La France appelle au dialogue entre les Etats-Unis et l'Iran


DUBAÏ, Emirats arabes unis (AP) – Dernières nouvelles sur les tensions entre les États-Unis et l'Iran et dans le golfe Persique (toutes heures locales):

16h35

La France a réitéré son appel à la désescalade et au dialogue entre les États-Unis et l’Iran, alors que les dirigeants mondiaux se préparent pour le sommet du Groupe des 20.

La porte-parole du gouvernement, Sibeth Ndiaye, a déclaré que les diplomates français avaient eu plusieurs contacts de haut niveau ces dernières semaines avec des responsables iraniens et américains afin de trouver un moyen d'apaiser les tensions.

Le président français Emmanuel Macron rencontrera le président Donald Trump lors du sommet du G20 au Japon qui débutera vendredi.

Jusqu'à présent, la France n'a pas commenté les rencontres du secrétaire d'État américain Mike Pompeo avec ses alliés arabes du Golfe au sujet de la constitution d'une coalition mondiale pour contrer l'Iran.

___

15h25

Le conseiller américain à la Sécurité nationale, John Bolton, a déclaré que "les États-Unis aimeraient beaucoup se débarrasser des forces étrangères venues de Syrie", une référence apparente aux troupes iraniennes présentes sur place.

Les commentaires de Bolton mardi lors d'une conférence de presse à Jérusalem sont intervenus après que son homologue russe a exhorté les Etats-Unis et Israël à faire preuve de "retenue" à l'égard de l'Iran.

Le sommet trilatéral sur la sécurité très médiatisé s'est concentré sur l'implication de l'Iran dans les conflits à travers la région, en particulier en Syrie.

Les différences entre les parties ont rapidement émergé. Israël demande depuis longtemps que les forces iraniennes soient retirées de son front nord et Bolton a déclaré que les forces iraniennes constituaient "un problème en Syrie".

L'envoyé russe, Nikolai Patrushev, a répondu que l'Iran s'était battu contre des terroristes sur le sol syrien et qu'il y "stabilisait la situation".

Le sommet s’inscrit dans l’escalade des tensions entre les États-Unis et l’Iran dans le golfe Persique.

___

15h10

Le conseiller russe à la sécurité nationale a déclaré que les services de renseignement russes avaient déterminé que l'Iran avait abattu un drone américain la semaine dernière dans l'espace aérien iranien.

L’évaluation de Nikolai Patrushev contredit les affirmations des États-Unis selon lesquelles l’appareil aurait été abattu dans l’espace aérien international au-dessus du détroit d’Hormuz.

Patrushev s'est entretenu avec des journalistes après une rencontre à trois avec ses homologues russe et israélien à Jérusalem. Il a déclaré que l'Iran n'avait pas informé la Russie de l'incident, mais que le ministère russe de la Défense avait conclu que le drone était entré dans l'espace aérien iranien.

Il dit: "Nous n'avons vu aucune preuve du contraire."

Le président Donald Trump a annulé les mesures de représailles envisagées par les États-Unis en réponse à la fusillade qui a eu lieu quelques minutes avant, mais a imposé de nouvelles sanctions à l'Iran.

___

14h55

Le conseiller américain à la sécurité nationale, John Bolton, a déclaré que "toutes les options restent sur la table" si l'Iran dépasse la limite d'enrichissement d'uranium définie dans l'accord de 2015.

Bolton a pris la parole lors d'une conférence de presse à l'issue d'un sommet sur la sécurité trilatéral tenu à Jérusalem mardi.

Il répondait à une question de savoir si une frappe militaire serait toujours une option si l'Iran dépassait le seuil de stock de 300 kilogrammes défini dans l'accord atomique. Bolton a déclaré que ce serait "une très grave erreur de la part de l'Iran d'ignorer ces limites".

L'Iran a annoncé qu'il posséderait plus de 300 kilogrammes d'uranium faiblement enrichi d'ici jeudi, en violation de l'accord. L’Europe est séparément confrontée à la date limite du 7 juillet imposée par Téhéran pour offrir un meilleur accord, sinon l’Iran commencera à enrichir son uranium de plus en plus proche des niveaux de qualité militaire.

Bolton, un faucon iranien de longue date, a déclaré qu'il "devrait abandonner sa quête d'armes nucléaires livrables".

___

15h

Le conseiller russe à la sécurité nationale a rejeté les tentatives américaines et israéliennes d’isoler l’Iran et exhorte les deux pays à faire preuve de "retenue" à l’égard de la République islamique.

Nikolai Patrushev s'est entretenu mardi lors d'une réunion à trois avec ses homologues israélien et américain à Jérusalem. Selon lui, les tentatives visant à présenter l'Iran "comme la principale menace à la sécurité régionale" ou à l'assimiler à des groupes terroristes internationaux ne sont "pas acceptables".

Il a ajouté que "l'Iran contribue beaucoup à la lutte contre les terroristes sur le sol syrien et à la stabilisation de la situation dans ce pays".

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, avait auparavant appelé les trois pays à se mettre d'accord sur l'expulsion des forces étrangères de la Syrie voisine. Il a déclaré qu'Israël ne permettrait pas à l'Iran d'établir une présence militaire permanente dans ce pays.

Patrushev a appelé Israël et les États-Unis à encourager un règlement politique en Syrie.

___

11h50

Le président iranien se moque du président Donald Trump, allant même jusqu'à dire que la Maison Blanche est "affligée d'arriération mentale".

Les commentaires de Hassan Rouhani sont intervenus après que le gouvernement Trump ait sanctionné lundi le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei.

Rouhani a déclaré que cette décision signifiait "l'échec certain" des efforts de la Maison Blanche. Il a également critiqué les responsables américains qui voulaient sanctionner le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif.

M. Rouhani s'est exprimé mardi dans une allocution télévisée.

___

11h35

Le président iranien a déclaré que les nouvelles sanctions américaines visant le dirigeant suprême de la République islamique et d'autres étaient "scandaleuses et idiotes".

Les commentaires de Hassan Rouhani interviennent un jour après que le gouvernement Trump ait sanctionné le guide suprême, l'ayatollah Ali Khamenei, et ses collaborateurs.

Rouhani a déclaré que cette décision signifiait "l'échec certain" des efforts de la Maison Blanche. Il a prononcé un discours mardi à la télévision.

Rouhani a également critiqué les responsables américains pour avoir voulu sanctionner le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif.

Rouhani exaspéré a déclaré: "Vous sanctionnez le ministre des Affaires étrangères simultanément avec une demande de pourparlers?"

___

11h10

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a déclaré qu'Israël, les États-Unis et la Russie avaient un objectif commun: retirer les forces iraniennes de la Syrie.

Netanyahu a déclaré que cela "créerait un Moyen-Orient plus stable". Il a pris la parole lors d'une réunion des conseillers en sécurité nationale des trois pays mardi.

L'Iran et la Russie ont joué un rôle clé en soutenant le président syrien Bashar Assad et en l'aidant à vaincre les forces rebelles dans la guerre civile dans son pays. Netanyahu a longtemps averti que l’Iran cherchait à utiliser cette influence pour établir une base militaire le long du front nord d’Israël.

Le sommet tripartite à Jérusalem avec les responsables américains et russes devait se concentrer sur l'implication de l'Iran dans les conflits de la région, en particulier en Syrie.

Cela survient dans l’escalade des tensions entre les États-Unis et l’Iran dans le golfe Persique.

___

10h45

Le conseiller américain à la sécurité nationale, John Bolton, a déclaré que le président Donald Trump était ouvert à de véritables négociations et que "tout ce que l'Iran doit faire, c'est franchir cette porte ouverte"

Bolton a pris la parole lors d'un sommet sur la sécurité trilatéral tenu à Jérusalem mardi.

Il a ajouté que les émissaires américains traversaient la région dans l'espoir de trouver une issue à l'escalade des tensions entre les États-Unis et l'Iran, mais que le silence de la République islamique était "assourdissant".

Bolton a déclaré: "Il n'y a tout simplement aucune preuve que l'Iran ait pris la décision stratégique de renoncer à l'arme nucléaire".

Ses commentaires aux côtés de ses homologues israélien et russe interviennent après que l’Iran ait critiqué le gouvernement Trump à propos des nouvelles sanctions américaines visant son chef suprême. Selon le ministère iranien des Affaires étrangères, ces mesures signifient une "fermeture définitive" de la diplomatie entre les États-Unis et l'Iran.

___

9h15

Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères a déclaré que les nouvelles sanctions américaines visant le dirigeant suprême de la République islamique et d'autres hauts responsables signifiaient la "fermeture définitive" de la diplomatie entre Téhéran et Washington.

C'est ce que rapporte un porte-parole du porte-parole, Abbas Mousavi, publié mardi par l'agence de presse officielle IRNA IRNA.

Mousavi a déclaré que "la sanction stérile infligée aux dirigeants iraniens et au chef de la diplomatie iranienne signifiait la fermeture définitive de la voie diplomatique avec l'administration frustrée des États-Unis".

Trump a promulgué lundi de nouvelles sanctions visant le guide suprême iranien, l'ayatollah Ali Khamenei. Les responsables américains ont également annoncé leur intention de prendre des sanctions contre le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif.

Cela s’inscrit dans le contexte de tensions accrues entre l’Iran et les États-Unis au sujet de son accord nucléaire en souffrance et lorsque l’Iran a abattu la semaine dernière un drone de surveillance militaire américain.