Combien de temps les propriétaires britanniques de résidences secondaires pourront-ils rester en France après le Brexit?

Combien de temps les propriétaires britanniques de résidences secondaires pourront-ils rester en France après le Brexit?
4.9 (97.33%) 15 votes


La France est depuis longtemps une destination de choix pour les Britanniques, et beaucoup d’entre eux, en particulier les retraités, passent plusieurs mois sur leur propriété en France, tout en conservant un logement au Royaume-Uni.

L’adhésion de la Grande-Bretagne à l’UE signifie qu’il n’ya pas de limite au nombre de mois qu’ils peuvent passer en France. Mais bien sûr, tout cela changera sûrement après le Brexit, qui est actuellement programmé pour le 31 octobre.

Le groupe de conseil de citoyens britanniques RIFT () le dit très simplement: "Ne vous en faites pas. Le Brexit changera la vie et le style de vie de toute personne ayant une résidence secondaire dans un pays de l’UE27 ou qui passe plus de trois mois à la fois. dans un pays de l’UE27. "

LIRE AUSSI


Jusqu'à présent, les Britanniques en France ont pu entrer et sortir sans visas ni permis de résidence. Photo: AFP

Nous avons beaucoup écrit sur ce qui va arriver aux personnes qui vivent ici – en particulier en France en avril -, mais qu'en est-il de ceux qui veulent continuer à vivre au Royaume-Uni mais aussi passer du temps en France?

Une fois que la Grande-Bretagne aura quitté l’UE ou à la fin de toute période de transition, les Britanniques vivant en France, qu’ils vivent en permanence ou non, deviendront des ressortissants de pays tiers.

Ce qui se passera ensuite dépendra du fait que la Grande-Bretagne quitte l'UE avec ou sans accord.

Pendant une période de transition – qui est actuellement prévue pour durer jusqu'en décembre 2020 (bien qu'elle puisse être prolongée si les deux côtés sont d'accord), les personnes peuvent se déplacer librement comme elles le font actuellement, tandis que le Royaume-Uni et l'UE négocieront les règles de l'avenir sera.

Si le Royaume-Uni part sans un accord, toute liberté de mouvement sera suspendue à la date à laquelle le Royaume-Uni partira. Les personnes qui sont en France à la date de congé sont couvertes par le plan d'urgence en vigueur en France, mais les personnes qui souhaitent simplement se rendre ou sont dans le pays mais ne résident pas légalement ne le sont pas.

Si le Royaume-Uni laisse sans accord, il y aura probablement beaucoup de choses à arranger et les droits et les règles pour les propriétaires de résidences secondaires ne seront probablement pas au sommet de la liste des choses à faire.

Donc, la réponse courte est que nous ne savons pas.

Cependant, il semble probable que la règle suivra l'un des modèles existants pour les visites entre pays non membres de l'UE.

À l’heure actuelle, la majorité des pays de l’UE appliquent la règle des 90 jours aux personnes qui n’ont pas de résidence ni de visa de travail ou d’étude.

Les Américains, les Australiens, les Indiens et les autres ressortissants de pays tiers résidant en France connaissent déjà la règle des 90 jours – les personnes qui ne résident pas ici peuvent passer jusqu'à 90 jours sur 180 dans l'Union européenne (avec ou sans visa, selon pays de provenance), mais après cela, vous devez soit faire une demande de résidence, soit obtenir un visa de travail ou d’étude.

appelé Vivre au Royaume-Uni et en France note que la demande de visa n'est pas une affaire simple.

"C’est assez complexe et coûteux, il nécessite une entrevue et une preuve d’assurance maladie", lit-on sur le site.

"Dans les deux cas, nous ne conservons aucun droit automatique de voyager dans les pays de l'espace Schengen, mais uniquement la possibilité de demander l'autorisation de voyager. La propriété d'un bien immobilier en France n'est pas pertinente pour l'autorisation de voyage."

Pendant un an, vous pourriez passer au total 180 jours en France, mais non de manière consécutive, vous devrez passer du temps en dehors de l'UE (comme au Royaume-Uni) entre les deux.

Vous pouvez faire vos 90 jours en un seul bloc ou en plusieurs voyages plus courts, mais le nombre total de jours ne doit pas dépasser 90 jours.

Il convient de souligner que la règle des 90 jours s'applique au nombre total de jours pour tous les pays de l'espace Schengen. Ce n'est donc pas une bonne chose de passer 89 jours en France, puis de passer quelques jours à la frontière espagnole, le compte à rebours des 90 jours ne s'arrête que lorsque vous quittez l'UE.

L'UE propose cela pour vous permettre de calculer votre séjour.

LIRE AUSSI

À l’heure actuelle, le Royaume-Uni – qui, bien qu’il soit encore pour le moment dans l’UE, n’a pas été et n’a jamais été dans l’espace Schengen – applique une règle des 180 jours.

Les touristes sont généralement les bienvenus au Royaume-Uni 180 jours par an avant de demander des visas supplémentaires, bien que, là encore, les visiteurs de certains pays aient besoin d'un visa pour entrer au Royaume-Uni, mais un visa de tourisme suffit pour la première fois. 180 jours.

Il est donc possible que le Royaume-Uni cherche à mettre en place un arrangement réciproque de 180 jours pour ses propres citoyens dans d'autres pays. Toutefois, compte tenu de la ligne dure adoptée par le Royaume-Uni en matière de liberté de mouvement dans les négociations à ce jour, il se peut que cela ne se produise pas.

Quoi qu'il en soit, il faudrait négocier pendant la période de transition, ce qui ne se produit que si le Royaume-Uni quitte avec un accord.

Alors que se passe-t-il si vous restez plus longtemps que votre période autorisée?

Il existe des règles strictes en matière de dépassement du nombre de visas, mais jusqu’à présent, certains pays ont été plus rigoureux que d’autres dans la manière dont ils les appliquent.

Trop de temps pour votre accueil peut entraîner une amende ou une expulsion. Vous constaterez peut-être également que votre passeport porte un tampon «immigrant illégal» ou «séjour illégal», ce qui vous empêchera probablement de revenir ultérieurement dans le pays (ou potentiellement dans d'autres pays).

L’Allemagne, les Pays-Bas et les pays scandinaves sont très stricts en ce qui concerne les dates d’entrée et de sortie, mais parmi les visiteurs australiens et américains, la France a acquis la réputation d’être assez détendue quant à la date précise du départ.

Cependant, rien ne garantit que cela se poursuivra après le Brexit et des pénalités sont prévues si vous êtes pris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *