L’inconnu se dévoile lors de la Nuit des chercheurs

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

Qu’ils soient chimistes, agroécologues, économistes, climatologues, astrophysiciens, musicologues ou encore historiens, les acteurs de la recherche de l’ livreront une part de leur passion et raconteront comment ils imaginent le futur, vendredi 27 septembre 2013, à l’occasion de la .

D’après l’Insee, la région Bourgogne n’investirait que 1% de son Produit intérieur brut dans la recherche. Ce qui n’empêche pas l’Université de se démarquer. D’après le classement de la recherche SCImago institutions ranking – plus neutre que le classement de l’université de Shanghai -, elle se classerait 29ème en France, tous établissements confondus. 16ème si l’on ne considère que les universités.

Avant l’ouverture de la soirée, , responsable de l’Experimentarium de l’Université de Bourgogne répond à nos questions.

Lionel Maillot, au sein de l’UB, votre mission est de vulgariser cette science, pour faciliter le dialogue. Comment définissez-vous votre mission ?

L’Expérimentarium est une structure unique en Europe. Je dois créer ce lien entre les chercheurs et la société et faire en sorte que la rencontre se passe le mieux possible. Il faut pouvoir faire naitre un échange et que les deux parties soient sur la même longueur d’onde, le temps d’une soirée, d’un enregistrement d’émission radio. Dans le cadre de la nuit des chercheurs, les visiteurs doivent découvrir ce qui se fait dans la recherche d’aujourd’hui, si possible en rencontrant ces chercheurs. Cette rencontre permet aussi aux chercheurs d’appréhender leurs sujets de façon différente.

Aujourd’hui, qu’est-ce qu’être un chercheur au sein de l’UB ?

Chaque chercheur a sa conception différente, il est donc difficile de détacher un profil type. Nous avons la chance d’évoluer au sein d’une université pluridisciplinaire qui compte plus de 1 500 enseignants-chercheurs. Il y a donc de nombreux travaux transversaux comme ceux autour du vin qui rassemble des oenologues, des chimistes ou encore des psychologues. Cette bonne ambiance et cette synergie posent d’ailleurs un souci dans l’organisation de la Nuit des chercheurs entre autres, car chacun voudrait être à l’atelier de l’autre !

Le vin justement sera au cœur de cette Nuit des chercheurs. Le prix Nobel de physique Richard Phillips Feyman affirmait que “tout l’univers se trouve dans un verre de vin”. En quoi cette phrase se vérifie ?

À l’origine, c’est une image essentiellement poétique pour démontrer le côté exploration que l’on peut connaître en dégustant du vin. À l’origine il s’agissait d’une simple boisson, mais les outils actuels permettent de comprendre ce qui se passe dedans. En quelque sorte, l’inconnu se dévoile puisqu’il est possible de le comparer avec la découverte de structures dans l’univers.

Si bien qu’on peut faire un parallèle entre un verre de vin et une météorite…

Les chercheurs vont en effet utiliser des méthodes similaires pour extraire les structures moléculaires d’une météorite que du vin. Avec une bonne analyse moléculaire on peut remonter aux origines de ce vin et ainsi analyser le sol dans lequel la vigne à pousser, son climat, les pratiques viticoles et vinicoles ou encore l’arbre qui compose le fut qui l’a conservé.

Quelles peuvent être les applications de ces études ?

Les chercheurs aiment bien travailler sur des produits aussi connus que le vin. Régis Gougeon, le physicochimiste en œnologie présent pour la Nuit des chercheurs étudie actuellement l’oxydation, encore méconnue. Avec les analyses chimiques et en suivant des séries dites “verticales” de vins – c’est à dire par exemple, tous les millésimes d’un Meursault depuis 1934 -, il arrive à voir comment cette oxydation se créer. Il répond à une commande de vignerons qui veulent régler ce problème. Il est plus facile de travailler sur un produit de la vie courante, car on connaît la structure moléculaire, l’interaction humaine pour la production.

La Nuit des chercheurs
Vendredi 27 septembre 2013 de 18h à 23h30
Maison des sciences de l’Homme, campus universitaire de Dijon
Entrée libre et gratuite – A partir de 9 ans

Télécharger le document PDF (3.08MB)

Les commentaires sont clos.