Un procès d'intimidation au travail qui a choqué la France tire à sa fin | Nouvelles du monde

Un procès d'intimidation au travail qui a choqué la France tire à sa fin | Nouvelles du monde
4.4 (88.89%) 18 votes


Les anciens cadres de France Télécom pourraient être condamnés à une peine de prison pour harcèlement organisé sur leur lieu de travail, qui a provoqué une série de suicides parmi le personnel il y a dix ans. Un procès de deux mois qui a été choqué tire à sa fin cette semaine.

Les procureurs français ont exhorté les juges à déclarer les dirigeants coupables de harcèlement moral et à infliger une peine d'emprisonnement maximale d'un an, ainsi que de lourdes amendes, après que le tribunal eut été informé de l'agitation ressentie par les travailleurs pour des tactiques d'intimidation systématiques visant à pousser les employés à quitter .

L’affaire contre l’ancien groupe français de télécoms, connu depuis 2013 sous le nom d’Orange, pourrait créer un précédent mondial avec des dirigeants d’entreprise tenus personnellement responsables pénalement du harcèlement stratégique visant à forcer les travailleurs à démissionner.

Entre 2008 et 2009, 35 employés se sont suicidés. La société avait été privatisée et était en train de mettre en place un plan de restructuration durant lequel les patrons envisageaient de supprimer plus du cinquième de l'effectif, soit plus de 22 000 emplois.

Beaucoup de travailleurs qui se sont tués ont laissé des notes disant que l'entreprise leur avait rendu la vie insupportable.

Sept anciens dirigeants de France Télécom, dont l'ancien président Didier Lombard et l'ancien responsable des ressources humaines Olivier Barberot, sont accusés d'avoir mis en place un système de gestion toxique du harcèlement institutionnel destiné à chasser les travailleurs. Certains membres du personnel étaient obligés de changer de travail ou de changer de poste, trouvant que leurs postes avaient été supprimés.

L'accusé nie les accusations.

Le tribunal a entendu les témoignages des familles de plusieurs travailleurs qui se sont suicidé. Noémie Louvradoux a raconté comment son père, Rémy Louvradoux, un employé du secteur public âgé de 57 ans travaillant pour France Télécom, s'était tué quelques jours avant son 18e anniversaire.

«Nous avons aimé mon père. Tu l'as tué. Et tout ça pour quoi? », A-t-elle déclaré devant le tribunal, s'adressant aux anciens dirigeants. "France Télécom avait détruit sa vie et ne lui laissait aucune issue."

Les avocats ont dit que les avocats de Louvradoux résumaient l’environnement de travail toxique. Il avait gravi les échelons dans la société, passant d'un poste bas à un poste plus élevé au niveau local, mais en 2006, son travail a été supprimé et il a été contraint de déménager et de changer de poste quatre fois en trois ans, tout en essayant de travailler le plus dur possible. pour éviter plus de changement. Il avait écrit aux chefs d'entreprise en 2009 pour se plaindre d'un problème endémique et se dire: «Rien n'est fait pour y faire face: le suicide reste la seule solution."

Lombard, le directeur général, a déclaré à la cour qu'il n'avait jamais reçu la lettre, qui aurait très probablement abouti au département des ressources humaines.

Après que les procureurs ont recommandé des sanctions maximales, y compris une amende de 75 000 € à payer par la société, le fils de Louvradoux a déclaré devant un tribunal: «La peur doit changer de camp. Ces personnes doivent cesser de ressentir l’impunité pour ne plus jamais le faire et pour que d’autres ne le fassent jamais dans d’autres entreprises, car elles savent qu’elles risquent la prison. "

Un autre travailleur, Daniel Doublet, a expliqué comment la direction avait cessé de lui donner du travail. Il vivait dans la région parisienne mais a été transféré à Besançon, à 450 km de sa famille, et ses tâches n'ont jamais été définies. «Imaginez l'isolement que j'ai ressenti», a-t-il déclaré. "C'était comme si je n'étais rien… un parasite."

La veuve de Michel Bugead, un autre travailleur qui s'est suicidé, a déclaré avoir écrit par courrier électronique à la direction pour lui faire part de ses préoccupations. Elle a déclaré qu'il était, comme beaucoup d'autres, "très attaché à l'entreprise qui lui avait permis de gravir les échelons de la société".

Lombard a nié avoir déclaré à une réunion de directeurs en 2006 qu'il «inciterait les gens à partir d'une manière ou d'une autre, par la fenêtre ou par la porte». Au tribunal, des syndicalistes de la galerie portaient des t-shirts portant l'inscription «the fenêtre ou la porte », il a nié toute responsabilité de la part de la direction.

«Les transformations qu’une entreprise doit traverser ne sont pas agréables; c'est comme ça. Je n’aurais rien pu faire », at-il déclaré à la cour.

À un moment donné, décrivant la manière dont il s'était rendu sur un site pour dire aux travailleurs qu'il ne serait pas fermé, le juge lui a demandé: «Criez-vous, M. Lombard?». Il a déclaré que, vu qu'il était considéré comme un grand exécutif, «les gens pensent Je n'ai pas de coeur Ce n'est pas vrai."

L’affaire est une première pour une société de premier ordre cotée à l’indice boursier français CAC 40 et la première fois que des dirigeants pourraient être tenus pénalement responsables de la mise en œuvre d’une stratégie de harcèlement moral même s’ils n’avaient pas traité directement avec le personnel concerné.

La procureure de l'État, Françoise Benezech, a déclaré à la cour: "Il ne fait aucun doute qu'en élaborant un processus de restructuration comportant d'énormes suppressions d'emplois et de nombreux transferts, les responsables savaient qu'ils déstabilisaient les travailleurs."

Le procès se termine jeudi et les juges devraient prendre plusieurs semaines pour rendre leur verdict.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *