"Aucun d'entre eux n'est venu voir s'ils pouvaient aider"

"Aucun d'entre eux n'est venu voir s'ils pouvaient aider"
4.9 (98.57%) 28 votes


Un groupe de défense des droits civiques exhorte les témoins à comparaître après qu'une femme musulmane ait déclaré avoir été agressée dans un Starbucks à Dallas, au Texas, pour avoir porté un hijab.

Nur Ashour a déclaré qu'elle avait été agressée physiquement et verbalement au magasin de café au cours du week-end et que le personnel et les autres clients n'avaient pas réussi à lui venir en aide.

Dans un série de tweets Ashour a raconté comment elle était avec ses deux enfants – un bébé de 3 ans et un bébé de 8 mois – alors qu'elle était devenue virale le 16 juin, lorsqu'elle aurait été attaquée par une femme pour port de foulard musulman.

Elle a dit que l'altercation avait commencé après avoir heurté accidentellement l'autre femme alors qu'elle était dans la file. La femme aurait alors commencé à crier après Ashour et aurait jeté des manches de tasse à café avant de la suivre à l'extérieur du bâtiment.

"La partie triste était que c'était Starbucks et pas un seul employé ou spectateur ne lui a dit un mot. Elle m'a jeté des choses au visage et a dit des choses horribles", a écrit Ashour. "Si les rôles avaient été inversés, je vous garantis que les réactions auraient été différentes.

"J'avais ma fille de 8 mois avec moi et mon fils de 3 ans à proximité. J'étais tellement bouleversé que j'ai dû partir immédiatement parce que je craignais pour la sécurité de ma famille. Si je n'avais pas approché un agent de sécurité à l'extérieur, Chez Starbucks, pas une seule personne n’a pensé à me surveiller. "

Ashour a déclaré qu'elle était fâchée d'avoir à expliquer à son fils de trois ans que certaines personnes peuvent "détester tellement quelqu'un à cause de sa religion ou de la façon dont elles s'habillent".

Elle a ajouté: "C’est une petite chose comparée à la haine quotidienne que les autres musulmans éprouvent. L’Amérique, fait mieux.

"Après m'être enfui, j'ai trouvé un agent de sécurité et j'ai crié à l'aide. Il s'est approché de moi, puis elle s'est approchée de lui et lui a dit:" Je ne sais pas quel est son problème, elle m'a jeté des trucs au visage. " C'est à la caméra. De toute évidence raciste. De toute évidence, une menteuse. C'était une scène. J'étais terrifiée et en pleurs.

"Un homme qui se tenait à côté de moi à l'intérieur s'est excusé. C'est ça. Sinon, tout le monde a regardé. Les employés de Starbucks étaient au courant, mais aucun d'entre eux n'est venu voir s'ils pouvaient m'aider ou s'ils se sont excusés. RIEN. Le monde dans lequel nous vivons est triste. dans."

Dans une déclaration à Newsweek, un porte-parole de Starbucks a déclaré avoir eu plusieurs conversations avec Ashour au sujet de l'incident allégué depuis que ses tweets avaient été portés à leur attention. Ils ont dit qu'ils ne pourraient pas confirmer les affirmations d'Ashour "en termes de détails".

"Ce type de comportement discriminatoire n'est évidemment pas acceptable dans nos magasins et n'est pas le bienvenu. Lorsque nos partenaires (employés) voient quelque chose, ils agissent rapidement pour y remédier", a ajouté un porte-parole.

Le chapitre Dallas / Fort Worth du Conseil sur les relations américano-islamiques (CAIR-DFW) appelle les autorités à mener une enquête approfondie sur le prétendu crime de haine contre la mère de deux enfants. Le groupe demande également au public de contacter la police pour lui fournir toutes les informations dont il dispose et pour que le magasin Starbucks en question publie des images de surveillance.

Le directeur juridique du CAIR-DFW, Dontrey Tatum, qui représente Ashour, a ajouté à Newsweek: "Une plainte a été déposée, mais aucun rapport de police n’a été déposé avant aujourd’hui (18 juin). Mon client était plus préoccupé par la sécurité et le bien-être d’elle-même et de sa famille. Cependant, nous travaillons avec le département de police de Dallas pour assurer une enquête complète, appropriée et approfondie. "

Le directeur exécutif par intérim du CAIR-DFW, Ekram Haque, a déclaré dans un communiqué: "Les crimes motivés par la haine sont en augmentation partout aux États-Unis, y compris ici à Dallas.

"Plus tôt cette année, à la Dallas Reunion Tower, une autre femme musulmane américaine a été agressée verbalement et physiquement, apparemment en raison de son identité de femme musulmane."

Une femme musulmane marche sur l'avenue Coney Island le 18 octobre 2017 à New York. Une femme affirme avoir été agressée dans un Starbucks à Dallas, au Texas, pour avoir porté un hijab.
Spencer Platt / Getty

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *