Dis-moi quel animal tu as, je te dirais qui tu es

2013-09-expo-dijon-vu-par-Lydie-jean-dit-panel-JJ-miroir-3

Nous n’avions pas eu l’occasion de vous parler de la traditionnelle exposition municipale «  », ça sera désormais chose faite. Nous tenions à nous assurer, quelques jours avant la fin (dimanche 15 septembre inclus), que vous iriez y faire un tour. Non parce que c’est l’ “expo de l’été” que l’on finit bien par aller la voir en passant, mais parce que cette édition 2013 est particulièrement intéressante. Sur le fond du projet mais aussi sur la relation qu’elle peut permettre d’établir entre le public et l’, une démarche  et un sujet. L’artiste dijonnaise et professeur à l’école des beaux-arts a été choisie pour s’approprier cette édition. Petit tour d’horizon d’une Dijon « animale »…

Les installations c’est bizarre…

Selon nous, la vertu première de cette exposition réside dans le fait qu’elle devrait permettre à un public très divers de pouvoir se confronter à l’une des formes les plus hermétiques de l’art contemporain : l’installation et avec elle, le support vidéo. « Quoi ? Une installation ? c’est toujours bizarre, en plus avec des vidéos qui tournent en boucle, et puis il n’y a aucune explication.. ». Voici le genre de réaction du public auquel  on peut s’attendre dans ce genre de situation. On ne l’en blâme pas, mais pour une fois, l’accès se fait avec une déconcertante facilité, notamment grâce aux stars du projet, les  ! On ne s’énerve jamais sur des sujets politiques avec les , et on n’a pas besoin de parler, ni d’explication avec eux, c’est là tout l’intérêt d’un sujet qui se présente comme un formidable vecteur de lien.

2013-09-expo-dijon-vu-par-Lydie-jean-dit-panel-JJ-miroir-8

Les animaux, vecteurs de lien social

Pendant sept mois, l’artiste est allée de rencontres en conversations avec toutes sortes de Dijonnais, au hasard, en marchant. Les liens qu’elle a pu tisser, la confiance qu’elle a reçu et l’intimité qu’elle a parfois partagé, elle le doit à l’animal, fabuleux vecteur de rencontre et de lien social, inspirant la confiance et l’égalité.

Voir les dijonnais à travers leur animal, tel est le leitmotiv de ce projet de « Dijon vu par ». Un parti pris original qui nous invite à la rencontre, au rapprochement, non dans une démarche voyeuriste, mais dans une atmosphère de convivialité et de détente. Il n’est pas question ici de beau bien sûr, et vous l’aurez compris. La qualité des vidéos est très médiocre, tout comme le son, et la présentation des plus spartiats. On se dit donc que l’on va regarder deux minutes, histoire de dire. On s’asseoit finalement sur l’une des chaises design empruntées gracieusement pour l’occasion. Les secondes passent, puis les minutes et l’on se surprend à rester scotcher sur ces images de petits chats, de canards, ou de Dijonnais qui vous présentent leur animal. Pourquoi donc restons nous assis là ? Parce que c’est agréable, parce que les animaux c’est apaisant, c’est mignon, et que, du coup, on éprouve une sympathie pour leur maître qui ne se serait sans doute jamais exprimée sans le lien créé par l’animal.

Patchwork humain plus qu’animal

C’est à un patchwork humain plus qu’animal auquel nous avons finalement affaire ici, dans ce lieu composé de cinq espaces. Le premier néanmoins, est entièrement consacré aux animaux. Récit brut, sous forme de carnet de voyage, cette vidéo montre des animaux croisés par l’artiste lors de ses différents voyages et offre des situations amusantes, cocasses et souvent très touchantes, malgré le dépouillement formel de la présentation. Il faut savoir que depuis dix années maintenant, Lydie Jean-dit-Panel poursuit un projet un peu particulier. Après la vidéo, c’est une autre idée de l’image en mouvement que l’artiste met en œuvre, avec le tatouage. À chacun de ses voyages, Lydie se fait tatouer un papillon monarque femelle. Son parcours personnel prend forme sur son corps et vit au rythme des mouvements, tels des battements d’ailes.

2013-09-expo-dijon-vu-par-Lydie-jean-dit-panel-JJ-miroir-5

Lors de la réalisation de ce projet d’exposition, l’artiste a donc rencontré de nombreux Dijonnais afin de pouvoir dresser un portrait de la ville au travers de ses habitants. Elle explique elle-même avoir rencontré des étudiants, fonctionnaires, ouvriers, commerçants, avocats, chômeurs, et caressé chats, chiens, canards, serpents, hamsters, tortues…

À côté de ces voisins Dijonnais, un invité, Maneval, animateurs d’émissions radio punk, reconverti en agriculteur dans le Loire et Cher. Une vidéo sur le ton du reportage, à ne pas manquer. Emplie d’humanité, de sensibilité, cette vidéo présente Maneval et son Rotweiler, ses ânes, ses trois chats, ses poules, ses oies et les vaches de ses amis, le tout au volant de son vieux taxi londonien. Un moment à part pour un homme à la marge, émouvant.

Infos pratiques

Dijon vu par, Lydie Jean-dit-Panel, jusqu’au dimanche 15 septembre inclus.

Salon Apollon, Palais des ducs et des Etats de Bourgogne
Rue de la Liberté (Dijon)
de 10h à 12h et de 13h à 18h

Les commentaires sont clos.