Aéroport Dijon-Bourgogne : Les élus UMP-UDI dénoncent “le bal des hypocrites”

Après les déclarations de François Sauvadet, président du conseil général de Côte-d’Or, sur l’avenir de l’aéroport Dijon-Bourgogne, le groupe UMP-UDI du conseil régional de Bourgogne fait le point sur le dossier. Les élus dénoncent “le bal des hypocrites”, mené par le président de la région, François Patriat.

Ils posent en outre deux questions : “François Patriat considère-t-il l’aéroport comme une priorité stratégique pour le développement régional ? Si oui, quel modèle et quels moyens porte-t-il sur cette priorité ?”

Pour en savoir plus, lire le communiqué de presse ci-dessous.

“Lors de la Commission permanente du 9 septembre dernier, a été inscrit en urgence, l’examen du rapport concernant l’.

A la lecture de ce rapport, le groupe UMP-UDI Bourgogne dynamique a soulevé un certain nombre de questions et de points d’inquiétude, qui ont agacé de façon non équivoque le Président Patriat.

Indépendamment de certains points techniques, la nouvelle stratégie présentée par la région, fait fi des enseignements à tirer du projet Renaissance et des difficultés actées au printemps. (31 978 passagers en 2012 et 9 910 le premier semestre 2013)

Un exemple, sur les lignes Dijon-Bordeaux et Dijon-Toulouse, la fréquentation a baissé de plus de 50 % entre 2009 et 2013. Nous ne pouvons placer leur gestion en DSP, sans avoir répondu au pourquoi de cette désaffection.

La CCI, en cohérence avec ses propos du printemps, renvoie à la responsabilité du Conseil régional et se retire en tant que co-financeur hormis une intervention forfaitaire de 150 000 € sur un montant de plus de 2,5 millions d’euros.

Comment le Président du Conseil régional peut-il signer un rapport définissant l’aéroport Dijon-Bourgogne comme compétence régionale tout en remettant en cause l’intérêt de ce dernier en le limitant à Dijon, la Côte d’Or et un peu le nord de la Saône et Loire ?

Comment peut-il mettre en avant la stratégie du Conseil général du Jura tout en affirmant ne pas être intéressé par le low coast (axe stratégique de Dole-Tavaux) et en soulignant que l’Europe s’interroge sur la légalité d’un tel soutient par les finances publiques ?

Comment le Sénateur Maire de Dijon, président du Grand Dijon, peut-il crier au loup, alors qu’il considère l’aéroport comme « non vital » au développement économique de l’agglomération ?

Quand on ajoute à tout cela que la majorité de ces deux exécutifs doit composer avec les élus verts qui sont contre la présence de l’aéroport Dijon-Bourgogne et souhaitent sa fermeture pour des raisons idéologiques et les communistes qui s’abstiennent, on comprend mieux que le rapport présenté par le Conseil régional envisage le changement d’identité de l’aéroport ! (après les élections de 2014 ?)

Le président du Conseil régional semble assujettir sa politique aux décisions des Conseils généraux, ne peut-il donc pas répondre seul à ces deux questions qui relèvent tant de sa compétence que de sa responsabilité ?
Considère-t-il l’aéroport comme une priorité stratégique pour le développement régional ?
Si oui, quel modèle et quels moyens porte-t-il sur cette priorité ?

Le 9 septembre, nous nous sommes abstenus et considérons que le bal des hypocrites a assez duré !”

Les commentaires sont clos.