Que faut-il savoir sur la pyrotechnie ?

Publié le 25 mars 2021, 13:21

Lorsque l’on évoque la pyrotechnie, on assimile le plus souvent le concept à celui de feu d’artifice, mais ce nom désigne également tous les supports ou éléments explosifs utilisés notamment dans le cadre militaire, de déclenchement des alertes en cas de catastrophe ou encore dans le domaine des mines et carrières. Mais son utilisation est aussi un moyen de créer une ambiance festive pendant les périodes de fêtes. Dans cet article, vous allez vous familiariser plus avec le thème.

Qu’est-ce qu’on entend par « pyrotechnie » ?

La pyrotechnie désigne la technologie utilisée pour mettre à feu des substances et ses effets.
Autrefois, elle était utilisée à des fins festives lors des feux d’artifice, mais on s’en sert, désormais, dans les secteurs de la défense, de l’aérospatial, des industries minières, sans oublier la protection des véhicules et les alertes de secours maritimes.
La pyrotechnie offre une capacité à projeter des lumières dans le ciel, à travers un astucieux mixage de poudre noire ainsi que divers effets polychromes.

La poudre noire, élément essentiel des feux d’artifice

La matière première utilisée dans tous les feux d’artifice consiste en une poudre noire, connue également sous le nom de poudre à canon. Elle a été, en effet, inventée en Asie plus précisément en Chine depuis plus d’un millénaire. Elle est constituée de trois matières à savoir la houille, ainsi que le soufre et le plus souvent du nitrate de potassium ou ce que l’on appelle le salpêtre.
La poudre noire, élément essentiel des feux d’artifice, c’est-à-dire, c’est elle qui provoque la propulsion et que le dispositif prenne feu lorsqu’il atteigne le ciel.
Cette formidable impulsion énergétique émane de deux sortes de substances :

  • Combustible : houille et soufre,
  • L’oxydant, à forte teneur en oxygène, par lequel le combustible se consume à son contact, et ce, malgré l’absence d’air : le salpêtre nitrate de potassium (qui peut être quelquefois compensé en utilisant un autre combustion ).

Le tout combiné constitue un véritable cocktail foudroyant. La poudre noire ne produit pas en soi une action optique en revanche, elle anime le dispositif. Elle fonctionne en principe sur deux plans donnant la possibilité de produire tous types de réactions sur le ciel.

La propulsion

La base de la bombe reçoit une première dose de poudre noire. Ce dispositif a pour objectif de lancer rapidement la bombe vers le ciel à travers un obus qui est un simple tuyau cylindrique.

En lien avec cet article :  Trouver une salle de réunion et de séminaire en plein Covid, comment faire ?

L’explosion

La bombe reçoit encore une fois une seconde couche de poudre noire. Grâce à une mèche rapide, elle s’éclate à peine quelques instants plus tard, juste après que le projectile soit parvenu à son point le plus élevé.
Cela fait que les effets et les éclats se répandent dans les airs, sous le regard ébahi de la foule.

Les différents modes de pyrotechnie

Le concept de pyrotechnie ou de feux d’artifice englobe tous les dispositifs pyrotechniques. Ces dispositifs diffèrent beaucoup de par leur mode d’emploi et leurs particularités.

Pyrotechnie de type compact

Connu aussi sous le nom de batterie de feu, le feu d’artifice compact comprend un regroupement de tuyaux amoncelés entre eux. Ces tuyaux, regroupés en un carré et en un rectangle, sont disponibles en quantité plus ou moins variable. Les artifices compacts sont des instruments destinés à provoquer l’éclatement de divers éléments pyrotechniques.
Son fonctionnement associe le regroupement de plusieurs mortiers à une unique tige.
Le moment de la combustion, c’est un obus qui provoque la combustion de la prochaine. Le feu d’artifice compact se caractérise par ses éclatements répétés. Le temps que leur effet se fait voir est compris entre 20 et 50 secondes, ce délai varie en raison du nombre de mortiers regroupés.

Pyrotechnie de type chandelle

Dans le cas du feu d’artifice de type chandelle, contrairement au feu d’artifice compact, celui-ci ne possède pas, seulement, un tuyau. Ce dernier est le lieu où sont réunis et empilés, les uns sur les autres, afin de créer un événement pyrotechnique.
La bombe, qui est composée d’effets pyrotechniques entassés les uns au-dessus des autres, et qui est dotée d’une longue tige, constitue la meilleure illustration de ce processus. Une fois que la mèche a été enflammée, les effets sont lancés dans le ciel, successivement.

Pyrotechnie de type automatique

Le feu d’artifice automatique, aussi nommé « prêt à tirer » constitue un autre type de pyrotechnie, qui, contrairement aux précédents types de feux d’artifice, prend la forme d’un boîtier.
Ce dispositif pyrotechnique constitue un plan intégral. Sa durée peut atteindre plusieurs minutes. Quant à son activation, son automatisme se lance par le biais d’un bouton déclencheur assurant des effets des plus impressionnants qui se perçoivent à distance.

Marc Sorsen Administrator
×
Marc Sorsen Administrator