Parc naturel régional du Morvan : Les clôtures de la discorde

Photo Jérémie Lorand

Photo Jérémie Lorand

Mise à sac, écœurement, indignation. Les superlatifs ne manquent pas pour qualifier l’action des agriculteurs devant la maison du , le 18 septembre 2013. Mais que s’est-il vraiment passé ?

Les agriculteurs de Côte-d’Or, Nièvre et Saône-et-Loire s’étaient donné le mot. Tous à la maison du parc naturel régional du Morvan, à Saint-Brisson. Leur but : faire pression sur la direction du parc et les pouvoirs publics pour annuler l’enquête publique relative aux mesures de protection et de restauration de la végétation des rives des cours d’eau. Et notamment la nécessité de les clôturer.

Cette enquête (Lire l’arrêté préfectoral ici) devait concerner 31 communes de la Nièvre, 10 de Saône-et-Loire et 6 en Côte-d’Or. Trop pour les agriculteurs qui ont débarqué en nombre – 150 selon nos confrères du Journal du centre. “Une cinquantaine de tracteurs et des remorques chargées de détritus ont permis de saccager par des aspersions de lisier la maison du Parc et ses abords, jardin, parc, étang”, note pour sa part Alain Cordier, conseil régional Europe-écologie – Les Verts et membre du bureau du Parc du Morvan.

Les éleveurs craignent la généralisation d’une législation restrictive. Comme l’obligation de clôturer les cours d’eau. “Le loup a même été mis en accusation pour justifier l’injustifiable : la mise à sac d’un jardin botanique et d’un parc unique et précieux”, poursuit Alain Cordier.

“Sur ce dossier, ce qui est révoltant n’est pas l’incompréhension des enjeux environnementaux, mais le fait que les agriculteurs concernés sont souvent intéressés par les mesures qui leur sont proposées, mais que d’autres en décident autrement et saisissent l’occasion pour faire de la surenchère et de la chasse aux écologistes”, ajoute un militant qui a contacté la rédaction.

Depuis, l’enquête publique a été annulée, afin de ne pas provoquer un peu plus les agriculteurs. Restent des dégâts conséquents : “J’ai dénoncé cette manipulation qui consiste à opposer activités agricoles et protection des milieux et des ressources, cette désinformation qui, pour le profit immédiat de quelques-uns, permet de faire croire que le salut est dans le refus de tout changement”, écrit Alain Cordier dans un communiqué. L’élu a en outre demandé que les dégâts ne restent pas impunis.

Retrouvez ci-dessous le courrier d’Alain Cordier

“Colère, tristesse, indignation, mais aussi détermination, après l’attaque violente contre la maison du Parc Naturel Régional du Morvan

Une manifestation d’agriculteurs FNSEA du Morvan a pris pour cible hier le Parc Naturel Régional. Une cinquantaine de tracteurs et des remorques chargées de détritus ont permis de saccager par des aspersions de lisier la maison du Parc et ses abords, jardin, parc, étang.

Le prétexte central invoqué par les agriculteurs présents est l’enquête publique relative aux mesures de protection et de restauration de la végétation des rives des cours d’eau. Depuis longtemps, le Parc mène des actions de protection des ruisseaux et des petites rivières, notamment grâce à des fonds européens. Il est prévu de nouveaux contrats avec des agriculteurs volontaires, aidés financièrement, pour diverses mesures de protection de la qualité de l’eau et de la biodiversité : aménagement d’abreuvoirs, clôtures de protection de certaines zones en bordure des cours d’eau par exemple. Les éleveurs présents ont déclaré craindre la généralisation de ces mesures, mais ils ont également évoqué pêle-mêle divers arguments qui ne sont pas directement liés au Parc : verdissement de la politique européenne, incompréhension de leurs difficultés financières, et même le loup a été mis en accusation, pour justifier l’injustifiable, la mise à sac d’un jardin botanique et d’un parc unique et précieux. Des tas énormes de détritus jonchent le parc, des panneaux d’explication botaniques sont souillés, cassés, renversés. Le lisier et les déchets répandus jusque dans l’étang ont pollué sol et eaux. Les allées et pelouses ont été creusées de larges cicatrices,

Je me suis rendu à Saint Brisson ce matin, pour donner un peu de chaleur humaine à mon soutien aux agents du Parc et à leurs missions. Les visages étaient tristes, les récits faisaient état de violences verbales et d’insultes, mais aussi de quelques coups de bâton, de bousculades. On m’a parlé de blessures et de larmes. Ils étaient déterminés à protéger ce lieu de travail qui est aussi le centre de toute une réflexion participative et novatrice sur l’avenir du territoire du Morvan. Le Parc a toujours agi en liaison étroite avec la population, les professions, les associations. Nous y débattons parfois vivement sur certaines questions, dans le comité syndical ou les groupes de travail, mais l’action globale est jugée positive par une écrasante majorité d’acteurs.

C’est cette maison de la coopération et du débat qui a été visée, c’est ce dialogue et cette démocratie qu’on a voulu bousculer, mettre à terre. En début d’après midi, le bureau se réunissait à Champeau en Morvan et le président du Parc, Patrice Joly, confirmait ce climat violent qui a choqué et indigné. Je suis intervenu pour proposer que le bureau unanime exprime sa sympathie à l’équipe du Parc et l’assure de la poursuite déterminée des actions en faveur de l’environnement, de l’agriculture, du territoire. J’ai dénoncé cette manipulation qui consiste à opposer activités agricoles et protection des milieux et des ressources, cette désinformation qui, pour le profit immédiat de quelques uns, permet de faire croire que le salut est dans le refus de tout changement. J’ai enfin demandé que ces dégats ne soient pas impunis, et que les coûts ne soient pas à la charge de la collectivité, avec le risque que le Parc apparaisse comme une structure mal défendue par la loi, comme une cible facile. Le débat, riche, a confirmé ces objectifs, tout en prévoyant des rencontres avec les chambres d’agriculture.

Alors qu’une partie croissante des agriculteurs s’engage dans des pratiques innovantes, conversions bio, productions de qualité, circuits courts, il ne faut pas tomber dans le piège grossier de cette opposition agriculture-environnement. Les écologistes ne fléchiront pas dans leur exigence d’un soutien financier plus appuyé aux pratiques qui améliorent la qualité des produits et qui respectent les sols et les eaux”.

Les commentaires sont clos.