Ige signe un projet de loi sur la santé mentale

Ige signe un projet de loi sur la santé mentale
4.7 (93%) 20 votes


HILO – Le gouverneur David Ige a signé le 7 juin une loi visant à améliorer les soins de santé mentale.

Le projet de loi 1013, maintenant la loi 90, créera un groupe de travail au sein du département de la santé de l’état chargé d’examiner des articles de lois régissant l’hospitalisation involontaire.

Les lois nationales exigent que les forces de l'ordre conduisent les forces de l'ordre dans des lieux désignés par le directeur de la santé de l'État aux fins d'évaluation et de possible hospitalisation involontaire. MH-1.

Ce groupe de travail recommandera également à l'Assemblée législative de réduire le nombre d'admissions inutiles aux services des urgences des hôpitaux et d'améliorer l'accès aux niveaux de soins appropriés pour les personnes présentant un risque de préjudice pour elles-mêmes ou pour autrui.

Alors que «le cadre plus large du traitement de la santé mentale a besoin d'être restructuré, l'ampleur et la complexité de cette tâche nécessitent un engagement important de ressources à long terme», indique la législation. «Cependant, les améliorations progressives pourraient apporter un soulagement plus actuel en résolvant les ambiguïtés et les incohérences dans le chapitre 334 (des) Statuts révisés d’Hawaï, telles qu’elles ont été exprimées par la communauté, qui suscitent des préoccupations concernant l’accès, les ressources et la capacité, et qui peuvent avoir une incidence sur la continuité des activités. les soins et la sécurité publique. "

Selon la législation, le groupe de travail:

• élaborer des critères permettant au directeur de la santé de désigner des installations pour transporter, examiner et traiter les patients;

• Examiner les lois existantes, les protocoles et procédures d'application de la loi et les procédures pour vérifier les incohérences et s'assurer que les patients MH-1 sont correctement transportés.

• formuler des recommandations pour une répartition efficace et appropriée des patients transportés pour examen d'urgence dans les établissements de soins de santé d'un comté donné;

• Évaluer les besoins et les capacités actuels des services de police et des services de santé en matière d'évaluation et de traitement des patients atteints de MH-1, notamment la disponibilité des lits et les services nécessaires pour traiter les patients en crise de santé mentale, prévenir les situations de crise et éviter le transport inutile de patients;

• formuler des recommandations pour la mise en place d'un système de soins coordonné doté d'une capacité en services de crise, services communautaires et services de soins ambulatoires et hospitaliers pour répondre aux besoins des personnes atteintes de maladie mentale et de troubles liés aux substances toxicomanes en situation de crise; et

• Faites des recommandations de remboursement pour soutenir ces efforts.

Dans un témoignage soumis à l'audience du Comité judiciaire du Sénat à la fin du mois de mars, le directeur de la santé, Bruce Anderson, a déclaré que le DOH avait appuyé la mesure et que la création du groupe de travail constituait "une occasion bienvenue pour le DOH de poursuivre ses travaux".

Le groupe de travail, qui comprendra des représentants des forces de l'ordre, des fournisseurs de soins de santé, des hôpitaux et des systèmes hospitaliers, des défenseurs des droits des patients, des agences de services sociaux, des bureaux de l'État et plus encore, se terminera le 30 juin 2020.

Elena Cabatu, porte-parole du centre médical de Hilo, a déclaré que l'hôpital recevait déjà des patients souffrant de troubles mentaux et qu'elle ne prévoyait aucune modification de son recensement.

«Nous surveillerons l’élaboration des recommandations et des conclusions du groupe de travail, participerons dans la mesure du possible et fournirons des informations au groupe de travail», a-t-elle déclaré.

Envoyez un courriel à Stephanie Salmons à l'adresse ssalmons@hawaiitribune-herald.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *