À la date à laquelle nous rédigeons cet article, il est encore impossible de prévoir quand la vie normale reprendra. Si des signes encourageants sont à la une comme la baisse des cas ou les annonces de Vaccin, nous ne sommes cependant pas à l’abri d’une 3ème vague et de son lot de restrictions qui l’accompagnent.

Nous connaissons en revanche les secteurs les plus touchés dont on parle régulièrement dans les médias comme les bars, restaurants, les discothèques et autres métiers de l’événementiel. Cependant, d’autres secteurs sont totalement impactés et sont les grands oubliés du gouvernement pendant cette crise du COVID et notamment les photographes. Intéressons-nous ici à ces professionnels de l’image dont la vie a été bouleversée.

Les photographes de mariage

Ce sont sans doute les plus impactés par cette crise. En effet, depuis le mois de Mars, les mariages ont été interdits puis très limités puis à nouveau interdits. Les photographes de mariage sont en général des spécialistes de cette discipline et se focalisent à 100% sur ce marché. La crise du Covid aura eu un double impact sur leur activité. Tout d’abord, ils n’ont logiquement pas pu exercer leur métier cette année mais, confinement et peur de l’avenir obligent, les couples ont été pour le moment très peu nombreux à prévoir de se marier en 2021. En effet, de peur de voir leur cérémonie annulée et perdre beaucoup d’argent investi dans cet événement souvent très coûteux, ils préfèrent attendre des jours meilleurs.

Les photographes de mariage vont donc sans doute perdre 2 années, 2020 et 2021, avant de retrouver une activité normale. Une catastrophe pour ce métier déjà très impacté par l’arrivée sur le marché des Uber de la photographie et autres smartphones prétendant faire le travail du photographe sans connaissance préalable requise.

La plupart des photographes de mariage trouvaient des compléments de revenus avec une autre discipline de niche que sont les shooting photo pour les enterrements de vie de jeune fille(EVJF). En effet, les futures mariées ont renoué avec cette tradition datant du milieu du 20ème siècle et faire appel à un photographe pour une session photo est une des activités les plus appréciées lors d’un EVJF.

Autant dire que si les mariages sont annulés, les enterrements de vie de jeune fille le sont également et cette potentielle source de revenus est une nouvelle perte pour ces spécialistes de la photographie de mariage.

Les photographes de mode

Sans doute un peu moins impactés que les professionnels du mariage que nous avons évoqués ci-dessus, les spécialistes de la mode et des agences de mannequin ont été cependant très impactés par la crise.

Les restrictions du gouvernement interdisent en effet aux photographes de recevoir des clients dans leurs studios ou de réaliser des shootings à l’extérieur. La seule possibilité reste de réaliser les shootings chez leurs clients ce qui limite drastiquement les possibilités. En effet, peu de modèles ou agence de publicité possèdent leur propre studio photo à domicile et rares sont clients ayant assez d’espace et de moyen pour en créer un en cette période de crise.

Au-delà des restrictions de déplacement et de travail, c’est aussi et surtout un marché qui a été totalement impactés. Les annonceurs étant frileux à réaliser des publicités pour des produits qu’ils ne pourront pas vendre faute de magasins fermés. Une boucle sans fin qui semble cependant voir le bout du tunnel avec les quelques signes encourageants des derniers jours.

Les photographes “événementiel”

Une autre discipline de la photographie durement impactée par la crise du COVID est, bien entendu, la photographie événementielle. Par définition, un événement regroupe du monde et tous ces rassemblements ont été logiquement les premiers à être interdits et seront les derniers à être à nouveau autorisés. Et derrière chacun de ces événements, très nombreux, se cache un ou plusieurs photographes dont la profession a été mise à mal durant cette période. Concerts, compétitions sportives, spectacles vivants mais aussi séminaires d’entreprise, autant de missions avortées pour ces photographes spécialisés. Model Week, agence internationale de photographes estime que la perte d’activité est de 80% en 2020 et que près de la moitié des photographes ont dû trouver un travail d’appoint pour leur survie économique.

Les autres disciplines

Au-delà de ces spécialités, de nombreux autres domaines de la photographie ont été touchés comme la photographie sportive dont toutes les rencontres ont été reportées ou encore la photographie culinaire impactée par la fermeture des restaurants. À moindre mesure, la photographie immobilière a été elle aussi impactée par la baisse des ventes et des locations de biens immobiliers.

Une seule discipline a sorti son épingle du jeu : la photographie d’objets. En effet, l’explosion de la vente en ligne, du clic and collect et de la livraison à domicile ont poussé les vendeurs à réaliser des photos de tout leur stock ce qui a fait exploser les demandes de shootings professionnels dans le secteur.

Les perspectives pour 2021

Il est, à l’heure actuelle, très difficile de prévoir ce qu’il va advenir de la profession de photographe à court ou moyen terme. Même si l’arrivée d’un vaccin serait un signe fort d’un retour à la normale, il faudra de nombreux mois avant que les évènements regroupant de grands nombres de personnes reprennent.

En effet, les entreprises seront frileuses à envoyer tous leurs employés en séminaires, les couples hésiteront avant de planifier leurs mariages et les grands évènements tels que les festivals et autres concerts mettront beaucoup de temps avant de revenir sur le devant de la scène.

Une solution pour aider ce secteur ? Pourquoi ne pas profiter de ce confinement pour faire un shooting de couple ou de famille à domicile? C’est autorisé et c’est une belle occasion de passer le temps et de réaliser de magnifiques photos pour immortaliser cette situation inédite, historique, que nous espérons unique dans une vie.

 

Votre avis nous intéresse !

Excité
0
Heureux
0
In Love
1
Troublé
1
Lol
0

You may also like

Comments are closed.

More in:- Culture -