Location de voiture: La pénurie augmente les prix des locations pour cet été

Publié le 21 juillet 2021, 15:26

Si vous devez louer une voiture pour vos vacances, ne perdez pas de vue votre portefeuille. Les prix de location ont augmenté dans certains marchés populaires, notamment dans l’Ouest canadien, mais la hausse se fait également sentir au Québec.

Les Américains prédisent déjà une « carpocalypse » dans la région. Les prix ont triplé, voire quadruplé, dans certaines régions. Et dans certaines villes, comme Vancouver, où les loyers dépassent 1 200 dollars par semaine, ce phénomène a un impact plus dramatique.

Au Québec, l’augmentation est plus faible, allant de 15 à 30 % selon les véhicules.

« Ce n’est pas compliqué, il y a une pénurie de voitures et de camions, le jeu de l’offre et de la demande est en marche, et ça met beaucoup de pression sur les prix », explique Annie Roy, du Regroupement des loueurs de véhicules du Québec.

La situation actuelle est due à un certain nombre de facteurs. Les entreprises de location ont abandonné une partie de leurs flottes au début de la pandémie, ce qui a entraîné des problèmes d’approvisionnement.

« En raison du télétravail et des progrès technologiques, les fabricants de micropuces fournissent davantage aux fabricants d’ordinateurs et beaucoup moins aux fabricants d’automobiles ; les usines ferment et les entreprises de location se retrouvent au bout de la chaîne d’approvisionnement », explique M. Roy.

De plus, une série de vols de convertisseurs catalytiques qui se produisent au Québec depuis plusieurs mois a réduit le nombre de voitures disponibles.

Même les plus petites entreprises de location

Cette nouvelle réalité s’observe également chez les plus petits acteurs, comme AutoPlateau, une entreprise québécoise fondée il y a 30 ans sur la rue Berri à Montréal.

« Chaque été, les prix doublent, mais maintenant c’est un peu plus cher à cause d’un déséquilibre du marché ; l’année dernière, une voiture coûtait 100 $ par jour, cette année nous la louons pour 120 $ », explique l’agent de location Gabriel Raymond.

Malgré l’augmentation des prix, l’année dernière a été difficile pour les loueurs en raison d’une baisse du tourisme et du télétravail. AutoPlateau a vendu environ un tiers de sa flotte au cours des derniers mois, principalement pour compléter sa trésorerie.

« Nous avons dépensé beaucoup d’argent et nous en dépensons encore beaucoup ; sans les programmes fédéraux, nous serions au chômage. Nous sommes une entreprise familiale ; heureusement, j’ai pu compter sur eux », affirme Rodrigue Derozier, propriétaire d’AutoPlateau.

L’entreprise a également été sauvée par son modèle d’affaires unique, qui diffère de celui des grandes entreprises. « Nous avons beaucoup de clients locaux, nous gardons nos voitures pendant quelques années et nous les louons comme des voitures ordinaires », explique son neveu Gabriel.

En lien avec cet article :  Avis Action EDF : est-il recommandé d’acheter des actions EDF au cours actuel ?

À Québec, la situation est similaire : les entreprises de location peinent à répondre à la demande.

« Il n’y a plus de voitures ; 95 % à 100 % de ma flotte est actuellement louée, et nous devons fréquemment refuser des clients », indique François Bouchard, directeur de la succursale Enterprise de la région de Beauport.

Sylvie Faure

Après une expérience au sein d’un grand organisme de Presse, Sylvie à souhaitée retrouver une équipe à taille « plus humaine ». Elle oriente son travail sur les conseils et les actualités « Consommation – Vie Pratique », sa rubrique de cœur, pour Miroir Mag.

×
Sylvie Faure

Après une expérience au sein d’un grand organisme de Presse, Sylvie à souhaitée retrouver une équipe à taille « plus humaine ». Elle oriente son travail sur les conseils et les actualités « Consommation – Vie Pratique », sa rubrique de cœur, pour Miroir Mag.

Latest Posts