Nicolas Roche et Dan Martin consolident

Nicolas Roche et Dan Martin consolident
4.6 (92.8%) 25 votes


Le premier sommet de jeudi étant un objectif important pour les prétendants au classement général, Dan Martin s’est concentré sur les économies d’énergie sur la route ondulée de mercredi vers Colmar. Il a terminé dans le même temps que le gagnant Peter Sagan (Bora-Hansgrohe), franchissant la ligne 66ème. Son cousin Nicolas Roche (Team Sunweb) faisait également partie de ce groupe avec une 77e place.

Martin a eu un moment d'inquiétude pendant la course, crevant à l'intérieur des 50 derniers kilomètres. "La crevaison s'est produite presque au pire moment de la course, mais dix kilomètres plus tard aurait été encore pire", a-t-il déclaré. «Heureusement, Jasper (Philipsen) était incroyablement fort et Vegard (Laengen) et Sergio (Henao) étaient également présents. C'était donc un super effort d'équipe. J'espère que c'est la fin de mes mécaniques pour ce Tour. "

Roche a perdu une place au 20e rang du classement général grâce à la prime de temps acquise par Matteo Trentin (Mitchelton-Scott) pour sa troisième place sur la scène. Il est à une minute du leader de la course, Julian Alaphilippe (Deceuninck-QuickStep), alors que Martin gagne une place à la 35e. Il reste une minute 28 secondes en arrière.

Roche vise une victoire d'étape dans la course, tandis que l'objectif principal de Martin est le classement général.

L’étape de jeudi emmène les coureurs à l’arrivée au sommet de La Planche des Belle Filles. Martin était deuxième là-bas lors de la dernière visite de la course en 2017, et c'est une montée qui pourrait très bien lui convenir. Cependant, il a dit que peu importe la situation, il est encore trop tôt pour le Tour.

"Il y aura beaucoup de questions sur la sixième étape mais même dans ce cas, je pense que nous ne pouvons pas vraiment lire beaucoup dans la sixième étape en ce qui concerne le classement général", a-t-il déclaré à l'Irish Times. "C'est une étape très différente de ce que nous verrons plus tard dans la course dans les Alpes, qui vont vraiment décider de la course."

Il a dit que tous les concurrents qui ne brillent pas ne doivent pas paniquer. «Je pense que ce sera le cas de limiter presque vos pertes et d’être là ou à peu près. Si ça ne se passe pas très bien, ce n’est pas la fin du monde et vous n’avez pas perdu la course. Ces dix premiers jours, il s’agit de rester en lice. »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *