Les handballeurs dijonnais dans la cour des grands

2013-09-sport-dbhb-handball-dijon-JJ-miroir-222

Mâchoires crispées, une goutte de sueur sur la tempe. Pierrick Naudin a la pression. C’est la 4e minute de jeu de cette rencontre Dijon – Montpellier, la première à domicile depuis le retour du club bourguignon au plus haut niveau du français et Montpellier mène déjà 4 points à zéro. Le jeune arrière gauche dijonnais s’apprête à tirer un pénalty contre Thierry Omeyer, gardien de l’équipe de France multimédaillé à l’international. Le public du Palais des sports retient son souffle. Arrêt du gardien. Trop fort.

Mauvais début de partie pour les handballeurs dijonnais. Devant seulement un peu plus de 1 500 personnes, ils plient sur le rouleau compresseur de l’ogre montpelliérain, club le plus titré en France. Heureusement, ils finissent par se reprendre. Franklin Bezerra libère ses coéquipiers en inscrivant un premier but. L’ambiance se réchauffe côté tribune et Dijon recolle au score, à seulement 1 point de son adversaire. Mais les joueurs de Montpellier font le show, écoeurants d’aisance sur certaines attaques.

“Allez, Dijon, tes supporters sont là”

Les Dijonnais maintiennent l’écart, 2 ou 3 points derrière. La fin de la première mi-temps approche. Julien Portefaix, le pivot du DBHB, frotte le bord de sa chaussure pour y prendre un peu de colle afin de mieux attraper la balle avant de rentrer sur le terrain. Après un arrêt de jeu sur une version techno des Lacs du Connemara, le public entonne le très original “Allez, Dijon, tes supporters sont là”.

La deuxième mi-temps commence et Dijon résiste toujours. Les penaltys de Naudin finissent par faire mouche et le l’ailier franco-serbe Miroslav Rac tient son équipe la tête hors de l’eau, virevoltant au-dessus de la zone pour atteindre la lucarne de Thierry Omeyer. Depuis l’affaire des paris truqués et le départ des deux frères Luka et – surtout – la star Nikola Karabatic, le MAHB n’est plus la machine à tout écraser de ces dernières saisons. Malgré tout, William Accambray, arrière gauche de l’équipe de France donne l’avantage définitif à Montpellier d’une énorme frappe, à 10 minutes de la fin du match. 17 à 23.

La promesse d’une belle saison ?

Pendant que le speaker un peu looser essaye de faire chanter le public, le Palais des sports se lève pour rendre hommage, dans les deux dernières minutes, à ses joueurs qui ne se seront pas écroulés sous la domination montpelliéraine. Le jeune Martin Petiot ,tout juste rentré pour la première fois du match sur le terrain, se paye même le plaisir de mettre un but de l’aile à Thierry Omeyer, s’il vous plaît.

Le match se termine sur une défaite 22 à 26, mais Dijon n’a pas été ridicule et les joueurs ont fait montre d’une vraie fierté face à des adversaires logiquement plus forts. En maintenant un écart aussi faible, ils promettent une belle saison de D1 à leurs supporters. À peine le coup de sifflet final sonne que les enfants se jettent des tribunes pour aller réclamer un autographe aux stars du MAHB. Et c’est sans conteste Thierry Omeyer qui remporte les suffrages.

Les commentaires sont clos.