Aéroport Dijon-Bourgogne : Le Front national 21 dénonce “la politique de gribouille” des élus

L’ encore mais côté Front national cette fois-ci. Le Front national de Côte-d’Or s’interroge sur les personnes “qui veulent la mort de l’aéroport”. “Le FN estime que l’aéroport a un avenir. Une fois encore, on voit bien l’inefficacité de nos élus qui ne cessent pas d’appliquer une politique de gribouille.”

Pour en savoir plus, lire le communiqué de presse ci-dessous.

“Qui veut la mort de l’aéroport ?

Depuis 2006 avec la création du projet «Renaissance », quatre partenaires (La région Bourgogne, le conseil général de Côte d’Or, le Grand Dijon et la Chambre de commerce) s’étaient entendus pour assurer la gestion de l’aéroport de Dijon-Longvic. Dès lors, la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI) était l’autorité concédant jusqu’au 31 mai 2014. Le déficit de l’aéroport ne cessant de se creuser, le 24 mai 2013, une réunion d’urgence organisée par le préfet rassembla les quatre partenaires pour trouver une solution afin de sauver l’aéroport et ses 23 salariés et sous-traitants. Un accord est donc pris pour éponger le déficit à parts égales entre les différents partenaires. La fin de l’autorité de gestion par la CCI et son transfert à la région a été acté. Les emplois et l’aéroport étaient provisoirement sauvés.

Mais, coup de théâtre ! Mardi dernier, François Sauvadet, président du conseil général annonce qu’il ne souhaite plus financer l’aéroport et revient donc sur ses engagements.

La région, qui avait lancé un appel d’offre pour trouver un repreneur, n’a pu retenir aucun des projets présentés sur le seul prétexte de la défection du conseil général. À ce jour, l’UMP et le PS se rejettent mutuellement la faute, alors même qu’aucune de ces formations ne souhaite pérenniser l’aéroport. La région montre peu d’empressement à trouver une solution. Le conseil général préfère se recentrer sur ses missions. François Rebsamen, président du Grand Dijon estime, lui, qu’un aéroport n’est pas nécessaire pour Dijon, capitale de la Bourgogne. Seuls, Patrick Laforet, président de la CCI, Jean Philippe Morel, chef de l’opposition UDI-UMP sur Longvic, veulent croire encore à un avenir pour l’aéroport. La commune de Longvic directement impactée par une éventuelle fermeture de l’aéroport ne veut pas croire à un tel lâchage du projet par nos élus. Rappelons également, que la fermeture de l’aéroport pourrait entrainer un départ de la base aérienne 102, qui ne doit son maintien que par la présence d’un aéroport civil.

Le Front National 21 estime que l’aéroport de Dijon-Longvic a un avenir. Une fois encore, l’on voit bien l’inefficacité de nos élus qui ne cessent pas d’appliquer une politique de gribouille.”

Les commentaires sont clos.