Le Mouvement Européen-France ne veut pas laisser “l’Europe sans voix”

Le Mouvement Européen-France réagit à nouveau à la décision du gouvernement de supprimer, à l’occasion des prochaines élections européennes du 25 mai 2014, l’envoi par la poste des bulletins de vote et des professions de foi des différentes listes au domicile des électeurs.

Pour en savoir plus, lire le communiqué de presse ci-dessous.

“En prenant le risque de laisser l’Europe sans voix, le Gouvernement se trompe de voie

Dans un communiqué en date du 20 septembre dernier, j’invitais à ce que l’Europe ne soit pas “bientôt lettre morte” quant à la perspective de la suppression, à l’occasion des prochaines élections européennes du 25 mai 2014, de l’envoi par la poste des bulletins de vote et des professions de foi des différentes listes au domicile des électeurs.

Malgré les annonces faites le même jour par Thierry Repentin, Ministre délégué en charge des Affaires européennes, qui refusait pourtant lui aussi cette étrange proposition : « Le Premier ministre confirme qu’il est nécessaire que chacun de nos concitoyens, où qu’ils habitent, quels qu’ils soient, puissent avoir le même niveau d’information à l’égard d’un scrutin électoral » (source : Europe 1, AFP).

Le Conseil des Ministres qui s’est réuni ce mercredi 25 septembre en a finalement décidé autrement et a donné raison aux Ministres de l’Intérieur et du Budget (article 61 du Projet de Loi de Finances – page 180).

Cette décision regrettable est pour tous ceux qui aiment l’Europe une erreur majeure et constituera un grave frein à la participation citoyenne.

Il y a encore quelques raisons d’espérer. L’heure est désormais à la mobilisation et à la responsabilité.

Le Parlement sera bientôt invité à débattre du Projet de Loi de Finances 2014. Espérons que les Députés et Sénateurs, au delà des clivages partisans, puissent rejeter cet article !

Si cet article était adopté par le Parlement, il inviterait les électeurs à rester dans l’abstention, déjà trop élevée, aux élections européennes et offrirait un boulevard aux eurosceptiques et autres anti-Européens déguisés, déjà très mobilisés pour l’échéance du 25 mai.

Ceux qui auront soutenu cette mesure ne pourront pas s’étonner demain que l’Europe reste sans voix !

Il est encore temps – parlementaires, citoyens, société civile, associations, Européens convaincus – de se mobiliser pour remettre, sur ce projet, le Gouvernement sur la bonne voie !”

Les commentaires sont clos.