François Patriat (PS) : “In fine, je voterai le non-cumul des mandats”

Photo Jonas Jacquel

Photo Jonas Jacquel

Les sénateurs ont adopté le projet de loi interdisant le électifs, jeudi 19 septembre 2013, mais en s’excluant du dispositif. Une décision qui va à l’encontre de l’avis du gouvernement. “Comment pourra-t-on discuter au Sénat de l’avenir des régions, des départements et des métropoles sans aucun représentant de ces collectivités”, s’interroge dans une interview accordée au Figaro.fr.

Le sénateur socialiste et président PS du conseil régional de Bourgogne a voté cet amendement visant à autoriser le cumul des mandats aux sénateurs, mais reconnaît qu’in fine, il finira par voter le non-cumul des mandats. “Le mandat unique va avec un statut de l’élu que l’État ne pourra jamais payer. Et pour le Sénat, qui est le Haut Conseil des collectivités locales, deux mandats me paraissent nécessaires”, explique-t-il.

Avant de revenir sur les causes de cette décision politique qui recueille l’approbation de l’opinion publique : ” Les Français pensent que les politiques s’en mettent plein les poches alors qu’un sénateur ne pourra plus toucher aucune autre indemnité”. Les sénateurs se sont en effet interdits de cumuler les indemnités liées à d’autres fonctions. L’Assemblée nationale devrait elle rétablir sa propre version du texte… D’autant que Manuel Valls a rappelé le caractère “inéluctable” du projet de loi.

Une interview à retrouver ici.

Les commentaires sont clos.