerque, Netflix devrait embaucher plus de 1 000 employés, tandis que NBCUniversal s’est engagé à embaucher plus de 330 employés à temps plein toute l’année et à dépenser 500 millions de dollars au Nouveau-Mexique au cours de la prochaine décennie.

La nouvelle loi sur le crédit d'impôt pour production cinématographique qui entre en vigueur le 1er juillet autorise non seulement les arriérés de paiement, mais également:

  • Plus que doubler le versement annuel à 110 millions de dollars par an pour les dépenses admissibles.
  • Crée un incitatif supplémentaire de 5% pour les productions situées en dehors du corridor Santa Fe-Albuquerque.
  • Établit une exemption pour les studios de production en partenariat qui acceptent d’acheter ou de louer une installation dans l’état pendant au moins 10 ans. Le travail effectué par ces partenaires est exempté du plafond.
  • Le crédit varie de 25 à 30%, selon l’emplacement et le type de production télévisuelle ou cinématographique récurrente, et de 5% supplémentaires pour les productions situées en dehors du corridor de Rio Grande.
  • Exige des rapports trimestriels sur l'argent des contribuables dépensés dans le programme de remboursement avec une transparence et une coopération accrues entre le Bureau du film, le Département du développement économique et le Département des impôts et des recettes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *