France news: Un travailleur humanitaire menacé de prison par une bagarre avec la police de Calais à la suite d'une incarcération au camp de migrants | Monde | Nouvelles

France news: Un travailleur humanitaire menacé de prison par une bagarre avec la police de Calais à la suite d'une incarcération au camp de migrants | Monde | Nouvelles
4.8 (96.36%) 22 votes


Cette nouvelle survient après qu'Amnesty International a accusé la police française de harceler et d'intimider les personnes qui offraient de l'aide aux migrants de Calais pour entraver leurs efforts de secours. Tom Ciotkowski, un ouvrier de charité de Stratford upon Avon, fait face à des accusations de mépris et d'agression pour avoir été accusé d'avoir assailli les coups avec Laurent Mary, un policier français de la police antiémeute de 52 ans, lors d'une opération de dépollution du camp de migrants en juillet 2018. Le policier a dénoncé le comportement «véhément» de M. Ciotkowski envers lui et ses collègues, ajoutant que le jeune homme l'avait «poussé» et l'avait traité de «b * tch-b **** rd» après avoir demandé à voir sa carte d'identité. M. Mary dit avoir repoussé le militant en légitime défense et que M. Ciotkowski était tombé en arrière par-dessus une barrière de béton séparant le trottoir de la route, entraînant avec lui un autre policier.

M. Ciotkowski a ensuite été arrêté et placé en garde à vue pendant 36 heures, selon le groupe de défense des droits Amnesty International.

La jeunesse britannique a rejeté ce récit et déposé une plainte concurrente contre les policiers de Calais pour voies de fait et diffamation. Il a enregistré la rencontre, qui a été utilisée comme preuve lors du procès de mercredi.

Il a ajouté que ces hommes étaient des volontaires qui vérifiaient leur identité et tentaient de distribuer de la nourriture à des migrants. M. Mary s'est alors approché de lui et d'un autre volontaire, qu'il aurait frappé avec une matraque.

Sa peine sera prononcée la semaine prochaine, le 20 juin. Les charges retenues contre lui sont passibles d’une peine maximale de cinq ans de prison et d’une amende pouvant aller jusqu’à 7 500 euros (6 500 £).

Les procureurs locaux ont toutefois fait preuve de clémence en appelant à une peine avec sursis. Ils ont également demandé à l'IGPN, l'instance chargée d'enquêter sur les abus de la police, d'enquêter sur cet incident.

Maria Serrano, la principale militante d'Amnesty sur les migrations, a déclaré que l'affaire Ciotkowski était «emblématique du harcèlement, de l'intimidation et des agressions auxquelles sont confrontés les défenseurs des droits humains qui soutiennent les migrants et les réfugiés aux mains de la police à Calais».

«Son cas reflète également une tendance européenne plus large à criminaliser les actes de solidarité, afin de dissuader les autres de défendre les droits de l'homme. Les efforts déployés par des particuliers et des ONG pour aider les personnes dans le besoin devraient être loués, défendus et célébrés plutôt que criminalisés », a-t-elle déclaré.

Le procès de M. Ciotkowski intervient juste une semaine après la publication par Amnesty d'un rapport accusant les autorités françaises de harceler les personnes qui aident les migrants du nord de la France dans le but de les dissuader de poursuivre leur travail et de "mettre un terme aux actes de solidarité".

«Les autorités françaises ont harcelé, intimidé et même violemment agressé des personnes qui offraient une aide humanitaire ou un autre soutien», lit-on dans le rapport.

En octobre 2016, la France a démoli le vaste camp de migrants «Jungle» dans la banlieue de Calais, qui abritait environ 10 000 personnes dans l'espoir d'entrer en Grande-Bretagne.

Les migrants ont été relogés dans des abris disséminés un peu partout dans le pays, mais des activistes ont averti que depuis lors, des personnes sont revenues dans la région et vivent dans des conditions sordides.

Selon Amnesty, plus de 1 200 personnes vivent dans des camps de tentes délabrés à Calais et dans les environs, selon Amnesty.

Les migrants à destination du Royaume-Uni n'ont aucun accès régulier à la nourriture, à l'eau, à des installations sanitaires, à un abri ou à une assistance juridique et font l'objet d'expulsions, de harcèlement et de violences de la part de la police, a ajouté Amnesty.

Le groupe de défense des droits a également déclaré que les militants pro-migrants avaient vécu de l'insomnie, du stress et de l'anxiété et que les actes d'intimidation, les menaces d'arrestation et les abus étaient désormais «partie intégrante de leur travail quotidien».

«Il est essentiel que les droits des réfugiés et des migrants soient respectés», a conclu le rapport.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *