Voir à l’intérieur le simulateur de remorqueur high-tech de Seaspan (VIDEO)


Seaspan Marine Transportation présente sa dernière tactique de haute technologie pour aider les capitaines de remorqueurs à déplacer prudemment et délicatement des navires de 10 000 tonnes jusqu'aux quais du port de Vancouver.

Le groupe de soutien aux expéditions de la société basée à North Vancouver utilise désormais un simulateur maritime d'un million de dollars, le premier du genre en Amérique du Nord.

«Ce nouveau programme de formation assurera que les marins de Seaspan sont les marins les plus qualifiés en Amérique du Nord», a déclaré Bart Reynolds, président de Seaspan Marine, lors de la cérémonie de lancement du 4 juillet, «notre contribution à la protection du port et le littoral et le bien-être de notre peuple ".

À l’intérieur du simulateur se trouve une maquette du pont d’un remorqueur. Le capitaine du remorqueur en formation se trouve au milieu d'une douzaine d'écrans allant du sol au plafond de 86 pouces, offrant une vue précise à 360 degrés du port de Vancouver. Pour le lancement, Seaspan a créé un parcours en forme de U permettant aux maîtres remorqueurs en herbe de prendre le contrôle de l’équivalent numérique du Seaspan Raven de 441 tonnes et 5 000 chevaux. C’est juste une simulation, mais essayez de vous le dire à l’estomac alors que l’horizon s’incline lorsque le remorqueur s’incline brusquement.

«La meilleure chose que nous puissions avoir, c’est que le système soit extrêmement précis et semblable à celui des navires que nous avons, de manière à ce que tout se passe sans encombre pour l’exploitant», a déclaré Sean Poole, directeur des opérations des navires. du complexe de simulateur à la vie réelle Raven amarré à l'extérieur. «C’est la théorie et la formation pratique associées.»

Les formateurs peuvent présenter les houles d'océan, les violentes tempêtes et les hélicoptères bourdonnants, qui seront tous vus, entendus et ressentis à l'intérieur du simulateur, même si ces scénarios sont hautement improbables dans la vie réelle.

«La plupart de ces événements ne se produisent pas dans le port de Vancouver», a déclaré Poole. «Lorsque vous pouvez effectuer un travail dans le pire des cas, vous pouvez revenir en arrière et le quotidien normal devient assez simple.»

Le simulateur fait partie d'un. Au-delà du programme habituel en classe, les stagiaires bénéficieront de 10 jours de simulation intensive, suivis de sept jours à bord de la réalité. Même les maîtres de remorqueurs actuels avec des décennies d'expérience seront mis à l'épreuve sur le simulateur, a déclaré Poole.

Seaspan et ses sociétés remplacées ont plus de 130 ans à Burrard Inlet et la société a un bilan de sécurité impressionnant sur lequel elle souhaite s'appuyer, a déclaré Frank Butzelaar, PDG de Seaspan Marine.

«Jamais, au cours de notre histoire, aucun produit ou cargaison n’a été perdu dans l’eau lors de nos opérations d’accostage et d’escorte de navires. Cela ne veut pas dire que nous avons été totalement libres d’accidents ou d’incidents. Il y a eu de rares cas de dommages causés à un navire, à notre remorqueur ou aux deux navires. Et ce n’est pas acceptable. Nous voulions savoir comment nous allions passer d’un bilan exemplaire à un bilan parfait pour l’avenir. C’est la prochaine étape pour nous dans notre évolution », a-t-il déclaré.

Ce déménagement fait l’éloge de l’Administration portuaire Vancouver-Fraser. Bien que l'on parle beaucoup de l'augmentation du trafic maritime qui résulterait du jumelage du pipeline Trans Mountain, qui devrait augmenter d'environ 10% le trafic global traversant le port, les terminaux d'exportation situés autour de Burrard Inlet et du fleuve Fraser se développent .

En 2016, les autorités portuaires prévoyaient que les escales quotidiennes de navires passeraient d'environ 3 160 par an (environ neuf par jour) à 4 380 d'ici 2026.

«Alors que nous commençons à assumer ce rôle de passerelle internationale majeure avec des densités de trafic en augmentation constante, de telles initiatives sont si importantes», a déclaré Peter Xotta, vice-président de la planification et des opérations de l'Administration portuaire Vancouver-Fraser.