Coupe du Monde Femmes: Meilleurs moments de France 2019

Coupe du Monde Femmes: Meilleurs moments de France 2019
4.4 (87.89%) 38 votes


Il y a eu des objectifs – controverses et célébrations folles – et ce n'est que sur le terrain. En attendant, les fans ont envahi les rues des villes françaises alors que le pays embrasse la Coupe du Monde pour la première fois.

Avec beaucoup de football à jouer jusqu'à ce qu'un vainqueur soit couronné, c'est le moment idéal pour réfléchir aux meilleurs moments du tournoi jusqu'à présent.

L’Afrique du Sud l’a peut-être été, mais ce n’est pas sans impression.

Banyana Banyana a apporté son rythme et son style lors de sa première participation à la Coupe du Monde. Elle est arrivée en France avec une routine de danse bien chorégraphiée.

Les fans de l'équipe ont également apporté beaucoup de couleurs et de sons, non perturbés par le fait que leur équipe a subi des défaites contre l'Espagne, la Chine et l'Allemagne.

Voici à voir beaucoup plus d’Afrique du Sud sur la plus grande scène du football féminin à l’avenir.

Les fans néerlandais sont en force

Le Havre s'est baigné dans une mer d'orange lorsque les Pays-Bas sont venus en ville.

Les supporters néerlandais ont afflué dans le nord de la France par milliers pour regarder leur équipe, championne d'Europe en titre, assurer une victoire 1-0 sur la Nouvelle-Zélande.

L’attaquant vedette des Pays-Bas, Vivianne Miedema, a également inscrit son nom dans le livre des records des phases de groupes.

Elle a marqué un doublé contre le Cameroun avec 60 buts (et plus) pour l’équipe nationale, surpassant le total de la retraitée Manon Melis.

Le Japon le garde propre

Le Japon a établi un précédent en matière de maintien de la propreté et de la propreté des stades lors des Coupes du monde.

L’équipe masculine a quitté son vestiaire impeccable après avoir été éliminée en Russie l’année dernière et ramasser les déchets après les matchs.

Cette année n'a pas été différente, les fans restant à balayer entre les allées lorsque la plupart sont déjà rentrés chez eux.

Nadeshiko, champion en 2011 et finaliste en 2015, a amené une équipe jeune en France dans le but d'imiter les récents succès du tournoi.

USA va grand

Les Etats-Unis ont déjà acquis plus de titres que tous les autres pays et la formation de Jill Ellis est arrivée en France avec une impitoyable humeur en démantelant la Thaïlande 13-0 à Reims.

Les célébrations zélées des joueuses américaines étaient, mais l'entraîneur thaïlandais Nuengrutai Srathongvian a déclaré après le match qu'elle ne s'en offusquait pas, insistant simplement sur le fait que son équipe devait s'améliorer.

Ellis, qui espère devenir le premier entraîneur à remporter la Coupe du Monde à deux reprises, a déclaré que "se montrer respectueux envers ses adversaires, c'est jouer fort contre ses adversaires".

Le score unilatéral a été le plus grand nombre de buts jamais vus dans un match de Coupe du Monde Féminine et la plus grande marge de victoire que le tournoi ait produite.

Endler se dresse fièrement

Il était à craindre que le Chili – cinq places de moins que la Thaïlande dans le classement de la FIFA – se retrouve à la fin d'un tourbillon similaire lors du deuxième match des États-Unis.

Ce n’était pas le cas, en grande partie grâce à une superbe performance du gardien. La star du Paris Saint-Germain était en forme et a présenté une performance pour défier les arguments – que les femmes devraient jouer avec des objectifs plus modestes.

Même sans les attaquants vedettes Alex Morgan et Megan Rapinoe, les États-Unis ont attaqué avec venin. Mais une série de solides arrêts de la part d’Endler a permis de garantir que le résultat – malgré une sérieuse réduction des chances du Chili d’atteindre les huitièmes de finale – restait respectable.

VAR – un problème en cours

Le débat autour de l'arbitre assistant de football du football tourbillonne depuis des années et ne montre aucun signe d'affaiblissement au cours de la Coupe du monde féminine.

La France a été deux fois bénéficiaire des décisions VAR, le pays hôte ayant écopé de pénalités de vainqueur du match et en phase de groupes.

"Si je vous donne mes sentiments honnêtes, ils vont probablement me renvoyer à la maison alors c'est mieux que je ne dise rien", a déclaré à la presse l'entraîneur du Nigeria, Thomas Dennerby, après que Wendie Renard eut été autorisée à reprendre son penalty après que le gardien Chiamaka Nnadozie ait été jugé ont quitté sa ligne.

Il y aura sans doute plus de controverse à venir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *