Une étude révèle que le vaccin anti-HPV a considérablement réduit les taux d'infections cancérigènes


Le vaccin contre le papillomavirus humain (VPH) est beaucoup plus efficace que prévu, avec des taux considérablement réduits de verrues génitales et de cellules précancéreuses du col utérin depuis son introduction il y a plus de 10 ans, a révélé un mercredi.

Le VPH est une maladie sexuellement transmissible courante et, bien que la plupart des cas soient sans danger, certains types de virus peuvent provoquer des verrues génitales et des cancers du col de l’utérus et autres.

Publié dans la revue médicale Le lancet, la nouvelle analyse de 65 études comprenait des données provenant de 60 millions de personnes et un suivi post-vaccinal allant jusqu’à huit ans. Il a été constaté que le nombre de diagnostics de VPH chez les filles âgées de 13 à 19 ans avait diminué de 83% depuis l’introduction du vaccin; les femmes âgées de 20 à 24 ans ont vu leur taux d’infection diminuer de 66%.