Homeland Security fusionne toutes les données biométriques sur un serveur Amazon

Homeland Security fusionne toutes les données biométriques sur un serveur Amazon
4 (80%) 15 votes


Le département américain de la Sécurité intérieure met à jour sa base de données de surveillance afin d'ajouter des profils et des relations ADN à son cache volumineux d'empreintes digitales et de scanners de visage. Et Amazon doit héberger cette mine d'informations sensibles.

Le DHS Office of Biometric Identification Management remplace son système automatisé d’identification biométrique (IDENT), qui renferme des informations biographiques sur les empreintes digitales, les balayages de l’iris et la reconnaissance faciale, avec le système encore plus dystopique Homeland Advanced Recognition Technology (HART), ADN, empreintes de paume, tatouages, cicatrices et autres marques physiques.




Aussi sur rt.com
Selon un rapport sur la protection de la vie privée, le rapport sur la protection de la vie privée est une réalité imminente



Le système contiendra également des données sur "modèles de relation, "peut-être glanés à partir de profils de médias sociaux, qui, selon le DHS, comprendront"relations non évidentes"- peu importe ce que cela signifie – ainsi que les données de"rencontres d'officiers, "qui ont souvent lieu dans des circonstances douteuses légales.

Alors qu'IDENT, qui contient des informations sur plus de 250 millions de personnes, est hébergé dans des centres de données gérés par le gouvernement depuis sa création en 1994, le nouveau HART vivra dans "le GovCloud d'Amazon Web Services certifié FedRAMP, "à DHS, qui a passé un contrat avec Northrop Grumman pour construire la nouvelle base de données. Amazon contrôlera l’ensemble du système, à partir de"capacités de correspondance biométrique pour la correspondance d'empreintes digitales, d'iris et du visage"aux images biométriques elles-mêmes. Il n'est pas clair si la base de données de reconnaissance faciale est connectée au logiciel de reconnaissance Rekognition d'Amazon, que la société a vendu à plusieurs organismes chargés de l'application de la loi.

Le DHS s'associe à la CIA, au Pentagone, à la NASA et à d'autres agences fédérales pour transmettre ses informations les plus sensibles à Amazon. Pour ceux qui craignent pour leur vie privée, un haut responsable de la technologie à la CIA, le cloud est en réalité plus sécurisé que les anciens systèmes du gouvernement. Après tout, la CIA fait confiance à Amazon avec ses données depuis 2014 et celles-ci n'ont jamais été piratées. Amazon, contrôlée par l'homme le plus riche du pays, n'utilisera jamais le fait qu'elle détient toutes les informations sensibles du gouvernement contre elle. Probablement.

DHS peut également accéder à des données et à des technologies et les partager avec le Pentagone et le FBI, qui possède son propre trésor de 640 millions de photos à utiliser dans les systèmes de reconnaissance faciale. L'agence peut également accéder à la base de données consulaire consolidée du département d'État, qui contient près de 500 millions d'enregistrements de passeports et de visas, et même accéder aux bases de données de plusieurs gouvernements étrangers, ainsi qu'aux ressources des forces de l'ordre locales, étatiques et tribales.




Aussi sur rt.com
Seuls 2% des actionnaires d'Amazon votent contre la reconnaissance faciale au gouvernement



Le mois dernier, 95 millions de données de voyageurs, y compris des plaques d'immatriculation et des photos, ont été volées auprès du service des douanes et de la protection des frontières (CBP), lors d'une violation qui ciblait le prestataire de services Perceptics. Alors que le CBP s’efforçait de rassurer les Américains sur la sécurité de leurs données biométriques et reprochait à Perceptics de ne pas suivre ses protocoles de sécurité, il s’agissait du deuxième piratage majeur du DHS cette année, soulevant de graves problèmes de confiance avec une agence qui s’est rendue responsable des identifiants biométriques de millions de personnes. des citoyens respectueux de la loi. En avril, l'Agence fédérale de gestion des urgences (FEMA) a divulgué les données privées – y compris les numéros de compte bancaire – de 2,3 millions de personnes ayant survécu à une catastrophe, laissant certaines des personnes les plus vulnérables du pays ouvertes au vol d'identité en plus de leurs autres problèmes.

Si vous aimez cette histoire, partagez-la avec un ami!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *