La France dévoilera des aides à l’industrie automobile et aéronautique

La France va-t-elle soutenir les grandes entreprises Françaises ?

Supply Lines est une newsletter quotidienne qui suit l’impact de COVID-19 sur le commerce. , et pour les dernières nouvelles et analyses sur la pandémie.

Le ministre français des Finances, Bruno Le Maire, a promis des mesures de soutien du gouvernement aux secteurs de l’automobile et de l’aviation d’ici fin juin, y compris des incitations à l’achat de véhicules électriques.

Cette aide interviendrait après que le gouvernement a promis 18 milliards d’euros (19,4 milliards de dollars) jeudi pour soutenir le secteur du tourisme, dont Le Maire avait désespérément besoin car les restaurants et les hôtels figuraient parmi les entreprises les plus durement touchées par la pandémie de coronavirus.

« Nous le ferons pour d’autres secteurs qui ont été durement touchés, comme l’industrie automobile et l’aéronautique », a-t-il déclaré dans une interview jeudi soir sur BFM TV. « Air France risquait de disparaître, et certaines parties de l’industrie automobile sont également menacées de disparition. »

Le gouvernement français a décidé de relancer l’économie après avoir assoupli les restrictions de verrouillage, notamment en autorisant la réouverture de plus de magasins et de certaines écoles. Bien que le constructeur automobile ait obtenu des milliards de garanties de prêt garanties par l’État, leurs opérations restent déprimées. L’avionneur, qui a évité le soutien direct de l’État, prévoit de le faire.

«Le rebond est progressif; c’est là, mais c’est progressif », a déclaré Le Maire, ajoutant que les consommateurs devraient être encouragés à sortir et à dépenser de l’argent, notamment en prenant des vacances en France cet été.

Le ministre français des Finances a déclaré qu’il rencontrerait les constructeurs automobiles et les représentants de l’industrie vendredi pour discuter des moyens de soutenir la demande de véhicules à faibles émissions et électriques. Les incitations seraient destinées aux ménages et aux gestionnaires de flottes publiques et privées.

« Nous voulons soutenir, via la demande, les véhicules qui émettent le moins de dioxyde de carbone, en particulier les véhicules électriques », a déclaré Le Maire à la télévision CNEWS vendredi. «Le rôle de l’Etat est justement d’encourager à aller dans cette direction afin d’avoir une industrie automobile verte et performante.»

Le gouvernement français détient des participations dans Air France-KLM, Airbus, Renault et Peugeot maker.