France: les musulmanes de Grenoble défient l'interdiction du burkini | Nouvelles | DW

France: les musulmanes de Grenoble défient l'interdiction du burkini | Nouvelles | DW
4.9 (97.5%) 32 votes


Avec le réchauffement de la saison estivale, le débat autour de la question a repris. Les femmes musulmanes ont défié une interdiction locale ce week-end et ont porté le maillot de bain complet du corps islamique, enfreignant de ce fait les règles d'une piscine dans la ville de Grenoble, dans le sud-est du pays.

Les femmes qui portaient le maillot de bain, qui couvre tout le corps à l'exception du visage, des mains et des pieds, se sont vu infliger une amende de 35 € (40 $).

Lire la suite:

La piscine Jean Bron fait partie des nombreux Français qui ont interdit les burkinis et ont vu beaucoup de femmes enfreindre les règles dans le cadre d'une manifestation organisée.

"Opération burkini" a été créée le mois dernier par des membres du groupe Alliance citoyenne de Grenoble afin de défendre les droits des femmes musulmanes. Les femmes exigent que les piscines publiques, qui obligent actuellement les hommes à porter un caleçon de bain et les femmes à porter un bikini ou un maillot de bain une pièce, modifient leurs réglementations pour accueillir les porteurs de burkini.

'Burkini n'a pas sa place en France': Le Pen

La dirigeante d'extrême droite du rallye national, Marine Le Pen, a critiqué les activistes et a appelé les autorités locales à une réponse ferme.

"Il est temps de dire haut et fort que le burkini n'a pas sa place en France", a-t-elle tweeté lundi.

Valérie Pecresse, chef de centre-droit de la région parisienne, a également exprimé son inquiétude quant à la normalisation du maillot de bain intégral.

"Si nous acceptons le burkini, dans quelques années, toutes les jeunes filles des quartiers pauvres se couvriront de toutes sortes de risques, pour des raisons morales ou pour protéger leur réputation", a-t-elle déclaré à Radio Classique.

Deux des femmes qui ont pris part à la manifestation avaient un point de vue très différent.

S'adressant à la BBC, Hassiba et Latifa ont déclaré qu'ils devraient avoir les mêmes droits que tout le monde.

"Nous avons un rêve: nous amuser dans les piscines publiques comme tous les autres citoyens, accompagner nos enfants quand ils veulent se baigner alors qu'il fait très chaud en été, ici à Grenoble.

Lire la suite:

"Nous devons lutter contre les politiques discriminatoires et les préjugés en France, car nous sommes privés de nos droits civils d'accès aux services publics et aux infrastructures appartenant à la ville", a-t-il déclaré à la BBC.

La Citizen Alliance a déclaré via Facebook que l'action faisait partie d'un mouvement qui a débuté il y a plus d'un an avec une pétition signée par plus de 600 femmes musulmanes. Ils implorent le maire de Grenoble, Eric Piolle, de modifier les règles applicables aux piscines publiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *