Macron offre une réduction d'impôt aux travailleurs français pour apaiser la colère

Macron offre une réduction d'impôt aux travailleurs français pour apaiser la colère
4.6 (91%) 20 votes


PARIS (AP) – Le président français Emmanuel Macron a annoncé jeudi des réductions d'impôts pour les travailleurs de la classe moyenne et un parlement plus représentatif dans le cadre d'une réponse promise aux manifestations hebdomadaires du gilet jaune qui ont porté atteinte à sa présidence.

Dans un discours télévisé à l'échelon national suivi d'une conférence de presse, le dirigeant français a également déclaré que la France et l'Europe devaient faire davantage pour lutter contre les migrations illégales.

Macron a parlé à la nation depuis le palais présidentiel Elysée après avoir convoqué des réunions à l'échelle nationale au cours desquelles les communautés pourraient débattre de la manière de résoudre les problèmes économiques soulevés par le mouvement du gilet jaune, notamment les taxes élevées, le chômage et les salaires stagnants.

Il a annoncé des mesures pour augmenter les retraites à moins de 2 000 euros (2 226 dollars) et a annoncé qu’il proposerait une refonte du système de retraite français en été. Mais il a ajouté que la "meilleure solution" aux disparités financières est "de réduire les impôts pour un nombre maximum de citoyens et en particulier de ceux qui travaillent, en particulier de la classe moyenne".

Le président s’est également engagé à introduire de "profonds changements" dans le système démocratique français. L'une consiste à assouplir les règles relatives à l'organisation de référendums publics afin que les citoyens aient un autre débouché pour les griefs, à part les manifestations de rue qui convulsent le pays depuis cinq mois.

Il s’est engagé à réduire le nombre de législateurs au Parlement d’environ 30% et à modifier la composition des sièges afin que le parlement national reflète mieux la diversité des partis politiques français. Le système électoral parlementaire français est actuellement conçu pour donner au parti vainqueur une forte majorité, désavantageant les petits partis.

Mais Macron a averti qu'il était temps de faire des choix difficiles. Il a déclaré qu'il pensait que l'immigration clandestine pesait sur l'Europe. L'Union européenne devrait être «forte», à la fois en protégeant ses frontières et en accueillant des demandeurs d'asile originaires de pays où leur vie est en danger.

«Pour être accueillant, il faut avoir une maison. Nous avons donc besoin de frontières, nous avons besoin de respecter les frontières, nous avons besoin de règles », a-t-il déclaré.

Dans le but de contrecarrer la représentation élitiste du mouvement du gilet jaune, Macron a annoncé sa décision de supprimer l’École nationale d’administration de France, influent collège qui forme les hauts fonctionnaires et les hommes politiques.

Le centriste Macron, ancien banquier d'investissement, est lui-même diplômé de l'ENA.

Macron a présenté ses excuses pour certains commentaires perçus comme arrogants, par exemple avoir dit à un chômeur qu'il pourrait trouver un emploi s'il «traversait la rue» et conseiller à un retraité de ne pas se plaindre.

«J'ai peut-être donné l'impression de donner des ordres tout le temps et d'être dur. Ce que je regrette, dit-il.

Dans le même temps, il a déclaré qu'il continuerait à mettre en avant des politiques favorables aux entreprises opposées par les syndicats et le mouvement de la veste jaune.

«Je me suis demandé si nous avions tort. Je pense le contraire. Je pense que les changements en cours, les changements nécessaires que nous devons faire dans notre pays ne doivent pas être arrêtés », a déclaré Macron. "Ils n’ont pas été assez rapides pour certains, pas assez radicaux, pas assez humains."

Certains militants impliqués dans le mouvement du gilet jaune se sont dits déçus de la réponse de Macron à leurs demandes d’aide économique aux classes populaires du pays.

Le militant de la région parisienne, Thierry-Paul Valette, a tweeté après que Macron ait exposé ses propos comme quoi le président parlait comme "un chef suprême et ne semble pas comprendre qu'il devrait faire preuve de modestie".

Ingrid Levavasseur, ancienne activiste du gilet jaune, qui a réduit sa participation au milieu des divisions internes du mouvement et de la violence manifestante, a déclaré à l'Associated Press qu'elle avait trouvé la réponse de Macron «pas du tout satisfaisante».

Levavasseur a prudemment accueilli favorablement ses propositions de mesures visant à décentraliser la prise de décision, mais a déclaré que le plan global n’était pas assez ambitieux.

"Les attentes sont si énormes que la déception était inévitable", a-t-elle déclaré.

Le mouvement des gilets jaunes a commencé à s'opposer à une augmentation de la taxe sur les carburants et a été baptisé du nom des vestes fluorescentes que les automobilistes français sont tenus de garder dans leur voiture. La participation aux manifestations a diminué, mais les activistes du mouvement organisent la 24e manifestation consécutive du samedi au samedi.

Les dirigeants du parti et du gouvernement Macron prévoient de se réunir lundi pour définir un calendrier de mise en œuvre des nouvelles mesures. Macron avait déjà fait certaines concessions lors des manifestations, telles que l'abandon de la hausse de la taxe sur les carburants. Il a également annulé une augmentation d'impôt pour les retraités et introduit des primes mensuelles de 100 euros (113 $) pour les personnes gagnant le salaire minimum.

Macron a toutefois refusé à plusieurs reprises de répondre à l’une des principales revendications des manifestants: rétablir l’impôt sur la fortune des Français les plus riches, a de nouveau refusé jeudi, affirmant qu’il avait pour objectif de maintenir les investissements dans le pays.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *