Cotes des joueurs de la Coupe du monde d'Angleterre: comment chaque lionne s'en est sortie en France cet été

Cotes des joueurs de la Coupe du monde d'Angleterre: comment chaque lionne s'en est sortie en France cet été
4.9 (98.82%) 17 votes


Le plaisir est terminé, la Coupe du Monde est terminé, et il est temps que les post-mortem commencent. Nous sommes au cœur du tournoi depuis un mois, nous avons vu l'Angleterre s'entraîner et jouer et … il est temps de les juger.

Gardiens de but

Karen Bardsley: 8 – Un des grands "Et si en Angleterre" de cette Coupe du Monde. Et si Bardsley, dans une forme magnifique et avec une portée plus grande que sa doublure, avait été apte à affronter les États-Unis à Lyon? Telford s'est approché de ces deux buts, et avec les trois pouces supplémentaires de Bardsley … et si?

Carly Telford: 7 – Vous attendez toute votre carrière pour une apparition majeure dans un tournoi, puis deux joueurs se présentent en un seul été. Elle n'avait pas grand chose à faire contre l'Argentine et a été exposée à deux reprises par sa défense contre les États-Unis.

Mary Earps: N / A

Défenseurs

Lucy Bronze: 8 – Joueuse étonnamment douée qui a brillé de mille feux pour l'Angleterre, Bronze a semblé ressentir le poids de son propre éclat vers la fin, essayant de tout faire elle-même. Échec dans sa tâche de marquer pour le premier but de Christen Press aux États-Unis, ce qui la rongera quelque peu.

Steph Houghton: 8 – Pour citer le titre d'un livre récemment publié, Brilliant Brilliant Brilliant Brilliant Brilliant. La capitaine de l’Angleterre a balayé tant de problèmes créés par le système de Phil Neville et ses coéquipières, et mérite d’être félicitée pour avoir renforcé la sanction contre les États-Unis.

Millie Bright: 5 – Les appels ont dû être interrompus dès le début du tournoi, mais ont gardé sa place en partie à cause de son physique impressionnant. En fin de compte, l'un des interprètes les plus faibles de l'Angleterre; nommer une confusion défensive et elle en faisait probablement partie.

Demi Stokes: 6 – Jamais vraiment en pleine forme et, dans une défense anglaise qui devait beaucoup courir, c'était un problème.

Abbie McManus: 6 – Le joueur qui a perdu face à Bright dans un duel face à face pour le deuxième emplacement central. Était assez décent quand appelé.

Alex Greenwood: 7 – Partagé le poste de gauche avec Stokes et ajouté une autre dimension à la défense. A marqué un beau but bien travaillé contre le Cameroun aussi.

Leah Williamson: 6 – Joué six minutes dans le tournoi, alors …

Rachel Daly: 7 – Polyvalent comme tout et introduisant de véritables atouts dans l'équipe d'Angleterre en demi-finale contre les États-Unis.

Milieux de terrain

Keira Walsh: 7 – Mis dans une position difficile en jouant dans une équipe où elle était plus ou moins le seul milieu de terrain sur le point de s'asseoir, mais qui a bien dicté le jeu dans la plupart de ses matchs. La plupart, pas tous.

Jill Scott: 8 – Excellent et tenace sur le terrain, il y avait rarement un brin d'herbe qu'elle ne recouvrait pas; et seulement 12 minutes avant de disputer tous les matchs de l'Angleterre, avec Steph Houghton et Lucy Bronze.

Georgia Stanway: 6 – Cinq parties, 108 minutes. Parle de son rôle en tant que remplaçante éternelle, mais elle s’en sort bien avec un manque de continuité.

Jade Moore: 6 – Bien.

Karen Carney: 7 – D'accord, elle a joué moins d'une heure dans tout le tournoi. Vous avez quand même une bonne aide et … eh bien, c'est bien d'envoyer une légende avec un peu d'éloges, n'est-ce pas?

Lucy Staniforth: 6 – Euh, ouais. 12 minutes. Dunno.

Avant

Nikita Parris: 6 – L'entrepôt de bons attaquants de Phil Neville a travaillé contre la plupart de ses bons attaquants. Parris faisait partie de ceux qui ont été écartés sous son autorité et, même si elle n'a pas joué mal à tout moment, son manque d'impact sur les buts est une déception. Oh, et il y avait ces deux pénalités …

Ellen White: 9 – Pas seulement le joueur anglais du tournoi, mais peut-être le meilleur des 24 équipes présentes en France. Ses objectifs ont été brillamment atteints, et la façon dont ils ont été répartis (un ici, un là-bas, deux ici, etc.) a montré une joueuse au sommet absolu de ses pouvoirs.

Fran Kirby: 5 – Une autre des Lionnes dont le tournoi n'a pas été brillant, pas horrible et surtout juste… étrange. Il était difficile de dire si elle allait commencer d'une partie à l'autre, et l'absence d'un rôle bien établi ne pouvait l'aider. Regardé perdu dans certains jeux.

Beth Mead: 7 – Aurait pu jouer plus. Aurait dû jouer plus? Terminé avec le plus grand nombre de passes décisives de tous les joueurs anglais bien qu'il ait joué moins de la moitié des minutes des Lionnes. Elle sera de retour et plus forte.

Toni Duggan: 5 – L’un des favoris de Neville, mais l’Angleterre semblait plus faible quand elle revenait d’une blessure à sa place dans la formation de départ contre le Japon. Tournoi décevant d'un joueur qui peut en donner plus.

Jodie Taylor: 6 – Ce n’est pas facile d’être un attaquant alors que votre adversaire est Ellen Actual White, qui tient le tournoi de sa vie. A cependant terminé deuxième meilleur buteur d'Angleterre, avec … erm … un but.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *