Macron en visite en Serbie après l'annulation du sommet de Paris


Avant la visite du président français Emmanuel Macron en Serbie les 15 et 16 juillet, les médias se demandent si le Kosovo pourrait être la question la plus importante à l’ordre du jour.

La coopération politique et économique, la perspective européenne du pays et le Kosovo feront partie des sujets abordés, a annoncé lundi le bureau du président serbe Aleksandar Vucic.

«Macron est l'un des deux plus grands dirigeants européens à qui l'avenir appartient et qui remportera de nouvelles élections en France. Je pense que son rôle est en train de prendre de l'ampleur. C'est un homme énergique et travailleur, avec lequel il n'est pas toujours facile de parler », a déclaré Vucic au radiodiffuseur public serbe RTS lundi.

Vucic a également annoncé qu'au cours de la visite, 20 accords entre États seraient signés.

La visite de Macron intervient également après l'annulation d'un sommet à Paris, prévu pour le 1er juillet, qui visait à sortir de l'impasse des pourparlers entre Belgrade et Pristina sous médiation de l'UE en vue de normaliser leurs relations, bloquées depuis que le Kosovo a imposé des droits de douane à 100%. sur les produits serbes l'année dernière.

Un autre problème pour la Serbie pourrait être la ligne dure de Macron sur les nouveaux membres potentiels de l’UE issus des Balkans occidentaux.

Macron en mai 2018, puis en bloquant l'ouverture des négociations d'adhésion de l'Albanie et de la Macédoine du Nord en juin 2018, il s'opposait à toute tentative d'élargissement au motif que l'UE devait se réformer avant d'accepter de nouveaux membres.

Loic Tregoures, de l'Institut catholique de Paris, a appelé à la prudence à propos des suggestions selon lesquelles Macron pourrait lancer une nouvelle initiative pour relancer le dialogue Belgrade-Pristina.

Tregoures a déclaré à BIRN que «le retrait du sommet de Paris le 1er juillet dernier témoigne de l'impasse et de l'absence d'initiatives constructives ou d'idées neuves de Paris».

Il a ajouté que la visite de Macron serait principalement axée sur les relations politiques et économiques de la France avec la Serbie.

«Il vise à souligner les 180 ans de relations diplomatiques entre la France et la Serbie et devrait être essentiellement bilatéral, en mettant l'accent sur la coopération bilatérale avec les nouvelles activités de l'Agence française de développement (AFD) dans la région et le commerce bilatéral, bien que les entreprises semblent avoir perdu l'appel d'offres pour la construction du métro de Belgrade », a-t-il déclaré.

Selon RTS, les échanges commerciaux entre la Serbie et la France dépasseront le milliard d'euros cette année. Les entreprises françaises ont des intérêts dans les technologies de l’information, les mines et les infrastructures dans le pays des Balkans.

L’ambassadeur de France à Belgrade, Frédéric Mondoloni, a déclaré aux médias serbes qu’il espérait que de nouveaux contrats d’exploitation de l’énergie géothermique pourraient être signés lors de la visite de Macron.

Dans le même temps, les journaux serbes ont déjà publié le programme de la visite de Macron, soulignant qu’il est le premier président français à s’installer en Serbie depuis 18 ans.

Selon les médias, outre la tenue de réunions, le président français se rendra à l'aéroport de Belgrade, exploité par le conglomérat français Vinci Airports, et au monument de la gratitude à la France à Belgrade.

Il rencontrera également plusieurs artistes de premier plan.

Les médias de Belgrade ont annoncé mercredi qu'avant la visite de Macron, des membres des forces spéciales françaises seraient arrivés dans la capitale serbe.

Une centaine d’entre eux – parmi lesquels des membres de la Légion étrangère française – vont élaborer un plan détaillé pour assurer la sécurité, selon le tabloïd Kurir.