Un trou creusé, mais aucune piscine ne mène à l'arrestation du propriétaire de l'entreprise

Un trou creusé, mais aucune piscine ne mène à l'arrestation du propriétaire de l'entreprise
4.2 (84%) 30 votes



WESTPORT – Le propriétaire d’une entreprise de piscines a été arrêté pour possession d’une piscine qui n’a jamais été installée.

Richard Sutcliffe, 49 ans, de Shelton, a été inculpé de vol au deuxième degré et d’omission de fournir un contrat avec une déclaration d’annulation et d’avoir omis de fournir un avis écrit de résiliation de trois jours.


Selon le lieutenant Jullian Cabana, le 7 janvier 2019, la victime s'est rendue au siège de la police pour dénoncer un vol.




"La victime a déclaré qu'il avait versé un dépôt de 25 000 $ au service de la piscine Champion le 8 mars 2018 pour l'installation d'une piscine", a déclaré Cabana dans un communiqué.

«La victime avait un accord verbal avec le propriétaire de Champion Pool, Richard Sutcliffe, pour rédiger un contrat et un devis complet une fois que la victime avait obtenu les permis requis de la ville de Westport. Le chèque de la victime a été encaissé et il a reçu un reçu pour son dépôt le 22 juillet 2018.


«La société a ensuite détruit plusieurs sections de la clôture de la victime et creusé un trou dans la cour. La victime a déclaré qu'aucun autre travail n'était terminé et qu'il était incapable d'entrer en contact avec Sutcliffe depuis le 27 novembre 2018.

«L’enquêteur a ensuite rencontré Sutcliffe, qui a accepté de fournir à la victime une facture et de lui restituer le solde de son acompte, déduction faite des heures facturables déjà consacrées au projet.

«En mai 2019, Sutcliffe n’avait pas fourni de facture ni restitué le dépôt de la victime, malgré les multiples appels téléphoniques et les assurances de Sutcliffe qu’il le ferait.

«Au cours de l'enquête, le policier a appris que Sutcliffe n'avait jamais fourni le contrat écrit requis à la victime, pas plus qu'il n'avait fourni l'avis d'annulation de trois jours requis par la loi. L’enquêteur a déposé une demande de mandat d’arrêt contre Sutcliffe, qui a ensuite été approuvée. »

Sutcliffe s'est rendu au siège de la police avec le mandat en suspens. Il a été libéré après avoir déposé une caution de 50 000 $ et doit comparaître devant la Cour supérieure à Norwalk le 9 juillet.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *