A l’heure du mariage, François Sauvadet peut-il rester à l’UDI ?

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

Le mariage semble déjà impossible. Alors que le Modem et l’UDI doivent officialiser leur alliance, mardi 5 novembre 2013, le député UDI de Côte-d’Or, , a déjà annoncé qu’il n’assisterait pas à la conférence de presse. Un moyen de manifester sa désapprobation face à un tel rapprochement.

Ce n’est pas nouveau, les relations entre François Sauvadet (UDI) et (Modem) sont électriques. Et leur mauvaise qualité pourrait bien s’exacerber, à quelques mois des municipales 2014, par cet accord scellant le rapprochement des deux formations centristes, après plus de onze ans de séparation. Lors de cette conférence, les deux hommes politiques devraient présenter une charte commune, une instance de coordination et une liste unique pour les élections européennes de 2014.

“Les valeurs du Modem sont certes résolument pro-européennes, nous les partageons. Ses alliances politiques avec le Parti socialiste, à Lille, Grenoble, Lyon ou Dijon, nous les rejetons résolument”, expliquait François Sauvadet,  il y a peu. Cette fois, c’est par le biais d’un tweet qu’il a rejeté le scénario de mariage politique.

Dans les colonnes du Figaro, durant le mois de juillet, ce même François Sauvadet expliquait ne pouvoir pas “faire campagne commune avec le représentant du Modem en Bourgogne qui est adjoint au maire de ”. En 2008, le sénateur-maire de Dijon, alors proche de Ségolène Royal, avait prôné une liste “arc-en-ciel”, où le Modem avait trouvé quelques bonnes places.

“En quoi les centristes dijonnais devraient-ils avoir honte de participer depuis 2008 à une majorité municipale qui baisse fortement la dette dijonnaise après 35 années de hausse incessante”, s’interroge le chef de file du Modem, , en guise de réponse.

Le président du conseil général de Côte-d’Or avait prévenu qu’il était impossible de “participer à un quelconque rapprochement sans une clarification politique”. C’est-à-dire “combattre le parti qui gouverne la France”. À Dijon, le combat prend une autre dimension : François Bayrou, pour le Modem, a déjà demandé à François Rebsamen de travailler à nouveau ensemble, ce qui devrait se concrétiser. François Sauvadet a, lui, d’ores et déjà apporté son soutien à Alain Houpert, le candidat de l’UMP…

Les commentaires sont clos.