20e samedi de grève chez Divia, François Rebsamen répond

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

Samedi 28 septembre, les usagers du réseau s’apprêtent à subir un vingtième samedi de grève sur leur réseau. Une situation perturbatrice dont , président du Grand Dijon, s’est avoué “préoccupé” à l’occasion du conseil d’agglomération jeudi 26 septembre.

En effet, depuis plusieurs mois déjà, le conflit entre les syndicats CGT, FO et la direction de Keolis, délégataire en charge de la gestion du réseau de bus et tram Divia, fait beaucoup de bruit. A commencer par les commerçants du centre-ville, qui en début de semaine réclamaient symboliquement la gratuité du service “réduit” le samedi. Selon eux, le manque de bus impacterait directement sur le nombre de clients au cœur de la ville.

Pourtant, bien que François Rebsamen affirme suivre le dossier de près et engage la direction de Keolis à gérer le conflit au plus vite, le président de l’agglomération réfute un quelconque impact négatif sur l’affluence au centre-ville. “Si la question est de savoir sur cela nuit à l’activité du centre-ville, la réponse est non”, a-t-il répondu. “Seules les lignes secondaires sont impactées, et sur les lianes le temps d’attente est de 15 minutes au lieu de 8. Le plus gênant n’est pas pour les commerçants, c’est pour les usagers, mais cela ne les empêche pas d’aller en ville !”.

Rappelons qu’il s’agit à l’origine d’une dissension interne à Keolis au sujet d’une augmentation de 1,7% des salaires, dont l’issue favorable a été votée par le syndicat CFDT mais refusée par CGT et FO, qui ont déposé un préavis de grève d’un an chaque samedi, tant que le conflit ne sera pas résolu.

Les commentaires sont clos.