Le Mouvement Européen-France ne veut pas que l’Europe “reste lettre morte”

Le Mouvement Européen-France réagit au fait que le Ministère de l’Intérieur aurait l’intention de supprimer, à l’occasion des prochaines élections européennes du 25 mai 2014, l’envoi par la poste des bulletins de vote et des professions de foi des différentes listes au domicile des électeurs.

Lire le communiqué de presse ci-dessous.

“L’Europe bientôt lettre morte ? »

La presse a récemment révélé que le Ministère de l’Intérieur aurait l’intention de supprimer, à l’occasion des prochaines élections européennes du 25 mai 2014, l’envoi par la poste des bulletins de vote et des professions de foi des différentes listes au domicile des électeurs. Ainsi, un projet d’article dans le projet de loi de finances pour 2014, qui sera présenté en Conseil des Ministres le 25 septembre prochain, intitulé “dématérialisation de la propagande électorale dans le cadre des élections européennes” viserait à modifier la loi n° 77-729 du 7 juillet 1977 relative à l’élection des représentants au Parlement européen en ce sens. Les électeurs seraient seulement informés par Internet et ce, malgré l’existence d’une réelle fracture numérique tant sur le plan territorial que générationnel. L’argument évoqué : une économie réalisée de 27,6 millions d’euros.

Le Mouvement Européen a bien sûr appris avec stupéfaction l’existence de ce projet jusqu’ici presque inavoué tant il est inavouable. Cette mesure regrettable, si elle venait à être appliquée, constituerait un grave frein à la participation citoyenne (en 2009, seulement 4 électeurs français sur 10 se sont rendus aux urnes pour élire leurs députés européens). Elle encouragerait inévitablement l’abstention et favoriserait ainsi les extrêmes qui y verraient l’occasion rêvée d’alimenter leur discours populiste sur le caractère anti-démocratique de la construction européenne.

Après moults changements de Ministres délégués en charge des Affaires Européennes depuis 10 ans, après la réduction de la place consacrée à l’Union Européenne dans les manuels scolaires annoncée il y a quelques jours, c’est bel et bien l’Europe qui semble, une fois de plus, la variable d’ajustement pour nos responsables politiques. L’actuel Ministre du Budget, pourtant en charge des Affaires européennes dans le précédent Gouvernement, Monsieur Bernard CAZENEUVE, et le Ministre de l’Economie et des Finances, pourtant ancien Député européen et ancien Président du , Monsieur Pierre MOSCOVICI, auront beau tenter de justifier que cette idée s’inscrit soit dans la nécessaire réduction des finances publiques soit dans une volonté de répondre à un objectif environnemental, tous ceux qui aiment l’Europe auront franchement peine à les croire.

Si l’argument évoqué est purement budgétaire, il est incompréhensible que cette mesure ne s’applique pas dans ce cas dès les élections municipales des 23 et 30 mars prochains générant des économies bien plus importantes que celles annoncées pour les seules élections européennes. Dans de telles conditions, comment ne pas s’interroger sur le fait que les raisons puissent être ailleurs ? Les parlementaires accepteront-ils qu’au « choc de simplification » voulu par le Président de la République s’ajoute désormais un choc de la désinformation ?

Le Mouvement Européen appelle donc :
le Ministre de l’Intérieur à renoncer à cette mesure et à assurer le même niveau d’information sur les enjeux de ce rendez-vous majeur pour l’avenir du projet européen ;
les Députés et les sénateurs, au delà des clivages partisans, à rejeter cette mesure dans le cadre de l’examen du Projet de Loi de Finances 2014 qui sera débattu au Parlement au cours de l’automne, et à demander que l’égalité entre les citoyens soit respectée ;
les citoyens à se mobiliser, notamment sur les réseaux sociaux, pour dire qu’il ne peut y avoir d’économies sur la démocratie.

Face à un tel projet, l’Europe ne peut et ne doit pas rester lettre morte !”

Les commentaires sont clos.