Heures supplémentaires : Laurent Grandguillaume “entendu” par François Hollande

Laurent Grandguillaume, député PS de la première circonscription de Côte-d'Or

Laurent Grandguillaume, député PS de la première circonscription de Côte-d'Or

Le président de la République, François Hollande, était l’invité du 20 heures de TF1, dimanche 15 septembre 2013. Un entretien où il a été essentiellement question de la Syrie et des dossiers de politique intérieure comme l’emploi.

Ainsi, durant son interview, il a assuré que “les premières tranches du barème vont être allégées pour que les contribuables, qui ont pu payer un peu plus d’impôt avec les désormais fiscalisées, ne soient pas touchés par l’impôt sur le revenu”. Une victoire pour le député PS .

Durant le mois d’août, avec son collègue Thierry Mandon, porte-parole du groupe socialiste, il avait proposé de faire marche arrière sur la décision du gouvernement de supprimer la défiscalisation des heures supplémentaires. “Quand on prend des mesures, même si on a pris des engagements, on peut aussi s’interroger et en mesurer les effets”, déclarait-il à l’époque.

Pour François Hollande, cette défiscalisation a coûté 100.000 emplois. “Pas sûr que la suppression [de la défiscalisation] ait créé 100.000 emplois”, concede-t-il cependant. Reste que sur les réseaux sociaux, le député PS de Côte-d’Or considère qu’il a été entendu par François Hollande.

Avant d’expliquer son raisonnement : “Les heures supplémentaires sont refiscalisées donc elles augmentent l’impôt sur le revenu et peuvent faire changer de tranche avec des effets indirects sur différentes aides ou prestations à payer qui reposent sur le taux d’effort CAF. Avec la décote, l’effet sera corrigé”.

Les commentaires sont clos.