Les pèlerinages de la Pentecôte en France et au Moyen-Orient lient des catholiques dans la prière

Les pèlerinages de la Pentecôte en France et au Moyen-Orient lient des catholiques dans la prière
4.1 (81%) 20 votes


Les pèlerinages de la Pentecôte ont eu lieu en Irak, au Liban et en Egypte

Les catholiques ont marché dans le Wadi al-Nasara, ou «la vallée des chrétiens» en Syrie, cette Pentecôte, priant le chapelet, alternant entre les prières arabe et française pendant chaque décennie.

Leur pèlerinage de deux jours, inspiré de l’annuelle en France, a coïncidé avec les pèlerinages de la Pentecôte en Irak, au Liban et en Égypte organisés par l’organisation humanitaire française en guise de geste de prière et de solidarité.

"Ces quelques journées intenses de randonnées et de prières resteront gravées dans le cœur des moments précieux où les Syriens et les Français ont été unis par le même esprit", a écrit sur leur blog Madeleine, volontaire française pour SOS Chrétiens d’Orient à Alep.

«La fierté d'avoir parcouru des kilomètres avec courage, les longues discussions partagées, les services rendus ensemble ont été le reflet de l'amour qui unit nos deux pays par la grâce de Dieu», a-t-elle déclaré. «Nous étions en communion avec le pèlerinage de Notre Dame de Chretiente à Chartres.»

Les pèlerins et les volontaires syriens sont venus de Damas, Homs et Alep pour emprunter le chemin longeant la mer Méditerranée en direction du sanctuaire de Saint Charbel, dans le village de Daher Safra.

Athar, un participant syrien, a déclaré: «Nous avons partagé notre vie avec les bons et les mauvais moments. Nous avons prié ensemble. Nous avons marché ensemble. C'était génial parce que nous avons appris à nous accepter, à nous entraider. "

En Irak, le pèlerinage de la Pentecôte dans les plaines de Ninive a conduit au monastère Rabban Hormizd à Alqosh, une église catholique chaldéenne fondée au 7ème siècle.

Sistine, volontaire française SOS Chrétiens d’Orient en Irak, a décrit cette expérience:

«En arrivant au pied du monastère, alors que la nuit commence à tomber, nos chansons à Marie résonnent magnifiquement dans cet endroit calme et sauvage. L'ensemble du groupe monte les quelques centaines de marches restantes dans un ultime élan d'énergie pour atteindre la petite chapelle. Enfin, après tant d’efforts, de prières, de sueur et de bouteilles d’eau vides, nous nous réunissons ici pour mettre toutes nos intentions dans les bras de Marie. "

Nous «nous rassemblons pour exprimer nos intentions de prière, confiant nos vies, nos vocations, les chrétiens d'Orient et d'Irak à notre Mère céleste», a-t-elle déclaré.

La marche Notre Dame-Chartres, qui a inspiré les pèlerinages au Moyen-Orient, a attiré plus de 14 000 participants cette année.

Benjamin Blanchard, directeur de SOS Chrétiens d’Orient, a déclaré à la CNA que chacun des pèlerinages au Moyen-Orient utilisait le même livre de prières et d’hymnes que celui utilisé lors de la promenade Notre Dame-Chartres.

Blanchard dirige depuis quatre ans un groupe de volontaires et d’employés du Moyen-Orient dans le pèlerinage français à Chartres.

«Nous sommes ici pour prier et pour travailler avec tous les pèlerinages, mais nous prions particulièrement pour les chrétiens du Moyen-Orient, pour tous les bénévoles et donateurs de l'organisation», a-t-il déclaré.

Johnny Dagaly, un catholique chaldéen d'Irak, a confié à l'AIIC que le fait de parcourir le pèlerinage en France avec 14 000 autres catholiques lui donnait un sens profond du «Corps du Christ» qu'est l'Église.

«Ce fut une très bonne expérience d'être ici et, quand je reviendrai en Irak, je le partagerai avec tous mes amis, ma famille et tout le monde», a déclaré Dagaly.

"Je prie pour la paix, pour la paix dans le monde entier et dans mon pays, en Irak, car nous n'avons pas eu la paix il y a 40 ans", a-t-il déclaré, ajoutant: "J'ai également prié pour ma mère."

Majd Kassouha, un catholique melkite syrien âgé de 26 ans, a confié à l'AIIC qu'il avait parcouru les 62 km du pèlerinage en France avec des prières pour que son pays reconstruise, non seulement l'infrastructure perdue pendant la guerre, mais également le cœur du peuple syrien.

«La souffrance dans le cœur et l'esprit est beaucoup plus douloureuse que la… souffrance physique», a déclaré Kassouha. Lui et sa famille sont restés à Alep tout au long de la guerre civile dans le pays et ont déclaré avoir été témoins du décès de nombre de ses amis et de sa famille.

"Quand nous avons été attaqués et que j'ai vu mes amis morts… J'ai commencé à penser que sans Jésus, je ne pouvais pas continuer, alors j'ai prié Jésus de m'encourager, de me donner la force de continuer", a-t-il déclaré à CNA.

«Notre pays, un pays magnifique, mérite une condition meilleure que maintenant. Reconstruire le peuple parce que nous sommes tous détruits dans nos cœurs. Tout le monde a perdu beaucoup de personnes chères », a-t-il déclaré.

"J'espère que le peuple syrien trouvera la paix dans son cœur et dans le pays en général", a-t-il déclaré. "J'espère retourner chez moi et le voir en paix."

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *