Macron condamne le sommet du Conseil de l'UE comme un échec – EURACTIV.fr


À l'issue du sommet des dirigeants de l'UE-28, lundi 1er juillet, le président français Emmanuel Macron a déploré l'échec des négociations, affirmant que ce blocus donnait "une image peu sérieuse de l'Europe". .

À l'issue de la longue réunion des chefs d'État et de gouvernement du 30 juin et du matin du 1er juillet, le président Macron a dénoncé l'impasse sur la nomination du futur chef de l'exécutif européen.

Il a utilisé les termes suivants pour décrire la réunion: «échec», «pas de résultat», «une très mauvaise image de l'Europe».

L’épineuse question – à propos de laquelle les 28 États membres de l’Union européenne n’ont déjà pas réussi à parvenir à un accord le 21 juin – semble avoir de nouveau miné l’unité européenne, malgré les concessions de la chancelière Angela Merkel.

"Il y a eu une étroite coordination avec la chancelière allemande, qui s'est engagée dans la famille du PPE pour trouver un compromis", a déclaré le président français.

Cependant, même le poids de Merkel dans les négociations n’était pas suffisant pour trouver un compromis au sein du Parti populaire européen (PPE).

Macron reproche également au groupe politique principal l’échec du sommet.

"Cet échec est le résultat de divisions, d'une part, du PPE, où plusieurs dirigeants se sont dissociés de la position négociée", a ajouté le président français.

Après de longues heures de négociations, aucun des candidats potentiels n’a été décidé par les dirigeants européens. Cette obstruction a été particulièrement critiquée par Macron à la fin de la réunion de lundi (1er juillet).

"Tout ce processus a été mal pensé", s'est-il plaint en se référant au Spitzenkandidaten processus.

«Notre crédibilité est profondément endommagée. Cet échec est enraciné dans des divisions et parfois lié à des ambitions personnelles qui n'avaient aucune raison d'être à la table », a-t-il expliqué en refusant de nommer des noms.

Suspendu, le sommet devrait reprendre mardi 2 juillet.

"Donc, je reviendrai demain à 11 heures et j'espère que nous aurons un accord final dans quelques heures, avec les mêmes critères que je défends depuis le début", a-t-il déclaré.

Le sommet des dirigeants de l'UE28 a été ajourné lundi 1 er juillet après que près de 18 heures de discussions aient échoué à aboutir à un accord sur la manière de scinder les plus hauts postes du bloc, en raison de l'opposition des Etats membres de l'Est et des divisions au sein du parti conservateur européen People's. Fête.

Division géographique

Parmi les obstacles qui ont empêché le compromis sur le successeur de Jean-Claude Juncker, Macron a évoqué les «divisions géographiques» en Europe. Cette critique vise principalement le fossé qui sépare l’Europe occidentale et orientale.

Cette difficulté de coordination entre les différents centres géographiques du continent a également permis au président français de s’opposer, une fois encore, aux perspectives d’élargissement de l’Union européenne, bien qu’il fasse actuellement l’objet de négociations entre l’UE et plusieurs pays des Balkans occidentaux.

«Je suis plus que sceptique quand j'entends dire que l'avenir de l'Europe réside dans un nouvel élargissement, alors que nous ne sommes pas en mesure de nous entendre en tant que groupe de vingt-huit», a-t-il expliqué.

"Je refuserai tout élargissement avant toute réforme fondamentale de notre fonctionnement institutionnel", a-t-il ajouté.

(Edité par Zoran Radosavljevic)

Lectures complémentaires

Depuis le sommet de Thessalonique en 2003, où l'UE a exprimé son soutien à tous les pays des Balkans occidentaux, seule la Croatie est devenue membre à part entière du bloc. Un rapport récent suggère que Bruxelles devrait réorganiser l'ensemble du processus, avec une direction qui ne traiterait que des espoirs de l'UE.